Je ne passe jamais “comme ça”

Allonnes (72), France 🇫🇷

Je passe nulle part juste “comme ça”. Quand quelqu’un me dit “passe quand tu es dans le coin”, ce qui m’arrive souvent, je n’y donne pas suite. Je ne peux pas. Je ne peux pas passer juste “comme ça”. Où est-ce que je vais dormir ? Si je suis quelque part, c’est que quelqu’un a formulé une demande ou une invitation très claire et qu’il est allé jusqu’au bout de son élan. 😏

Et si quelqu’un me dit “tu peux venir dormir à la maison quand tu veux”, c’est pareil. Pourquoi je me déplacerai quelque part juste pour passer du temps ? Oui, c’est gentil… très gentil même. Je apprécie les deux formes d’invitation. Il se peut que ceux qui le formulent soient carrément des amis. Pourtant, c’est trop “tiède” pour que j’y donne suite. 😅

J’utilise le terme “tiède” parce que pour moi ce ne sont pas des vraies invitations. Même si c’est vraiment gentil et que j’apprécie chaque élan envers moi, en ce qui me concerne, ça manque de motivation et renvois l’initiative et responsabilité d’une éventuelle rencontre à moi. Mon choix est d’être choisi pleinement par quelqu’un ou de rester tranquillement en excellente compagnie de moi-même. 😍

Si j’ai envie de voir ou de faire quelque chose avec quelqu’un, je m’exprime clairement et de manière responsable et engagé. Je ne laisse pas de doute quant à mes intentions et je ne donne pas le pouvoir de mon envie à la garde de l’autre. Vous ne m’entendez plus jamais dire quelque chose comme “Ça te dit d’aller aux cinéma ?” ou “Tu voudrais faire l’amour avec moi ?”. Non, ça sonnerait plutôt comme “J’ai très envie d’aller au cinéma avec toi, serais-tu d’accord de m’accompagner ?”, ou “J’ai très envie de faire l’amour avec toi et si l’envie est partagé j’aimerais beaucoup que nous allions dans un endroit tranquille ?”. Pas tiède… HOT !!! 😉

Je n’ai de l’initiative quasiment vers personne. C’est fini ça… Je ne peux plus… Je ne veux plus. Ceux ou celles que je vois, sont ceux qui m’invitent clairement et si leur élan ne va pas jusqu’à la pose d’une date, je ne les verrais jamais. D’ailleurs, je constate que ceux qui ont suffisamment de motivation pour oser formuler une demande ou une invitation, sont ceux qui ont vraiment envie de me voir et qui se sentent prêts pour explorer ensemble. Il faut beaucoup de courage pour oser poser clairement sa demande. C’est peut-être l’audace nécessaire que j’attends maintenant, avant de me déplacer et  être aussi sûr que possible de ne pas me tromper de destination, comme il m’est déjà arrivé par le passé. 😌

Vu la nature de mes occupations, je ne demande plus à quelqu’un de le voir « juste comme ça ». Je ne peux pas. Je ne veux pas. Ça ne m’intéresse pas. Je suis très bien avec moi-même là où je suis déjà. Et si exceptionnellement j’ai un élan vers quelqu’un, à la moindre doute, je me retire. Je pense que si vous avez lu suffisamment d’autres articles de moi, vous comprenez exactement pourquoi. 🤨

Et même si je reçois une vraie invitation, il se peut quand-même que je la décline. J’ai blessé déjà trop de gens qui n’étaient pas prêts et n’ont pas su voir la pépite dans ma main tendu. Alors, je tri… je laisse du temps… je laisse la vie trier… j’attends pour voir, sentir, laisser faire. Quelqu’un qui a vraiment envie de me voir, finira par me voir arriver chez lui ou chez elle un jour ou l’autre… incontournablement. Et dans ce cas, il s’agit d’un voyage initiatique… Peu importe la forme que ça prend. Je suis porteur de ça… C’est ce que je suis devenu… 😍

Quelqu’un qui a juste envie de me rencontrer ou boire quelque chose avec moi, peut savoir par mon blog où je suis. Il m’arrive régulièrement de recevoir des propositions de ceux qui suivent mes traces, qui voient que je suis près de chez eux et qui m’invitent à un moment de partage. Même si je ne les connais pas encore. Si je peux, je me libère volontiers… j’adore ça.🙃

J’ai écrit cet article à partir d’une réponse que j’ai envoyé à une amie tout à l’heure. J’ai reçu et lu son courriel vers 2 heures ce matin pendant une espace de réveil nocturne. Je me sentais interpellé et je me suis tranquillement redressé et adossé contre le mur, puis j’ai allumé mon ordi et la lumière. J’aime cette liberté de pouvoir faire ce que je veux, quand je le veux. Si après, je sens de la fatigue, rien ne m’empêche de rester au lit le reste de la journée. Allez, je vais jusqu’au bout et me re-coucherai dès que j’ai ajouté ce nouveau texte à mon journal. 😉

Ah oui, je commence à recevoir des témoignages de la retraite de Noël. Le premier est déjà en ligne. J’avais plein de frissons en le lisant. Quelle grâce de pouvoir faire ce que je fais. J’ai l’impression que ma vie entière était une énorme formation continue qui m’a préparé année après année afin que je puisse exercer enfin ma pratique d’aujourd’hui… 💝

Je vous souhaite que le meilleur… 💝💖💗💞💓

5 réponses

  1. Lieve Michael,
    J’ai lu ton article et j’ai eu l’impression qu’il m’était directement adressé.
    Alors je décline pour l’instant mon invitation, viens si l’envie T’en vient 😊ma porte te sera toujours ouverte.
    Je désire décanter l’effet de la divine retraite.
    Je suis toujours aux liquides, je m’étonne moi-même, je suis fier. J’ai acheté hier soir un extracteur et un blender « reconditones ». L’achat s’est passé de manière très particulière. Le vendeur est venue à son portail avec les deux machines, il ne désirait pas me laisser entrer et voir les machines à la lumière, entendre les moteurs. Quelque chose comme : tu fais confiance à la vie ? Alors tu discutes pas tu me laisse tes 250€ et tu’t casse!!!
    Ce que j’ai fait, décapant pour moi😊.
    Depuis samedi, je ne dors que 5h,alors que je dormais près du double jeudi encore.
    Je vais économiser beaucoup d’argent, c’est très motivant pour moi,en bon juif auvergnat.
    Je suis aussi riche en temps alors que jusqu’à jeudi j’étais pauvre.
    Amour et lumineuse journée,
    Frédéric.

    Aimé par 1 personne

  2. parfois ,certains te disent aussi « passe quand tu veux si tu veux parler ou quoique ce soit » et une fois que tu as envie d’y aller et parler de ta douleur,la personne te répond qu’elle n’a pas le temps,donc tu restes dans ta douleur profonde,anxieuse et tu paniques,tu es en danger,et cette personne ne prend même pas conscience qu’elle t’a aussi trahie par ses mots et son geste,on peut dire que certaines personnes mettent plus en danger la pauvre personne perdue…Lorsque tu sors de l’hosto et qu’un de tes proches est en train de mourir et que tu ne veux pas être seul,tu demandes à une personne proche aussi ou à ton entourage de dormir chez eux,il n’y a plus personne qui t’ouvre la porte et la parole,donc là on se moque complètement de toi…et c’est un choc émotionnel qui s’aggrave durant ta vulnérabilité,car tu est aussi dans le coma et tu as une impression que tu vas mourir car ta vie s’effondre aussi sous tes yeux…donc non ne jamais faire confiance aux paroles… Par le biais des réseaux sociaux,on sent cette souffrance par les écrits et c’est en ouvrant un site qu’on est reçu à bras ouvert,une personne qui ne te connait pas du tout et qui est prêt à te donner des conseils et t’aider aussi à remonter…Car les écrits restent et on se sent alors moins seul dans sa douleur…Dommage que tu sois si loin car on en aurait des choses à se dire,des douleurs oui,des mauvais souvenirs qu’on veut oublier,une étape de notre vie qui nous empêche d’avancer car on a perdu toute confiance et aussi en soi…Si on témoigne et qu’on écrit un article sur un sujet qui nous touche,c’est qu’on est aussi concerné…Je ressens cette souffrance que tu présentes et que tu veux maintenant aider les autres car tu aurais voulu qu’on ouvre aussi les bras pour toi…On veut tous aussi être aider et cet article et tes mots me touchent aussi…Ne change rien,tu es aussi sensible par tes écrits et je peux te dire que ça va aider plus un,car si je suis touchée,d’autre le seront…Passe une agréable journée…au plaisir de te relire cher inconnu…

    Aimé par 1 personne

  3. Alain

    Je me souviens d’une parole de l’Apocalypse : « Parce que tu n’es ni chaud ni froid, je te vomirai de ma bouche. » Dieu n’aime pas les tièdes parait-il.

    Je me souviens de mon beau-frère, il y a quelques années, disant : « ça ne me dérange pas que tu restes. »
    Je lui ai rétorqué : « J’aurais préféré entendre : ça me ferais plaisir que tu restes ! »
    Lundi j’ai mangé chez lui et il a dit : « ça me fait plaisir de vous avoir à table avec nous. »
    En partant je lui ai dit : « ça m’a fait plaisir de te revoir. »
    ça m’a fait du bien de le lui dire, et j’ai perçu que ça lui avait fait du bien à lui aussi de l’entendre.

    Je comprends aussi quand tu dis que la vie t’as préparé toutes ces années pour devenir cet initiateur que tu es aujourd’hui.
    Je ressens aussi par moments fortement être une sorte de guérisseur spirituel en devenir, pas encore prêt à œuvrer, mais en cours de formation par « la Vie ».

    Je vais être encore sur Brest pour 3 mois.
    Courant janvier j’aurai la réponse à me demande de mutation à Brive-la-Gaillarde en Corrèze.
    C’est là ou en Dordogne voisine que je souhaite m’établir durablement.
    Et c’est depuis ce lieu que je t’inviterai à venir faire quelque chose ensemble.

    Bisous Michaël.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s