Je suis cool ~ I’m cool

🇬🇧 For English scroll down till you see the Union Jack…

Michael à Modi’in, Israël 🇮🇱 

Ça y est, j’ai réussi à nouveau enlever la pression que je me suis mis inconsciemment depuis ces cinq dernières mois ! Je me sens à nouveau cool et ne sens plus pressé par le peu de temps que j’avais dans la journée. Je vais tranquillement à mon rythme depuis quelques jours. J’ai juste mis mes priorités à leurs juste place. Il y a d’abord mon état de bien-être… ensuite mes accompagnements et les réunions Zoom… puis, une grande pause avec rien… et, juste avant la fin de ce vide… le ré-apprentissage de ma langue.

J’ai simplement affronté ma peur de ne pas arriver à détourner ou traverser le blocage psychologique concernant l’hébreu que je me suis affligé vers mes 6 ans. Alors, j’ai cessé de travailler autant et j’ai posé plusieurs actes. D’abord, j’ai effacé toutes mes notes et les presque 1000 mots que j’avais accumulés dans mon album et que je répétais régulièrement. Puis enfin, j’étudie uniquement quand je sens que j’ai assez d’espace psychologique pour le faire… et je peux vous dire que ce n’est plus très souvent.

Si je n’ai pas tout fait mon devoir d’hébreu, ce n’est pas grave. Si je ne connais pas tous les mots que le prof nous propose, c’est okay. Si je loupe mes tests ou examen… ainsi soit-il. Je n’ai plus peur de ne pas arriver à intégrer ma langue maternelle. Je me sent déjà de plus en plus à l’aise dans le pays. J’arrive progressivement à mieux comprendre les affiches et enseignes dans la rue, les gens qui parlent entre eux ou ce que dit le prof dans les cours.  Je me sens à nouveau libre… et du coup, je regarde à nouveau des films en version originale comme j’aime. Avec la petite base que j’ai, je sent que l’hébreu rentrera tout doucement. Ce n’est plus aussi important qu’au départ…

evelyn-semenyuk-zWH9pt--syE-unsplash

Je suis chez moi ici. Je le sens… Mais, ça ne veut pas dire que je suis arrivé au bout de mon chemin. Que nenni ! D’un côté, je sais très bien que je vis une espace de guérison extraordinaire et unique et je sens que j’ai besoin du temps de qualité pour la savourer, et du temps d’intégrer tout ce que je vis. En même temps, je me pose beaucoup de questions. A part cette grande réparation, qu’est-ce que je fais exactement ici ? Combien de temps est-ce que je vais rester ? Est-ce que je vais rester seul ici ou trouverais-je une compagne ? Est-ce que c’est la fin de mon histoire ou est-ce que c’est réellement un nouveau départ ?  Si je vais rester ici, alors comment est-ce que va se profiler ma nouvelle vie… ? Et si je pars, vers où est-ce que je serais guidé… ?

Pour l’instant, tout ce tout ce que les signes me disent, c’est d’être très attentif, de ralentir, de savourer, d’être doux avec moi, de bien appliquer le miroir, de devenir réellement souverain et que le moment de me poser dans une chaise longue n’est pas encore arrivé. La voie de passage peut se montrer à chaque instant et sous n’importe quelle forme. Alors, quand je suis dehors ou avec d’autres gens, je lâche mon téléphone, je lâche mon ordinateur, je lâche mon tout nouveau iPad, et je et j’observe attentivement ce qui se passe, je regarde les gens, je cherche… 

La vie m’aide… J’ai soudainement plusieurs choses qui m’interpellent et qui m’empêchent de m’investir dans les études comme avant. J’ai dû aller à la poste, je dois remplir une formulaire en ligne, j’ai passé un peu de temps avec un ami hier à boire un petit coca sur une terrasse, plusieurs bus arrivaient en retard… au point que je suis carrément arrivé plusieurs fois en retard à mes rendez-vous !

senjuti-kundu-JfolIjRnveY-unsplash

Hier, avec le camarade de classe français avec qui j’ai passé un peu de temps, je me suis entendu dire que je trouve la majorité des gens ici plutôt superficiel, m’as-tu-vu, égoïste revendicateur… et que j’ai quasiment jamais encore eu un atome crochu ici avec quelqu’un. Malgré ça, j’aime beaucoup regarder les gens. Deux tiers de la population est juif, alors je reconnais bien mes origines ici… et les gens m’attendrissent dans leur manière de vivre et de faire. Bien évidemment, que je parle en même temps de moi quand je trouve à critiquer mon miroir.

Je dois certainement encore avoir un peu trop d’ego present en moi et, malgré ma petite vie ici, besoin de me montrer,  de faire voir qui je suis au-delà des apparences… Alors, je me calme, je vis ma vie quotidienne tranquillement et de manière incognito. J’ai corrigé et je corrige toujours en moi, ce que je vois comme erreur chez les autres… Le territoire, la communication vulnérabilité, le miroir, l’agenda, le ralentissement, etc… Tant que je suis vivant, je continuerai à m’améliorer, à chercher et à avancer sur mon chemin de cantilènes…

Là, je suis assis sur un banc à côté d’un petit stand où ils vendent des jus de fruits frais. En même temps que je savoure mon « mitz tapouzim gadol bli kerag » (grand jus d’orange sans glaçons), je dicte mon texte à mon téléphone, lui tout neuf aussi… Je vais mettre le texte tranquillement en forme et en page cet après-midi quand je rentrerai à la maison. Dans quelques instants je vais me diriger vers l’école, qui se trouve à 200 mètres d’ici… Ça va encore être une matinée intense… Chaque cours dure quand-même 4 heures. Mais, il n’y a plus de pression… Je m’amuse à nouveau.

Pour avoir plus de temps j’ai aussi diminué le nombre de rendez-vous par jour… J’ai aussi baissé le nombre de réunions par Zoom. J’ai à nouveau beaucoup plus de temps pour moi… et j’en ai besoin. J’aime vivre lentement… 

Je vous souhaite une douce journée… ∞❤️∞ 




union-jack-1027898

Michael in Modi’in, Israël 🇮🇱 

That’s it, I have once again managed to relieve the pressure that I have unconsciously put on myself for the past five months! I feel cool again and no longer feel rushed by the little time I have left during the day. I have been going slowly at my own pace for the past few days. I just put my priorities in their rightful place. First, there is my state of well-being … then my accompaniments and Zoom meetings … then, a big break with nothing … and, just before the end of this void … the re- learning of my language.

I simply faced my fear of not being able to deflect or break through the psychological blockage regarding Hebrew that I put on myself when I was 6 years old. So I stopped working so hard and performed several acts. First, I erased all my notes and the almost 1000 words that I had accumulated in my album and that I repeated regularly. Then finally, I only study when I feel I have enough psychological space to do so … and I can tell you that it is not very often anymore.

If I haven’t done my Hebrew homework, that’s okay. If I don’t know all the words the teacher suggests to us, it’s okay. If I miss my tests or exam … so be it. I’m no longer afraid of not being able to integrate my mother tongue. I already feel more and more comfortable in the country. I gradually come to better understand the posters and signs in the street, the people talking to each other or what the teacher says in class. I feel free again… so, I watch films again in the original version as I like it. With the little base I have, I feel that Hebrew will come in very slowly. It’s not as important as it was at the start …

evelyn-semenyuk-zWH9pt--syE-unsplash

I am at home here. I can feel it … But, that doesn’t mean that I’ve come to the end of my path. Nay! On the one hand, I know very well that I am experiencing an extraordinary and unique healing space and I feel that I need quality time to savor it, and time to integrate all that I am experiencing. At the same time, I ask myself a lot of questions. Besides this big repair, what exactly am I doing here? How long am I going to stay? Am I going to stay here alone or will I find a companion? Is this the end of my story or is it really a new beginning? If I’m going to stay here, then how will my new life unfold…? And if I go, where would I be guided…?

Right now all the signs are telling me, is to pay close attention, slow down, savor, be gentle with myself, apply the mirror well, become truly sovereign and that the moment to lay down in a lounge chair has not yet arrived. The passageway can show itself at any moment and in any form. So when I’m outside or with other people, I let go of my phone, I let go of my computer, I let go of my brand new iPad, and I and I carefully observe what happens, I watch people, I search …

Life helps me … I suddenly have several things that occur and that prevent me from investing in studies as before. I had to go to the post office, I have to fill out an online form, I spent a little time with a friend yesterday drinking a little Coke on a terrace, several buses were arriving late … to the point that I arrived already several times late for my appointments!

senjuti-kundu-JfolIjRnveY-unsplash

Yesterday, with the French classmate with whom I spent a little time, I heard myself say that I find the majority of people here rather superficial, show off, selfish, claimant … and that I have hardly ever had a clic with someone here. Despite that, I really enjoy watching people. Two thirds of the population is Jewish, so I recognize my origins here … and people touch me in their way of living and doing. Obviously, I speak of myself at the same time when I find faults in my mirror.

I must certainly still have a little too much ego present in me and, despite my little life here, need to show myself, to show who I am beyond appearances… So I calm myself down, I live my daily life quietly and incognito. I have corrected and I am still correcting in myself, whatever I see as an error in others… The territory, the vulnerability communication, the mirror, the agenda, the slowing down, etc … As long as I am alive, I will continue to improve myself, to seek and to advance on my path of Cantilena …

There I am sitting on a bench next to a small stall where they sell fresh fruit juices. At the same time as I savor my « mitz tapouzim gadol bli kerag » (large orange juice without ice cubes), I dictate my text to my phone, which is brand new too… I will put the text quietly in form and in page this afternoon when I get home. In a few moments I will be heading to school, which is 200 meters from here… It’s going to be another intense morning… Each class lasts 4 hours. But, there is no more pressure … I’m having fun again.

To have more time I also reduced the number of appointments per day … I also lowered the number of meetings by Zoom. I have a lot more time for myself again … and I need it. I like to live slowly …

I wish you a sweet day … ∞❤️∞

2 commentaires sur « Je suis cool ~ I’m cool »

  1. Ralentir est un chemin que peu ont le courage de suivre.
    Tu t’es donné cette possibilité Michaël et je te félicite de cette liberation.

    D’autres suivront ton exemple, parce que nous sommes tous reliés…
    Ce que tu fais pour toi, d’autres n’ont plus à le faire. Le chemin leur devient plus facile, parce que tu as ouvert la voie. 🙏

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s