J’élimine

Taillefer (09), France 🇫🇷

Depuis hier j’éternue. Pas tout le temps. Juste des petites séries. La date anniversaire de mon départ d’Israël arrive… et avec elle le moment où je suis le plus sensible à mon territoire. Pendant longtemps j’ai pensé que mon allergie venait de mes multiples séparations au moment de mon départ de mon pays natal… alors qu’en fait c’est tout simplement encore une histoire de territoire. 😌

Ça m’éclaire quant à une crise d’allergie que j’ai dû faire il y a 10 ou 15 ans en allant en train à un mariage. Elle a duré 3 jours de manière intensive et épuisante. Certes, j’ai travaillé pour comprendre les messages sur le moment. C’était facile, je voyageais avec ma compagne ET mon amie kinésiologue. Par contre, je n’avais jamais compris l’enclencheur, même si je savais bien que c’était quelque part lié au fait de partir en train vers l’inconnu. Ce n’était pas aussi clair qu’aujourd’hui ,que l’allergie était simplement la réponse de mon corps pour se débarrasser des intrus, que cela soit quelqu’un ou quelque chose. Et dans l’autre sens c’est pareil. En quittant mon territoire, l’inconnu qui m’entoure peut être très pressant et je peux me sentir inconsciemment envahi. ✌️

Pour sortir un intrus de mon territoire de manière directe, mon corps peut tousser, éternuer, péter, vomir, transpirer, puer… se faire de la fièvre, de l’eczéma, des mycoses, etc. Mais, j’ai remarqué que toutes les autres maladies se reportent symboliquement au territoire, d’une manière ou une autre. C’est pour cela que je me concentre autant sur mon aptitude à occuper adéquatement MON territoire et ne pas intruser… et que je peux être assez virulent quand quelqu’un se permet d’entrer chez moi sans y être invité. Je pense à ceux qui me donnent parfois des conseils ou cherchent à m’aider d’une autre manière sans vérifier si je suis en demande. Toutes ces maladies et d’autres malaises me disent tout simplement que la voie vers le UN, vers l’Amour, n’est absolument pas par-là.😍

Alors, j’éternue… mais je débroussaille aussi… et j’ai commencé doucement à transvaser des affaires de la yourte vers mon camion… puis, je suis en même temps à ma huitième journée de processus pranique. Alors, par déduction je dis que mon corps élimine ses toxines. Certes, la poussière, le foin et le pollen peuvent donner un bon coup de main pour que j’éternue, mais je pense que toutes les pizzas, glaces, chocolats, hamburgers et autres délicatesses que j’ai consommés ces derniers temps ont laissé leurs marques, et les résidus cherchent à quitter le navire. De toute manière, à chaque fois que je dépasse un certain nombre de jours en mode pranique et en buvant de l’eau, j’ai la sensation croissante que rien d’autre n’est assez pur pour moi… et que TOUT ce que je peux ingérer est de trop et dérange quelque part l’énergie pure que je suis. 🚰

roman-kraft-421410-unsplash

La phase d’élimination est importante dans le processus pranique et peut prendre des formes plus ou moins importantes. J’ai vu au cours des stages praniques dans le passé, apparaitre chez des participants des fièvres, des allergies, des migraines, des lombagos, des éruptions cutanées, des indigestions, des nausées, des vomissement, des diarrhées, des crises de foi… et j’en passe. Même si en vivant normalement, mon corps semble tout accepter, dès que je l’écoute attentivement, il est clair qu’il passe sont temps à survivre. Quand j’entame une pause alimentaire, mon corps dit clairement YOUPI ! 😉

Mon éternuement est mon baromètre… au même titre que mon odeur corporelle, mon besoin de sommeil et mes poignées d’amour. Ils m’indiquent où j’en suis dans ma phase d’élimination. Quand mon corps sera assez propre, je cesserai d’éternuer, je sentirai bon et je dormirai peu. C’est quand même rigolo de savoir que tout le monde mange parce que nous pensons que nous en avons besoin… alors qu’en entrant en mode pranique, il devient tellement clair à quel point la nourriture alourdit le corps plus qu’autre chose. En même temps il est clair pour moi aussi que peu de gens mangent selon le réel besoin de leur corps, mais ingèrent trop et plutôt pour combler ou par gourmandise, que par faim. 🤔

J’ai fait mes deux heures de tonte ce matin et j’ai enfin terminé l’espace autour des ruches. Eliane passe là où elle peut avec la tondeuse autoportée, et là où c’est inaccessible pour elle, j’y vais avec le rotofil. Parfois l’herbe et la broussaille sont vraiment très hautes et ont bien envahi certaines espaces. Je me sens très satisfait quand je regarde parfois derrière moi pour voir le résultat de mon passage, même si je sais que ça repoussera très vite… surtout avec la météo qui annonce quelques jours de pluie. J’aurai de quoi faire… 😅

En attendant, il fait magnifiquement beau, les oiseaux chantent et Fondle vient parfois parader devant la yourte. Un moment délicieusement parfait se présente et je vais le passer avec mon meilleur Ami, celui que est toujours là, peu importe les circonstances… MOI ! 😉 

Certainement à demain… Amour à vous tous… 💖 

4 réponses

  1. florence arnaud

    Bonjour Michael, je te lis a l’instant et de lire cette dernière phrase

    je vais le passer avec mon meilleur Ami, celui que est toujours là, peu importe les circonstances… MOI ! 😉

    rappuye et alimente d’une autre façon une phrase dis mon thérapeute :

    accepte tel que tu es et vis pleinement avec toi

    Namasté et bons moments avec toi m’aime ; je vais essayer de devenir une amie pour moi !

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s