Non-engagement

Michael à Fort-de-France, Martinique 🇲🇶 

Nous étions 7 à la réunion de la Coupe de Feu hier. C’était magique de voir comment les explorations des uns et des autres permettaient de rassembler les pièces d’un puzzle en une image claire et commune à tous. Je pratique intensément le jeu du miroir depuis longtemps et pourtant à chaque fois je suis émerveillé de voir cette magie vivante. A chaque fois c’est une nouvelle confirmation pour moi qui me montre que la Vie nous parle vraiment tout le temps. Elle nous parle individuellement et collectivement, car au fond nous ne sommes qu’une seule entité. Je pense à tous ces gens qui se demandent ou qui se plaignent que leur dieu ne leur dise rien. En fait, ce n’est pas qu’il ne dit rien, en réalité il n’y a personne qui écoute. Il suffit de réapprendre à percevoir son langage en tout et de redevenir attentif aux signes et aux projections, comme un jour nous l’avons certainement été de manière naturelle. ✌️

Nous avons commencé à rassembler les pièces du puzzle à partir d’un partage de l’une d’entre nous, qui avait exploré la semaine précédente la question de savoir pourquoi elle était toujours seule après presque 3 ans. Rapidement, chaque participant a pu ajouter des éléments de ses propres explorations, ce qui pour moi a abouti à une image claire et nette. En fin de compte, c’était un arrêt sur image dans un scénario qui s’appliquait d’une manière ou d’une autre à nous tous. Il n’est pas toujours facile pour moi de voir la réalité en face, même si je me vois clairement et que je comprends exactement le mécanisme dans lequel je me trouve. C’est comme si la Vie m’emmenait expérience après expérience de plus en plus profondément dans le terreau de mes précédentes créations pathologiques afin de pouvoir un jour extraire la racine d’un mal, planté dans mon esprit par tous ces éducateurs « qui me voulaient du bien ». A chaque fois il m’est un peu plus difficile d’y remédier…  logique, je pense… 🌱

hay-s-YXg0VPwLwnM-unsplash

« Si tu lis ceci, il est temps de changer. »

ELLE – Trop souvent abandonnée et trahie, elle a développé une grande dépendance sous de multiples formes et elle est devenue méfiante envers les hommes qui l’ont trop abandonné et manipulé et lui ont trop pris. Elle se retrouve dans une situation impossible où un homme fort représente un danger et un homme faible l’agace au bout d’un certain temps. Du coup, un jour, elle choisit de s’oublier, d’oublier les hommes et de se donner corps et âme à ses enfants. La place psychologique et affective, autrefois réservée aux hommes, n’est plus disponible. Qu’elle soit mariée, en concubinage ou célibataire… il n’y a plus de place pour un homme. Elle a mis la barre trop haute et ne fait pas assez confiance pour lâcher prise et offrir la place du Soleil au roi de son choix.. 🤴

LUI – Après trop de coups de bâton et de maux d’amour, il a enfin trouvé refuge en lui-même. Il ne peut pas répondre aux exigences élevées des femmes meurtries. Il les comprend et il peut même parfois avoir honte d’être un homme et de faire partie de ceux qui ont réussi à détruire le sacré en elles. Alors, au lieu de prendre sa place d’homme, il a choisi de les servir pour qu’elles retrouvent leur normalité, leur état naturel originel. Face à l’énorme demande et au manque de confiance, pour se préserver, il reste en retrait et laisse celle qu’il a choisie se dépatouiller en espérant qu’un jour le vent tournera et qu’elle changera d’avis. Il attend qu’elle comprenne d’elle-même qu’il n’est pas comme les autres et qu’il est peut-être exactement celui dont elle a besoin… 👸

IMG_5567

« Tu as seulement trois choix dans la vie : abandonner, céder, ou donner tout ce que tu as. »

Du coup, les deux ne s’engagent pas et s’éloignent lentement mais sûrement. Comme le scénario n’est pas simple et qu’il n’est pas forcément facile de s’y identifier, les deux s’accusent… et beaucoup en silence : il/elle est fermé(e)… il/elle ne parle pas… il/elle ne prend pas assez d’ initiative… il/elle est trop dur(e)… il/elle n’est pas à la hauteur de mes besoins… il/elle ne fait pas assez d’effort… il/elle n’est pas assez présent(e)… il/elle ne fait pas sa part… il/elle ne m’aide pas comme j’en ai besoin… il/elle m’empêche d’être moi-même… il/elle m’en demande trop… pour finir avec : il/elle est trop différent(e) de moi et ne me correspond pas ! Et, bien sûr, la fin d’une relation se prépare… ou pire, une potentielle relation ne verra même pas le jour… 👩‍❤️‍👨

Le miroir d’hier m’a clairement montré que ce n’est pas l’autre qui est en cause, mais moi. De toute façon, c’est toujours moi. C’est toujours à moi de faire le travail. Bien sûr, d’un point de vue dualiste, l’autre a son rôle à jouer et sa part à faire. Mais selon le point de vue unitaire, l’autre ne reflète que mon image. Selon ce point de vue « l’autre » n’existe même pas. Notre société nous apprend dès notre plus jeune âge à trouver un coupable quand quelque chose ne va pas. Dès qu’il y a un problème, le premier réflexe est de rechercher un coupable, un responsable afin de le punir… au lieu de chercher à comprendre ce qui s’est réellement passé et de réparer des maux. Si seulement nous avions pu grandir avec un sens de responsabilité pour nos propres créations nous ferions moins d’injustice et de mal aux autres. Je pense que la violence de notre monde d’aujourd’hui vient surtout de là, l’intolérance et les accusations à tout va… ⚖️

IMG_5568

« CHOCOLAT est la réponse. Qui se soucie de quelle est la question. »

Mais comment faire à nouveau confiance à un homme après tant de trahisons et d’abandons ? Comment s’abandonner à une femme quand sa demande est trop grande et qu’elle ne lui fait pas confiance ? C’est une vraie impasse et il n’y a pas d’issue facile. Le jeu de miroir d’hier m’a montré pourtant deux voies de passage. La première est le « contre-pied ». Se forcer à faire le contraire de ce que dictent les tripes et la tête. Prendre une fois de plus le risque d’être trahie et abandonnée en faisant malgré tout encore une fois confiance à l’homme. Prendre le risque de se ramasser une fois de plus en osant s’exposer entièrement. La meilleure façon de sortir de sa blessure est de cesser de la nourrir. La deuxième voie de passage est d’offrir à l’autre ce que l’on attend soi-même de lui. Dans le sens de l’unité, l’autre c’est moi. Offrir quelque chose à l’autre dans le bon état de conscience, revient à se l’offrir à soi-même. Pas si simple que ça, n’est-ce pas ? Cela demande avant tout de dépasser son état émotionnel… et peut-être aussi sa fierté.. 👀

Je me reconnais dans l’histoire, mais je ne sais pas si je suis prêt toute de suite, aujourd’hui, à faire ma part. J’ai besoin de laisser descendre et de voir ce qui se passe en moi et autour de moi. Ce qui m’aide énormément est la conscience que rien ne se passe pour rien, que le hasard n’existe pas et qu’aucune rencontre est fortuite. Je suis persuadé que j’ai moi-même créé et orchestré chaque expérience de ma vie pour me ramener étape par étape vers mon état naturel d’origine… et que ma venue ici en Martinique en fait partie. Je compte sur mes aptitudes pour arriver à faire avancer mon schmilblick : ma simplicité, mon enseignabilité, ma souplesse, mon audace, mon regard d’enfant, mon authenticité, mon besoin d’avancer, ma lenteur, mon intelligence spirituelle et le fait que je sais me mettre en question et en situation de vulnérabilité. Mmmmmm… à suivre… 😳

Je vous souhaite une magnifique journée, soirée ou nuit… où que vous soyez… 🤍💛🧡🤎❤️💚💙💜🖤 

2 commentaires sur « Non-engagement »

  1. Une synthèse qui m’éclaircit encore. Rien de tout à fait nouveau dans cette présentation… Si en fait, les voies de passages, qui m’interrogent sur MES aptitudes à les emprunter.
    Merci Michael de partager les tiennes, je reçois de la douceur et de la joie à te lire 🔥

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s