Me comprendre

Taillefer (09), France 🇫🇷

C’est rare que je me sente compris. Tellement rare qu’il est plus facile de me confier à quelqu’un dont je sais d’emblée qu’il ne me comprend pas… et que lui aussi il sache que c’est le cas. Avec mon ami du lycée, Ruben, c’est comme ça. Nous nous appelons environ une fois par semaine et j’adore partager mon vécu avec lui. 😍

Parfois, quand ma vie devient très intense, je l’appelle plus souvent encore. J’ai la même envie de lui raconter ce qui m’arrive, que j’ai pu avoir quand j’étais jeune, avec ma mère. Je pense que ça vient parce que mon histoire l’intéresse vraiment même s’il ne comprend pas tout, parce qu’il m’aime beaucoup et m’accepte exactement tel que je suis… et surtout parce que il sait vraiment écouter. ☺️

Il ne me juge pas, ne me met pas en question, ne cherche pas ma faille, n’accapare pas mon histoire, ne me donne pas de conseils, ne cherche pas à régler ses comptes avec moi, ne se compare pas, ne fait pas la compétition, ne me pousse pas, ne m’impose pas ses points de vues ou ses opinions, ne me met pas la pression, ne me dévalorise pas, n’est pas condescendant… rien de tout cela. 🙊

Il m’écoute patiemment et attentivement et, malgré mon flot de paroles, il me pose encore des questions. Des vraies d’ailleurs… pas des sous-entendus, mais celles qui me font parler davantage. Il cherche vraiment à me comprendre et à me rejoindre. Je le sens et j’aime ça. Souvent l’humour prend une grande place dans nos échanges. Et même si, à force de chercher à dire des bêtises, un de nous “blesse” l’autre, celui qui est touché dit la phrase : “Et ça, je le prends comme un compliment !”. C’est tellement simple et agréable de communiquer ainsi… 😌

Je préfère plutôt quelqu’un comme ça qui admet qu’il ne me comprend pas que quelqu’un qui insiste sur le fait qu’il a vécu la même chose et a systématiquement besoin de se comparer avec moi. Ça arrive souvent ici dans mon journal. J’ai déjà partagé sur ce sujet et je n’en reviens pas de voir avec quelle facilité certains pensent me comprendre, me connaitre et pensent savoir où je me trouve sur mon chemin. Souvent, pour respecter leur contribution je mets au moins un smiley. 🤨

IMG_3076.jpg
La pleine lune de lundi soir… La déesse-mère veille…

J’aime lire vos commentaires, vraiment, mais je me rends compte à quel point il est difficile pour la plupart d’entre nous de parler de soi et de laisser l’autre tranquille et dans sa valeur… moi en l’occurence. J’aime quand quelqu’un sait prendre mes textes pour lui et les utilise pour se mettre en question à son tour. J’aime lire votre vulnérabilité à travers un vécu partagé ouvertement. Je radote, je le sais. Pas grave… je ne peux pas écrire quelque choses d’originale tous les jours quand même ! 😉

Il y a une citation amérindienne que j’aime beaucoup qui dit : “Avant de juger une personne, marchez trois lunes dans ses mocassins !” En ce qui me concerne je dirais même : “Ne me jugez pas car vous ne pourrez jamais marcher assez longtemps dans mes godasses pour savoir d’où je viens, par où je suis passé, ce que j’ai vécu et qui je suis devenu !” 👟

Ha, mon propre orgueil me fait rire… ou est-ce plutôt de la fierté ? Peu importe… mais je sais moi, QUI je suis… je sais d’où je viens et je connais le chemin que j’ai parcouru… et je peux vous dire que c’est loin d’être banal et encore plus loin d’être facile à comprendre. Pour me comprendre ou me connaitre, pour me rejoindre dans mon coeur, il vaut mieux, comme le fait Ruben, me poser des questions, que de supposer. Je fuis ceux qui avec une certaine condescendance prétendent des choses me concernant. Certes, ils ne se tromperont jamais sur moi, les concernant EUX-MÊMES ! 😉 

Je les fuis comme la peste, parce que ce manque de conscience, de compréhension, de délicatesse ou d’écoute m’a déjà fait énormément de tort dans le passé. Le nombre de gens qui avec leurs esprit étriqué ou intelligence limitée pensent savoir qui je suis, et qui interprètent mes propos et mes actions sans y comprendre un jota, sont très très nombreux… et ils le sont de plus en plus au fur et à mesure que je m’éloigne du chemin balisé. 😖

compassion-857736-002

Ici c’est mon journal d’intimité intérieure. Si je l’ai mis en ligne c’est pour partager mes réflexions du quotidien ouvertement. C’est mon seul et dernier lien public que j’ai. Même si je peux avoir un regard critique sur la société et sur certaines manières de faire, je n’attaque personne en particulier. J’offre ma normalité, ma vulnérabilité et mon cheminement à la vue de tous. Chacun fait de mes textes comme bon lui semble. C’est le but, bien évidemment.  😌

Mais, si vous souhaitez me rejoindre de manière bienveillante et me toucher le coeur, je vous invite à vérifier vos écrits avant de les poster, que cela soit en commentaire, en sms ou en email… puis même de vérifier vos paroles avant de les sortir de votre bouche, quand nous nous parlons. Préférez les questions plutôt que des confirmations hâtives. Soyez curieux de me découvrir au-delà de vos préjugés. Ça me laisse la place de respirer, d’exister, de bouger, de m’apaiser… Ça me laisse surtout l’espace, et l’illusion peut-être, de croire que je suis spécial, différent et unique. 😅

Certains disent qu’il est difficile de parler avec moi. Et, ils ont raison ! Je me souviens qu’à la fin de notre relation, ma dernière compagne en date ne savait même plus comment s’y prendre. Elle ne savait pas, comme la plupart d’entre nous d’ailleurs, parler d’elle… mais seulement de l’autre, ou en réaction de l’autre. Nous nous sommes tous habitués à un mode de communication intrusif, irrespectueux et violent… et à tel point, que nous ne le remarquons même plus. 😏

Je ne suis plus un homme gentil !

Chemin faisant j’y suis devenu de plus en plus sensible. Jusque peu encore, il m’arrivait régulièrement, quand quelqu’un commençait à me dire ce qu’il pensait de moi de manière « normal », sans me demander si j’étais prêt à l’écouter… que je lui ai fait remarquer que ses ressentis lui appartenaient et que je n’étais pas une poubelle verbale, ni un dépotoir de ses émotions. Pas simple… pas gentil… mais très efficace ! Chacun dans son territoire… en tout cas, pour entrer dans le mien, ça demande de toquer à la porte et de demander audience d’abord. 😉 

Et bien évidemment, je sais de quelle manière j’ai pu moi-même être intrusif et comment j’ai pu involontairement manquer de respect à certains dans le passé avec mes conclusions ou diagnostiques rapides. Aujourd’hui, seuls avec ceux qui me le demandent, je me permet de parler de manière directe et franche. Sinon, si vraiment c’est important pour moi que je m’exprime, je demande la permission avant de dire ce que je pense de quelqu’un. Aujourd’hui je sais rester dans mon territoire et me retirer des polémiques inutiles et souvent douloureuses pour quelqu’un. C’est pour moi plus important que quelqu’un s’aime que de lui démontrer que j’ai raison ou que je suis mieux que lui. 🤩

En me relisant, le miroir me montre que j’ai, moi aussi, certainement encore un peu de chemin à faire dans ce domaine. Mmmmmm… je resterai vigilant de mon côté, promis ! Mais, je me rends compte que la variété énorme de mon vécu et de mes expériences me permet de comprendre facilement ce que vivent les autres. En revanche, je suis très conscient à quel point je suis quelqu’un de complexe et d’original et vraiment difficile à cerner… même si certains, malgré tout, peuvent encore penser le contraire.🧐

Je vous souhaite une journée magnifique… à demain ❤️💛💚💙💜🖤 

10 réponses

  1. Isabelle

    Bonjour Michael
    Merci de partager, une fois encore. Oui tu radotes, j’ai l’impression d’avoir déjà entendu cette demande, et c’est nécessaire car elle n’est pas acquise pour moi.

    Depuis le premier stage avec toi j’ai vu combien il m’est difficile de parler de moi, d’etre Présente dans être réactive, de rester dans mon territoire sans parler de l’autre, sur l’autre, sans me placer en victime pour essayer de le culpabiliser de le manipuler.
    Il m’etait alors évident que je voulais changer « ça »… Et pourtant je n’y suis toujours pas.

    Une phrase que tu as adressée à une autre personne à Noirmoutier m’a aidée. Quelque chose comme : c’est quoi qui est important ? Ce que tu veux de cette situation ou la relation à l’autre? Je me la répète quand je me vois tomber dans « le vouloir ». Et quelques fois ça me remet dans la douceur, dans l’ouverture, et l’aitre Reprend sa place dans mon cœur. Et je peux me dire : tout est parfait ainsi, c’est exactement ce que la vie me propose.

    Je continue, à mon rythme.

    Et j’interprete aussi qu’être curieuse de toi serait bienvenu. Est-ce bien cela? Si oui il va falloir que je regarde bien comment exprimer ma curiosité qui est bien là en restant dans mon territoire….
    à suivre.

    Merci pour ton partage qui m’invite à me de re-centrer.

    Douce journée à toi Michael

    Aimé par 1 personne

  2. florence arnaud

    Merci de ces écrits personnels et pour moi oui cela me pose questions sur questions ouvre mon regard plus largement c est des paroles précieuses et vraiment enchantés pour moi dans ces moments difficiles de ma vie j attends avec impatience de te lire de plonger dans tes écrits dans les profondeurs de ma vie
    NAMASTÉ
    NAMASTÉ 🤗🤗

    Aimé par 1 personne

  3. Frédérique

    Je reviens ici, guidée ce matin … pourquoi ? Je lis vos écrits avec ouverture et joue de découvrir à nouveau.

    Et toujours
    Une part de moi pleine dAmour qui ne cherche ni à comprendre, ni à avoir un avis sur… juste accueillir, lire, un partage précieux.
    Une autre part de moi est toujours aussi mal à l’aise, ne se sentant pas accueillie comme vous souhaitez l’être, à la lecture de l’idee toujours présente dans nombre de vos écrits que votre parcours ( que personne ne peut connaître complètement ne l’ayant pas vécu… mais n’est ce pas notre cas aussi ?) vous permettrait de sentir parfaitement ce qui manque à l’autre pour avancer et ce dont il a besoin… des certitudes que vous ne souhaitez pas pour vous-même.

    Ces petites phrases sont toujours reçues comme une violence chez moi Michael… certainement parce que mon parcours (comme le votre ?) a été et est toujours parfois une longue, très longue route et que j’ai compris que c’est à moi de choisir, pour garder mes forces de vivre, ce que je suis en mesure d’integrer à chaque moment de m vie. La lenteur parfois est vitale oui !!😉

    Est-ce donc si difficile pour chacun d’entre nous d’offtir À l’autre ce à quoi nous aspirons tant ?

    Ça l’est pour moi vraiment et je partage cette contradiction. Une demande forte parfois proportionnelle à ma difficulté à l’offrir.

    ☀️❤️Pour vous Michael

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s