Pas coupable ~ Not guilty

🇬🇧 For English scroll down till you see the Union Jack…

Michael à Modi’in, Israël 🇮🇱 

Ecrire le lendemain, directement après la réunion Zoom autour des signes et le miroir, me permet de me rappeler et de clarifier les informations précieuses que j’ai pu récolter grâce aux partages. Nous n’étions que 5 et au fur et à mesure de la rencontre il devenait clair à mes yeux que nous vivions exactement la même histoire liée à nos parents et notre passé.

Le point de départ était une collision de voiture qu’une des participantes avait vécue. L’information m’a permis de comprendre que j’ai vraiment été touché par ce que j’ai découvert cette dernière année concernant mes parents. Cela semble m’avoir touché dans ma structure d’être. Il est clair pour moi que la phase de confinement me sert à comprendre quoi en faire… retaper l’ancien ou créer du nouveau.

Après avoir complètement innocenté mes parents, je reste avec une histoire de culpabilité par rapport à mon implication dans cette relation triangulaire. Intellectuellement, je sais que moi aussi je suis innocent. Même si j’ai pu par le passé avoir blessé des gens, je me souviens de quasiment chaque intention qui a accompagné mes actes. J’ai toujours fait de mon mieux et la plupart du temps j’ai cherché à aider en essayant en même temps d’éviter de faire souffrir les autres et moi-même.

Toutefois, la sensation de culpabilité a des racines profondes chez moi. Quand je retourne dans mon histoire, j’ai souvent, très souvent même, été accusé d’avoir fait des choses dont j’étais généralement innocent. Mes origines juives, ma force physique, ma réussite semblante, mon intégrité et d’autres aspects de ma personnalité qui me rendent vraiment différent des autres, ont fait de moi une cible prisée et facile. Si au début j’ai cherché à expliquer ou à me justifier, avec le temps ce besoin est parti.

J’ai pris l’habitude de prendre des coups. J’en ai pris plein les gencives… et ça se voit physiquement. Comme moi, mes gencives se sont rétractées. C’est plus facile et moins douloureux. A force d’avoir été un peu trop souvent accusé, j’ai forcément fini par croire mes agresseurs. Comme tout accusé je me suis dans le passé souvent justifié pour démontrer mon innocence… Si j’ai pris la fuite en avant c’est parce que cela ne marche pas vraiment. C’est une histoire d’injustice et de rejet.

Aujourd’hui je semble avoir le défi de laisser partir ma propre conviction d’être coupable de tout ce qui a pu se passer de douloureux dans ma vie et dans celle de certains autres. Certes, je suis responsable, puisque j’assume chacun de mes actes et de mes propos… Mais coupable ? Absolument pas… Dans mon dictionnaire, cela implique que j’ai eu l’intention et la volonté de blesser… A part quelques situations violentes dont je me souviens où il fallait que je me défende avec toute ma force pour ne pas succomber à la violence de mes agresseurs, ça ne s’est jamais produit !

Et il n’y a rien de particulier que je puisse faire pour accélérer le processus. Le temps a besoin de faire son oeuvre. Peut-être que le temps du confinement suffira. La seule chose que je peux apporter moi-même pour me libérer du conditionnement d’auto-accusation, est de me rappeler tout simplement mon innocence. En même temps, je suis invité à être très réceptif quant aux événements et les voies de passages que ceux-ci amènent… à vivre pleinement ma vie, comme un espèce de Zorba-Le Buddha qui vit harmonieusement le mélange du profond et du superficiel… à faire entièrement confiance à mes sensations pour garder mon harmonie intérieure… et, selon mon tirage de cartes du jour, m’accepter et m’aimer pleinement et laisser la transformation se faire à son rythme !

Je vous souhaite une délicieuse journée ou soirée… ∞❤️∞ 

Michael




union-jack-1027898

Michael in Modi’in, Israël 🇮🇱 

Writing the next day, directly after the Zoom meeting around Signs and the Mirror, allows me to remember and clarify the valuable information I was able to gather through the sharing. We were only 5 and as the meeting progressed it became clear to me that we were living exactly the same story linked to our parents and our past.

The starting point was a car collision that one of the participants had experienced. The information allowed me to understand that I was really touched by what I discovered this last year about my parents. It seems to have touched me in my structure of being. It is clear to me that the containment phase helps me figure out what to do with it … rebuild the old or create the new.

After having completely cleared my parents, I am left with a sens of guilt regarding my involvement in this triangular relationship. Intellectually, I know that I too am innocent. Although I may have hurt people in the past, I remember almost every intention that accompanied my actions. I always did my best and most of the time I sought to help and tried to avoid hurting myself and others.

However, the feeling of guilt has deep roots with me. When I go back to my story, I have often, very often even, been accused of doing things of which I was generally innocent. My Jewish background, my physical strength, my semblance of success, my integrity, and other aspects of my personality that make me truly different from others, made me a popular and easy target. If at the beginning I tried to explain or justify myself, with time this need disappeared.

I got into the habit of taking hits. I took it all over my gums … and it shows physically. Like me, my gums have retracted. It is easier and less painful. By dint of having been accused a little too often, I inevitably ended up believing my attackers. Like any accused I have in the past often justified myself to demonstrate my innocence … If I have fled forward it’s because it doesn’t really work. It is a story of injustice and rejection.

Today I seem to have the challenge of letting go of my own conviction that I am guilty of all the painful things that may have happened in my life and in the lives of others. Of course, I am responsible, since I take responsibility for each of my actions and my words … But guilty? Absolutely not … In my dictionary, this implies that I had the intention and the will to hurt … Apart from a few violent situations that I remember where I had to defend myself with all my strength so as not to succumbing to the violence of my attackers, that has never happened!

And there is nothing in particular I can do to speed up the process. Time needs to do its work. Maybe the confinement time is enough. The only thing I can do to free myself from the conditioning of self-blame is to simply remind myself of my innocence. At the same time, I am invited to be very receptive to the events and the pathways that these lead to … to live my life fully, like a kind of Zorba-The Buddha who lives harmoniously the mixture of the profound and the superficial … to trust my feelings completely to keep my inner harmony … and, according to my card draw of the day, accept and love myself totally and let the transformation take place in its rhythm!

I wish you a delicious day or evening … ∞❤️∞

Michael