Aude sur… Jouer le jeu

Voici le partage d’une de mes co-exploratrices, Aude, sur « Jouer le jeu »… ☺️ 


J’oscille entre l’envie d’écrire, pour ne pas oublier, et la retenue, pour trouver les mots les plus justes et adaptés pour décrire mes voyages initiatiques. Ces moments sont souvent très intenses, et la mise en mots me semble parfois bien faible… 

Désormais, lors des explorations, je me sens intensément présente à moi et à ce qui se passe. Je ne cherche plus à fuir ce qui se présente. Je ne cherche plus non plus à satisfaire un pré-requis, ni une bienséance quelconque et encore moins à satisfaire un hypothétique objectif à atteindre. Mon corps, mes gestes, mon état intérieur, sont entièrement au service de la Source, de ma Source… Plus aucune gêne, ni l’once d’une peur. Je, ma petite personne ne sait pas, ne sait rien et ne veut rien savoir… N’est présent qu’un savoir venu d’ailleurs, et qui se présente au fur et à mesure que les gestes se déploient et se déposent… 

En revanche, tous mes sens savent exactement quoi faire et comment être. J’écoute ma voix qui s’élève, je me sens, je respire, je nous ressens, je nous vois.

Si je devais donner un titre à la symphonie qui s’est écrite d’elle-même, lors d’une dernière exploration, je l’appellerais « La Source ». Parce qu’une fois de plus, je me suis complètement abandonnée, et laissée transporter dans cet espace sacré.

Je me suis laissée découvrir, avec une sensation indescriptible d’infinité, une sensation d’offrande à la Vie… sublime reconnexion à mes profondeurs. Je ressens la puissance libératrice de cet instant, comme des chaînes qui se sont encore brisées, pour m’emmener toujours plus loin vers la Vie… D’ailleurs, n’est-ce pas ce que tu m’as dit à plusieurs reprises : « Dis le, que tu es vivante ! Dis que tu es vivante… »

C’est cette incroyable énergie de Vie qui libère mon corps et ouvre des portes… Je me vois comme un espace qui dépasse mes propres limites physiques et qui s’étend au-delà de moi… Je ne sais exactement comment définir cet état, mais je vois comment il s’ancre de plus en plus en moi désormais. Je me vis porteuse de cet infini, de cette infinité d’être et je sens alors comment la grande vie s’inscrit et laisse son empreinte en moi… 

Le retour à la vie après un temps d’exploration comme celui-ci, relève alors de la magie. Ré-concilier les mondes, les univers, les énergies et affiner un peu plus ma juste place… voilà mon merveilleux défi du moment. De la même façon que j’ai longtemps cherché ma juste place au cours des explorations, aujourd’hui je vois comment ma place s’ajuste dans mon quotidien. Le pont se fait entre les deux… C’est ça ma magie !

J’ai également, le souvenir de moments où je ressentais un tel décalage après un temps d’exploration, que je ne pouvais faire autrement que de me taire, faute de pouvoir exprimer clairement ce qui se passait en moi… 

Depuis peu, cette sensation laisse la place à une forme de tranquillité intérieure que je ressens dans mon hara et qui se diffuse dans l’ensemble de mon corps. L’impact sur ma posture est alors immédiat : mes mots consciemment choisis, se posent plus en douceur. Je me ressens présente, à la fois à moi et aux autres sans avoir besoin de m’exprimer. Je ne suis pas silencieuse, mais présente et à l’écoute. Je ne me sens pas non plus en retrait, ni en dehors du groupe, mais juste de côté, comme pour prendre la juste distance.

 Je me vois et m’entends valider ce que chacun peut présenter comme sa propre vérité, sans ressentir le besoin de faire valoir quoique ce soit pour moi. 

Alors que je reconnecte et approfondis le cheminement vers ma Source depuis plusieurs années, je me sens de plus en plus ancrée dans mon espace intérieur au milieu des autres, et je vois à quel point cette reconnexion permet et facilite mon ancrage. 

Je me vois et me vis de plus en plus réceptive à ce qui est, et se présente à moi… Le décalage entre ces deux mondes ne me fait plus peur. Je me sens à ma place là où je suis. Je sens, avant tout, que ma place est celle que je me donne à moi, de moi à moi. 

Là est la puissance du jeu du territoire… Mon espace est de mieux en mieux défini. Je l’explore et joue avec, en toute conscience, au cœur de la grande vie…

Aude

2 réponses

  1. florence arnaud

    je reste sans voix (sans voies) devant ton écrit juste une grande tristesse un désarroi devant des larmes qui coulent sur mon visage j’accueille cela Namasté Aude de me faire contacter mon intime ainsi fragile, profond intense merci

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s