Je les sens

Modi’in, IsraĂ«l đŸ‡źđŸ‡±

Aujourd’hui, je les sens mes 63 annĂ©es ! Depuis que j’ai achetĂ© le Trafic, je n’ai plus eu besoin de porter mon sac et je n’ai donc pratiquement plus eu d’exercice physique. Alors que maintenant, je me lĂšve tĂŽt, je marche 10 minutes vers le bus, fais mes leçons d’hĂ©breu en chemin, remarche 10 minutes vers l’hĂŽtel, reste environ 8 heures debout… et refais le mĂȘme trajet vers ma chambre Ă  la fin de la journĂ©e.

Je viens de rentrer et de prendre ma douche et j’avoue que j’ai plutĂŽt envie de m’allonger et de dormir, parce que j’ai la sensation dans mon corps d’avoir couru le marathon. Mais j’ai choisi de donner prioritĂ© Ă  mon envie d’Ă©crire pour garder le lien avec vous vivant. J’Ă©crirai peut-ĂȘtre juste un peu moins. Je vis mon travail dans l’hĂŽtel de plusieurs maniĂšres. En l’occurrence c’est aussi un moyen de me remettre en forme physiquement. 

Sur la route vers l’hĂŽtel…

Ce n’est pas trĂšs dur comme boulot. Certes, je suis la plupart du temps debout et parfois je dĂ©place quelques valises… mais je ne me prends pas la tĂȘte et je m’efforce surtout de m’amuser. C’est ce que ma jambe Ă  mon avis essaye de me faire comprendre depuis le dĂ©but. Alors, je lĂąche mon sĂ©rieux et je laisse doucement sortir ma coolitude. Du coup je m’amuse vraiment… et aujourd’hui je n’ai quasiment pas senti de douleur. Je suis certainement sur le bon chemin.

Je dis bonjour, ouvre des portes, accueille des gens, leur souhaite une bonne journĂ©e ou une belle promenade et leur demande Ă  leur retour s’ils ont passĂ© un bon moment. Parfois je discute avec eux pour leur tenir compagnie et au moment de leur dĂ©part je les accompagne vers la voiture. Quand je me lĂąche, j’ai toujours une bĂȘtise qui sort de ma bouche. Ça semble plaire, alors, au fur et Ă  mesure je redeviens tel que j’aime ĂȘtre… 

ITHAKA

Par C.P. Cavafy – Traduit par Google

Quand vous partez pour Ithaka
j’espĂšre que votre route est longue,
plein d’aventure, plein de dĂ©couvertes.
Laistrygoniens, Cyclopes,
PosĂ©idon en colĂšre – n’ayez pas peur d’eux:
vous ne trouverez jamais de telles choses sur votre chemin
tant que vous gardez vos pensées élevées,
aussi longtemps qu’une excitation rare
remue votre esprit et votre corps.
Laistrygoniens, Cyclopes,
PosĂ©idon sauvage – vous ne les rencontrerez pas
Ă  moins que vous ne les apportiez dans votre Ăąme,
Ă  moins que votre Ăąme ne les installe devant vous.

J’espĂšre que votre route est longue.
Qu’il y ait beaucoup de matins d’Ă©tĂ© quand,
avec quel plaisir, quelle joie,
vous entrez dans des ports que vous voyez pour la premiĂšre fois;
pouvez-vous vous arrĂȘter aux stations de commerce phĂ©niciennes
pour acheter de belles choses,
nacre et corail, ambre et Ă©bĂšne,
parfum sensuel de toutes sortes –
autant de parfums sensuels que possible;
et pouvez-vous visiter de nombreuses villes Ă©gyptiennes
d’apprendre et de continuer Ă  apprendre de leurs universitaires.

Gardez Ithaka toujours dans votre esprit.
Arriver lĂ -bas est ce Ă  quoi vous ĂȘtes destinĂ©.
Mais ne vous précipitez pas du tout.
Mieux si ça dure des années,
donc vous ĂȘtes vieux quand vous arrivez sur l’Ăźle,
riche avec tout ce que vous avez gagné sur le chemin,
ne vous attendez pas Ă  ce qu’Ithaque vous rende riche.

Ithaka vous a donné ce merveilleux voyage.
Sans elle, vous ne seriez pas parti.
Elle n’a plus rien Ă  vous donner dĂ©sormais.

Et si vous la trouvez pauvre, Ithaka ne vous aura pas trompé.
Sage comme vous serez devenu, si plein d’expĂ©rience,
vous aurez alors compris ce que ces Ithakas signifient.

Je ne suis jamais seul. Il y a d’un cĂŽtĂ© un homme de la sĂ©curitĂ© avec moi, et de l’autre, le chef des taxis. Les bell-boys sont souvent Ă  l’intĂ©rieur et sortent surtout quand il y a des valises Ă  porter. Mais, il y en a quelques uns qui viennent de plus en plus me tenir compagnie et discuter. Ils sont jeunes, beaux et sympas comme tout. 

Ce qui me plait aussi c’est qu’il est facile de ne pas manger. Je suis en pause alimentaire depuis la derniĂšre fois que j’ai Ă©tĂ© invitĂ©, c’est Ă  dire vendredi dernier, pour le soir de shabbat. Chaque deux heures, je prends juste une dizaine de minutes pour boire un bouillon ou un thĂ© chaud et j’aime m’offrir un jus de grenade frais quand je traverse le marchĂ© du Carmel sur mon chemin du retour. C’est la belle Vie… 

∞💜∞

8 commentaires sur « Je les sens »

  1. Bon repos, heureuse de lire ton travail jeu
    Cela m apporte du doux, une acceptation plus vive de mes douleurs malgrĂ© que mon Ăąge ne soit que de 46 ans mes articulations me font terriblement souffrir ….
    Je joue avec du mieux que je peux ….et ma fois je les sens plus douce ..namaste Michael

    Aimé par 1 personne

  2. Joie de te lire si bien dans ce que tu t’offres comme 9eme vie ! Bravo MichaĂ«l, je voyage n te lisant, et me sens inspirĂ©e et m’ancrant dans la simplicitĂ© et l’instant.
    Amuse toi bien â˜ș et merci merci pour continuer ces partages et maintenir le lien

    Aimé par 1 personne

  3. Mon torticolis à presque disparu ! 🙂

    J’ai achetĂ© rĂ©cemment une machine de musculation car j’avais des douleurs au dos et aux Ă©paules.
    J’en fais 1 heure par semaine et ça a suffit Ă  Ă©liminer les douleurs.

    Puis ce sont mes jambes, l’arriĂšre de mon genou gauche en particulier qui s’est mis Ă  me faire de plus en plus mal. J’ai fait radio et Ă©chographie et rien n’a Ă©tĂ© dĂ©celĂ©.
    Alors la semaine derniĂšre, j’ai achetĂ© un vĂ©lo d’appartement.
    J’en fais 15 minutes chaque soir, et mes douleurs aux jambes ont dĂ©jĂ  diminuĂ© de 90%.

    J’ai prĂ©fĂ©rĂ© acheter du matĂ©riel plutĂŽt que de m’inscrire dans une salle pour une question de facilitĂ© : faire du sport spontanĂ©ment Ă  toute heure sans avoir besoin de sortir de chez moi, prendre ma voiture, etc.

    Il parait qu’entre 30 ans et 80 ans, on perd environ 50% de notre masse musculaire.
    Chez moi c’est flagrant, dĂšs que je ne fais plus de sport, je perd du muscle et j’attrape des douleurs partout (dos, Ă©paules, jambes).

    Quand j’Ă©tais Ă  Brive, l’an dernier, j’allais Ă  la piscine une Ă  deux fois par semaine et ça suffisait Ă  me maintenir en bonne forme.

    Aimé par 1 personne

  4. Depuis le temps que je te lis, je sais combien ton sommeil est prĂ©cieux et ça me fait chaud au coeur de voir que tu le diffĂšres pour Ă©crire et ĂȘtre en lien avec ceux qui aiment te suivre !! NamastĂ© MichaĂ«l !!

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s