Savoir se dire

Taillefer (09), France 🇫🇷

Il y a moins de commentaires sur mes articles. Certes, depuis que j’ai effacé tous les abonnés, mes articles sont un peu moins lus et moins rapidement. Ça me semble normal. Mais, dans l’ensemble ça ne change pas grand chose et je me rends compte que même avec moins d’abonnés, j’ai presque autant de visites. Je considère donc que l’absence de commentaires vient du fait qu’à force d’insister sur le respect, certains ne savent plus comment répondre. 😉 

Dans le fond, ça n’a pas vraiment d’importance pour moi. Ce lieu est avant tout mon journal et l’endroit où j’expose mes idées, mon état et mon chemin. C’est une expression journalière clarifiante qui m’aide énormément. Si je l’ai mis en ligne c’est pour trois raisons. D’abord c’est pour garder un dernier lien, une porte virtuelle ouverte vers le monde, car je ne suis plus dans aucun réseau et dans le dépouillement que j’ai vécu il ne me reste que très peu d’amis. 😌

Au début je n’en étais pas vraiment conscient, mais je pense que je cherchais aussi à atteindre ceux qui  me comprennent, ceux qui reconnaissent mon langage, ceux dont je suis spirituellement le plus proche. Même si nous sommes dans l’absolu UN, c’est rare que je me sente vibrer sur la même longueur d’onde que quelqu’un d’autre. Puis, en écrivant je perçois aussi que mon écriture est motivée par un espoir au fond de moi. Peut-être ce blog me permettra-t-il un jour de trouver une voie de passage facile vers la réalisation de mon rêve. 😜

Même si j’aime lire vos commentaires, j’aime penser que vous n’écrivez pas, ou moins, pour éviter d’être intrusif, condescendant ou autrement irrespectueux. Et ça me plait… C’est un peu en lien avec mon article de hier. Ceux qui me comprennent ou pensent me comprendre resteront. Les autres vont bien finir par passer leur chemin. 😌

J’aime le calme et la complicité qui résultent d’une communication consciente et vulnérable. J’aime sentir quand quelqu’un arrive à être auprès de moi sans avoir besoin de chercher la friction à travers une non-écoute et une non-présence. Dans le feuilleton que je viens de terminer c’est ce qui m’a touché le plus. Il s’agit de Poldark et la relation entre le héros, Ross, et George, un homme qui cherche à rivaliser avec lui depuis leur enfance. 😏

Je me reconnais bien évidemment dans les deux, même si j’ai aimé m’identifier au premier qui doit être tout le temps sur le qui-vive à cause des assauts de l’autre. Les intrigues, les suppositions, l’agressivité verbale, les manipulations, puis la recherche de pouvoir, de domination et de possessions n’arrêtent jamais au cours de ces 4 saisons. Ça m’a capté, mais mon dieu que c’était bon quand parfois, il régnait une ambiance de confiance et de simplicité. ☺️

Vous pouvez dire “Oh, ce n’est qu’une histoire”. Peut-être, mais j’y ai vu notre fonctionnement à tous au quotidien. Celui qui me désespère tant et où il s’agit de “chacun pour soi en dépit de l’autre”… et avec l’inconscience complète quant au sens profond derrière notre présence ici sur cette belle terre, devenir UN. Ce besoin de faire mal à l’autre, me dépasse complètement. Même si la plupart du temps celui qui agresse ne s’en rend même pas compte. 😳

Je sais de quoi je parle. Il m’a fallu des années et des années pour découvrir que je blessais des gens que j’aimais. Ça peut encore m’arriver, par mégarde. Je n’y arrive pas toujours mais je fais très attention. Ce qui a été à l’origine de ma découverte a été une prise de conscience importante. Je me suis rendu compte que je ne parlais en fait jamais à des gens en bon santé, en bon état, en équilibre ou en paix, comme cela pouvait se supposer de l’extérieur. 😅

Je parlais en tant qu’homme blessé à des personnes blessées. Je ne me rendais pas compte à quel point mes propres blessures influençaient inconsciemment le choix de mes mots et que j’étais involontairement, inconsciemment, mais systématiquement, en train de régler mes comptes et d’agresser autrui… et ça malgré le fait que beaucoup me voyaient comme un homme gentil. De l’autre côte, je ne me rendais pas compte non plus que mes propos atterrissaient sur un terrain miné, que chaque mot mal choisi pouvait raviver chez l’autre une émotion ou autre forme de douleur vive. 😢 

Dans ma tête de simplet, j’ai dû confondre l’apparence que les gens montraient avec la réalité. La plupart de ceux que j’ai rencontrés dans ma vie cherchaient à me faire croire qu’ils allaient mieux que moi et qu’ils étaient plus heureux et en meilleure santé. Alors, bien évidemment je n’ai pas fait attention. Qu’est ce que j’ai pu me trouver dans des situations compliquées à cause de ça. Je pense que c’est pour cela qu’aujourd’hui j’aspire à des relations simples, saines, vraies et profondes. 😍

man-888591

Okay, je suis à nouveau capable de me trouver dans le même espace que ceux qui blablatent sans considération. J’arrive même à les accueillir sans les juger, ni rendre la monnaie de la même pièce. Par contre, ce ne sont pas ceux dont je vais chercher la compagnie quand j’ai envie de passer un moment agréable. 😍

Je ne peux pas les juger. Je constate jour après jour à quel point notre expression verbale manque de finesse, de retenue, de sincérité, de simplicité et de vérité… et que nous ne le voyons même pas. C’est devenu normal de mentir, de faire intrusion, de se dire sans considération et de heurter ceux qui sont moins habiles avec les mots que nous. Quand je fais remarquer sa manière de faire à quelqu’un, la plupart du temps mes observations restent tout simplement incomprises. 😌

Alors OUI… en supposant que les lecteurs de ce blog réagissent moins pour la simple raison de ne plus savoir comment s’exprimer avec délicatesse et bienveillance, j’en suis heureux ! Parfois je reçois même un message en privé me reprochant de ne pas accueillir convenablement certaines personnes. Je vois bien qu’ils se basent sur leur besoin de pouvoir déposer leurs poubelles émotionnelles devant ma porte, parce que “c’est normal”. 😅

Peut-être ont-ils raison… mais je pense et vois les choses autrement. C’est un sujet qui revient ici régulièrement. Ça doit donc me tenir à coeur. Je sais à quel point j’aime écouter les gens. Avec nostalgie je me rends compte combien de temps est passé depuis la dernière fois où j’ai rencontré quelqu’un qui savait s’exprimer d’une manière qui me donnait envie de l’écouter encore et encore. Ça se compte malheureusement en décennies. 😔    

En écrivant j’ai pensé à un beau texte de Jacques Salomé avec lequel j’aime finir mon article du jour :

QUAND JE TE DEMANDE

Quand je te demande de m’écouter et que tu commences à me donner des conseils, je ne me sens pas entendu.

Quand je te demande de m’écouter et que tu me poses des questions, quand tu argumentes, quand tu tentes de m’expliquer ce que je ressens ou ne devrais pas ressentir, je me sens agressé.

Quand je te demande de m’écouter et que tu t’empares de ce que je dis pour tenter de résoudre ce que tu crois être mon problème, aussi étrange que cela puisse paraître, je me sens encore plus en perdition.

Quand je te demande ton écoute, je te demande d’être là, au présent, dans cet instant si fragile où je me cherche dans une parole parfois maladroite, inquiétante, injuste ou chaotique.

J’ai besoin de ton oreille, de ta tolérance, de ta patience pour me dire au plus difficile comme au plus léger. Oui simplement m’écouter… sans excusation ou accusation, sans dépossession de ma parole.

Ecoute, écoute-moi ! Tout ce que je te demande c’est de m’écouter. Au plus proche de moi. Simplement accueillir ce que je tente de te dire, ce que j’essaie de me dire.

Ne m’interromps pas dans mon murmure, n’ai pas peur de mes tâtonnements ou de mes imprécations.

Mes contradictions comme mes accusations, aussi injustes soient-elles, sont importantes pour moi. Par ton écoute, je tente de dire ma différence, j’essaie de me faire entendre surtout de moi-même. J’accède ainsi à une parole propre, celle dont j’ai été longtemps dépossédé.

Oh non, je n’ai pas besoin de conseils !

Je peux agir par moi-même et aussi me tromper. Je ne suis pas impuissant, parfois démuni, découragé, hésitant, pas toujours impotent. Si tu veux faire pour moi, tu contribues à ma peur, tu accentues mon inadéquation et renforces peut-être ma dépendance.

Quand je me sens écouté, je peux enfin m’entendre. Quand je me sens écouté, je peux entrer en reliance. Etablir des ponts, des passerelles incertaines entre mon histoire et mes histoires. Relier des événements, des situations, des rencontres ou des émotions pour en faire la trame de mes interrogations. Pour tisser ainsi l’écoute de ma vie.

Oui ton écoute est passionnante.

S’il te plaît écoute et entends-moi.

Et si tu veux parler à ton tour, attends juste un instant que je puisse terminer et je t’écouterai à mon tour, mieux, surtout si je me suis senti entendu.

Je vous souhaite une journée pleine d’Amour ❤️💛💚💙💜🖤 

22 réponses

  1. florence arnaud

    Bonjour Mickaël,
    j’ai très peu commentée tes écrits ces jours, et je m’en excuse car j’ai une période basse moralement et impossible de lire, fatigue extrême pourtant je sais que la nourriture que tes paroles m’apportent sont riches et puissantes mais comme tu vas le voir je reprends de l’énergie suffisamment pour revenir me nourrir de tes riches mots
    namasté

    Aimé par 1 personne

  2. Alain

    « Savoir se dire »
    J’ai appelé un « ami » il y a quelques jours.
    Je voulais simplement prendre et donner des nouvelles.
    Il a malheureusement repris sa posture de « maître », d’ « instructeur » vis à vis de moi.
    J’étais très déçu intérieurement.
    Alors je lui ai écris ma déception par mail.
    J’ai pris le temps pour trouver les mots justes.
    Et il l’a très mal pris.
    Je m’en fous, j’avais besoin de lui dire les choses.
    Cela fait trois « amis » que je perds simplement parce que je refuse leur tendance dominatrice.
    Je cherche toujours à me positionner d’égal à égal, pour échanger sainement.
    Mais certaines personnes sont incapables de fonctionner sur ce mode, tant pis pour elles.
    De mon point de vue, elles sont « perdues », définitivement figées dans leurs croyances.
    J’ai appris ces derniers mois à me valider moi-même, à ne plus chercher cette validation au dehors.
    Cela rejoint la notion de territoire.

    Aimé par 1 personne

  3. Catherine

    Je lis toujours tes articles avec beaucoup d’intérêt, tu y poses les questionnements essentiels qui habitent un chemin d’évolution. Parfois je suis en résonnance, parfois non et ça me fait me questionner. Je n’éprouve pas toujours le besoin de faire des commentaires, Pour quelle raison ? parce qu’à mon sens, l’écriture sert à déposer, à partager des points de vue, des perceptions, des émotions… mais elle a ses limites en terme de communication. Et aussi parce que je respecte le cadre que tu as posé quant à la nature même de ton blog.

    Je ne sais pas si j’ai répondu à ta question ? Mais au fait, Michael, c’était quoi au juste ta question ? Y en avait-il une ? (ha ha !)

    Aimé par 1 personne

  4. Brigitte

    Si je n’écris pas de commentaire, rien à voir avec tout ce que tu dis. C’est juste que pour être précise çà me prendrait souvent plusieurs pages et plusieurs heures 😉 Temps que je n’ai pas à ma disposition même si j’aurais tant à te partager de mes avancées sur moi-même entre mon grand voyage et pleins d’autres choses. Ce que çà change concrètement dans ma vie. Le fait de faire son truc par exemple… je ne préfère pas me lancer dans une réponse, parce que des trucs qui sont mon truc, il y en a plusieurs. Allez je m’arrête car j’ai pas mal à faire aujourd’hui dont mes trucs.
    Bises.

    J'aime

  5. Maryse

    Par « hasard » je viens de trouver dans un vide grenier le livre « Le cœur est un chasseur solitaire » de Carson Mc Cullers. Il y a fort longtemps j’avais vu le film inspiré de ce roman et il m’avait fortement marqué. Le héros est un sourd-muet à qui plusieurs personnes se confient. Il lit sur leurs lèvres et leur sourit à l’occasion…
    Je n’ai jamais revu de film mais je vais lire le livre : j’ai encore quelque chose à comprendre ou, mieux, juste encore être touchée.
    Je lis pratiquement chaque jour ton blog sans savoir « pourquoi » mais juste c’est bien pour moi.

    Aimé par 1 personne

        1. Après avoir feuilleté le sujet, j’y vois une simple et belle analogie : Michael au Centre (bien entouré, lui) d’êtres esseulés. Cela dépend toujours si on regarde un tout (ensemble) ou les parties (individuellement). Si on changeait de point de vue, et si on se recentrait sur Soi ? On se rendrait peut-être compte que le décor est magique et que nous sommes aussi bien entourés. Merci à vous deux pour cet écart dans ma journée.

          Aimé par 1 personne

  6. Brigitte

    Parfois certaines textes me laissent sans voix … juste dans l instant présent que les mots alignés les uns après les autres me raisonnent avec melodie …. dans l harmonie de moi même… qu il n y a rien à dire ou rajouter parfois …. car ils infusent tout doucement avec le temps a chacun en chemin on il est rendu à l instant T ! Le silence est un mode de langage que j apprend à apprivoiser tellement le bavardage dans lequel je vivais, cachait ma « pépite »intérieure, tel un diamant que l on façonne tout au long de cette vie terrestre 😋 (ok un peu cliché … je me l accorde 😂 …. ) chacun l appelle comme il le souhaite …. ce cadeau intérieur qui m anime et qui me passionne tout en nuance ….

    J ai un mot qui me vient AUTHENTICITÉ…

    Très juste également et beau le texte sur l écoute …. tellement vrai dans la raisonnance de ce que je vis dans l expérimentation du verbe ….. l écoute est une qualité qui n est pas donné à tout le monde …..

    Et Merci pour tes textes qui me donnent à réfléchir …..

    De belles pensées d un coin du Var ensoleillé !

    Aimé par 1 personne

  7. Catherine

    Écouter….😍 bah j essaie de ne pas me décourager quand je n y parviens pas..et .j espère que dans ma prochaine vie je me réincarnerai …en une graaande oreille !!
    😂😂
    🥰🥰 Amitié

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s