Freevore

Baffrancou à Limousis (11), France 🇫🇷

🇬🇧 To translate my texts in your language, use the Google Widget on the right 👉

J’ai entendu le mot « freegan » récemment dans un film. La personne qui l’employait voulait dire qu’elle était végétalienne et ne mangeait que lorsque c’était gratuit. Je aimé l’expression et je l’ai tout de suite adopté pour moi, car c’est une formule que j’avais déjà commencé à appliquer il y a quelques temps. Comme je carbure sur des liquides et que je ne veux pas faire l’intéressant en société, je ne résiste pas et je mange quand je suis invité. Comme je mange de tout, je serais plutôt “freevore”… ce qui à mon sens signifie littéralement « celui qui mange gratuitement ». 😉

Cependant, je garde une certaine réserve. J’aime les vraies invitations, celles qui engagent. Pour moi, « Tu veux venir manger avec nous ? », n’est pas une invitation, même si la formule est courante. La formule demande plutôt si MOI je veux venir manger avec la personne. Pour moi, une vraie invitation serait plutôt : «J’aimerais beaucoup manger une pizza avec toi et t’inviter… si c’est okay pour toi ». Dans ce cas, je sais que la personne veut que je sois avec elle et que ce n’est pas une invitation de politesse. Comme j’aime être désiré, je ne peux pas refuser… 🍕

624977d8-9d39-436d-882c-f0665856eb4a

Notre langue regorge d’expressions courantes qui esquivent le sujet, gardent les propos vagues ou maintiennent une distance entre les gens. Si vous faites attention aux mots, vous remarquerez certainement la même chose que moi. D’une part, en parlant ainsi, nous ne nous engageons pas et n’occupons pas vraiment notre territoire… Puis d’autre part, avec d’autres expression courantes nous intrusions nos interlocuteurs avec des généralités, des leçons de morale, des accusations, des enseignements, des expressions rejetantes, des remarques condescendantes et même des ordres. Comme ce sont des formules considérées normales, la plupart d’entre nous ne l’entendent pas. 🧐

C’est peut-être l’avantage d’être un étranger, car les mots ne me viennent toujours pas automatiquement et je dois réfléchir quand je parle. Ainsi les expressions courantes stimulaient en moi par le passé souvent des plaisanteries sous forme de jeux de mots. Voici juste deux petits exemples simples. Qui d’entre vous a entendu dans le mot « déjeuner », qu’il s’agissait d’arrêter de jeûner, et qu’à l’origine le petit déjeuner n’existait peut-être pas ??? Qui se rend compte qu’en disant « Ce serait bien que tu ranges ta chambre », qu’en réalité on ne laisse pas le choix, car cela voudrait dire que si tu ne ranges pas ta chambre ce ne serait pas bien ! 🧹

suitcase-1412996_1920

De mon point de vue, c’est à cause de tous les automatismes verbaux que nous sommes en conflit permanent. Même si nous sommes habitués à utiliser des raccourcis lorsque nous parlons, le sens profond des mots est toujours entendu. Avec la pratique, j’ai appris à dire ce que je voulais, sans blesser mon interlocuteur. Certes, c’est plus difficile quand je suis en colère, mais avec la pratique j’ai appris à éviter les expressions courantes et ainsi à parler de manière engagée, à ne pas intruser et à parler simplement de moi… 🗣 

En fait, c’est ça la Communication Vulnérable. J’arrête de pointer du doigt, accusant l’autre. Je cesse de blâmer mon entourage pour les malaises que je ressens et j’assume mes incapacités, mes défauts et mes manquements. Si je suis cohérent avec la notion d’Unité, j’ai conscience que l’autre c’est moi et que je suis le créateur de chaque situation. Dans ce cas, il est indispensable d’apprendre à parler sans blesser l’autre… et surtout à ne pas le blesser automatiquement ceux que j’aime par des formules verbales toutes faites dont, par habitude, je n’entends plus vraiment le sens… 👉

ape-17474_1920

C’est la chose la plus courante chez les couples que j’accompagne, mais je vois le phénomène un peu partout autour de moi. Entre parents et enfants, entre amis, entre collègues, entre voisins et entre personnes qui ne se connaissent pas. Le moindre mot peut faire mal et à mon avis on n’y prête pas assez attention. On oublie que nos interlocuteurs sont généralement des traumatisées ambulantes, même si cela ne se voit pas sur leur visage. Nous parlons en fait à des plaies ouvertes et sommes surpris si nous recevons de fortes réactions en retour. 🏥

Si je veux que la violence cesse, selon Ghandi je dois être le changement que je veux voir dans le monde. Ça fait longtemps que je me transforme intérieurement et extérieurement en regardant ce qui me revient en boomerang. Beaucoup de problèmes peuvent se régler tout simplement en apprenant comment parler à l’autre sans le blesser. Si j’ai inventé la Communication Vulnérable c’est parce que selon mon expérience même la Communication Non Violente est encore trop violente et trop intrusive. Ce n’est pas facile de changer ses reflexes verbales, mais les résultats sont immédiats si je suis prêt à apprendre et que j’insiste un peu… 🫶

Je vous souhaite une merveilleuse journée, soirée ou nuit… où que vous soyez… ∞❤️∞ 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s