Un livre sans fin

Dole 39100, France

Depuis longtemps des amis me disent que je devrais écrire un livre sur ma vie. C’est vrai, mon histoire est magnifiquement magique et pleine d’aventures. Souvent quand j’entends parler de quelqu’un de connu qui a vécu quelque chose de mémorable dans sa vie, il s’agit souvent d’une petite période dans une longue vie. Chez moi, ça ne s’arrête pas… 🤗

J’avais commencé à écrire pour la première fois il y a 15 ans déjà. Une autobiographie condensée suivie par la méthode d’accompagnement que j’avais mise en place. Je me souviens que j’avais écrit une quarantaine de pages sur mon ordinateur puis j’ai calé. Je me sentais gêné par mon style qui changeait à chaque fois et je ne trouvait pas non plus comment décrire un passage particulier de l’accompagnement. 😟

J’ai recommencé il y a 3 ans. J’avais eu un rêve où j’écrivais 6 petits bestsellers. Les titres me sont venus tous en même temps. Ejaculateur précoce, Mon père l’enfoiré, Je mourrais en bonne santé, Hitler mon pote… Je ne me souviens plus des deux autres. Mais chaque titre était très provocateur. J’avais l’intention d’écrire une soixantaine de pages pour chaque livre. 😌

J’avais eu l’idée de simplifier le récit en dénouant mon histoire compliquée en 6 trajectoires distincts. Après trente pages sur mon histoire intime, je sentais la résistance, la fatigue, la contrariété. J’étais en train de me forcer, de me faire du mal en essayant de répondre à quelque chose qui ne me correspondait pas. 😖

Ca me demandait trop d’effort pour rendre mon texte cohérent, éviter des doublons, garder le même style partout, corriger la grammaire, etc… J’avais l’impression de m’enfermer et de passer à côté de ma vie tout en expliquant comment vivre et devenir libre. 😅

Si je me souviens bien, c’est là où j’ai changé mon fusil d’épaule et que j’ai commencé à partager par des conférences par vidéo que j’ai mises sur Youtube. Parler a toujours été plus facile pour moi que d’écrire. Ceux qui me connaissent affirmeront que je suis un bavard incorrigible. En tout cas, je l’étais. 😉

Et maintenant, je me trouve en train d’écrire presque tous les jours dans mon journal de bord. J’y prends énormément de plaisir. Ca me prend une heure pour faire le texte, choisir une belle photo et ajouter éventuellement une bande d’annonce d’un film qui m’a plu. Je peux facilement faire des corrections si je perçois des erreurs. Souvent je les détecte quand je lis le texte en haute voix pour quelqu’un. Et s’il en restent, pas grave… Ce n’est qu’un blog écrit par quelqu’un qui n’avait que des 1 et des 2 pour ses testes de français à l’école. 😍

Pourtant, je ne sais pas si ce que j’écris est lu, ni par qui… ni l’effet que cela fait. Si j’écrivais un livre, j’aurais l’impression que le moment qu’il sort sur le marché, c’est déjà du dépassé et je ne vois pas d’intérêt de créer « du passée ». Par contre, un petit texte qui capte un moment précis et qui ne me prend pas plus d’une heure… mmmm, dans mon ressenti ce n’est pas pareil. Je le fais pour moi, pour mon soi. Je m’offre vulnérablement, je clarifie ma vie en écrivant, je partage spontanément… je médite en jouant avec des mots ! Et peut-être même j’améliore mon français au fur et à mesure. 😏

Récemment un ami-lecteur m’a fait remarquer que j’étais finalement en train d’écrire mon livre et que chaque article en formait un chapitre. Et c’est vrai, je ne me rendais pas compte mais je suis en train de faire un vrai livre… en continu, un livre vivant en quelque sorte… qui reste actuel… que je maintiens en vie en ajoutant des articles jour après jour. Hier meurt avec le texte de hier et aujourd’hui est une nouvelle journée avec l’aventure vivante d’aujourd’hui. Une histoire, une évolution, un livre sans fin… C’est ça mon Blog… Ca me plait !!! 😍

Et si mes textes disparaissaient ? Pas grave du tout… C’est déjà du passée de toute façon. Rien n’est perdu… Le présent est toujours là ! Ca me fait penser à cette belle expression : Hier est histoire, demain mystère et aujourd’hui c’est le présent… et c’est pour ça que l’on l’appelle ainsi. 🎁

Beau dimanche à tous ❤️💛💚💙💜

PS : Si tu habites dans le coin de Dole et tu as envie de participer à une petite conférence « entre amis » demain lundi 6 à 19h, tu es le bienvenu ! Le sujet est : Le Prana, vivre de lumière. Pour t’inscrire tu peux utiliser la page Contact.

 

10 réponses

  1. Mfr

    Oui chacun ses choix 🙂 Aucunement mon intention de te convaincre de quoi que ce soit. Juste le partage d’un vécu et je comprends tout à fait ton point de vue 🙂 Le blog est peut être l’écrit qui te convient aujourd’hui et pourquoi pas des films tiens oui ! 🙂 Etre en accord avec soi, clair dans notre intention et deviendra ce que deviendra l’action qui en découle. L’impermanence des choses…

    Aimé par 1 personne

  2. souchon nathalie

    tu avais déjà compris cela michael dans un précédent article…on continue à te presser sur ce sujet peut-être juste pour confirmer ton ressenti quant à la nécessité d’un écrit vivant qui ne peut qu’être éphémère, après bien entendu il y a le fait aussi qu’écrire ce livre, ton parcours de vie pourrait servir à d’autres…donc voir quel est l’objectif, l’envie profonde, ta mission…pas facile de se positionner là dessus j’imagine !!!
    l’expérience que nous partage mfr est donc intéressante et ouvre un autre point de vue
    bon courage

    Aimé par 1 personne

  3. Mfr

    Oui, ton blog sont tes écrits, ces partages de réflexions, constats, ressentis, vécus, envies, rêves… Tu écris déjà Cher Michael 🙂 Oui, le livre quand il sort c’est déjà du « dépassé » – pour l’écrivain en tout cas. Car pour les lecteurs, c’est une découverte qui peut les toucher, les interpeler par ce que tu as écrit. J’en parle maintenant d’autant plus facilement que je viens d’en faire l’expérience. Ecrire un livre était dans ma liste des choses que je voulais accomplir. Et après des années, je me suis lancée dans l’écriture l’été dernier, avec déjà des écrits ici et là que j’avais. Puis le travail de relecture à la rentrée, un long travail d’une grande richesse : celle de partager ce projet en en parlant à quelques personnes autour de moi, de vivre la frénésie de nouvelles idées, des mots qui se bousculaient dans ma tête, vite, trop vite même parfois. Et puis l’envoi, la réponse, l’édition. J’ai « touché » mon livre il y a quinze jours : du projet dans ma tête, au concret de cet objet que je tenais dans les mains. Emotions.
    Je l’ai relu avec ces 4 mois qui se sont écoulés entre l’envoi et l’objet dans les mains. Je lui ai trouvé des défauts en bonne perfectionniste que je suis 🙂 – il m’a plu sur d’autres choses et j’aime toujours la couverture avec cette plume, la photo, un tout MADE IN MARIE 🙂 Oui, entre l’envoi et l’édition, c’est comme « dépassé », pour moi, mais pas pour ceux qui le découvrent et me font leur retour. Chacun ses séquences de vie ses tranches, ses moments. Si une phrase, une citation, un chapitre ou une des nouvelles peut être une clé, un éclairage pour le lecteur, alors j’en suis heureuse, même si dépassé pour moi 🙂
    Et l’expérience de l’écriture fut d’une grande richesse : être au plus proche de mon intention, trouver le mot juste, chercher le synonyme pour s’en approcher, découvrir d’autres mots etc, me relier à mes ressentis, accueillir mon imaginaire… Très riche 🙂 Voilà pour mon expérience Cher Michael, écrivain sur blog 🙂 Je t’embrasse frère de coeur

    Aimé par 2 personnes

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s