Des phrases courtes

Amsterdam, Pays-Bas đŸ‡łđŸ‡±Â 

Ça fait depuis presque un mois que j’apprends Ă  nouveau ma langue natale. La magie se trouve dans le fait que j’arrive Ă  retenir pour la toute premiĂšre fois enfin tous ces mots qui pour notre culture ne ressemblent Ă  rien. L’application Duolingo est vraiment gĂ©niale. Certes, si je veux me dĂ©barrasser des pubs et pouvoir travailler sans limitations, ça coute entre 7€ et 10€ par mois. Mais, en l’utilisant de maniĂšre gratuite c’est tout un jeu pour obtenir les points qui me permettent de travailler. 

Il y a des modules, des niveaux, des mini-tests, la possibilitĂ© de se stimuler en faisant la compĂ©tition
 mais surtout une mĂ©thode qui marche pour moi. Des phrases parlĂ©es qu’il faut Ă©crire, des phrases Ă©crites qu’il faut traduire, des images Ă  nommer et surtout beaucoup beaucoup de rĂ©pĂ©titions. Les leçons commencent Ă  un niveau trĂšs bas et augmentent graduellement en difficultĂ©. Les mots et des phrases reviennent encore et encore. Au dĂ©but, quand il y a une panoplie de mots nouveau qui arrive ou une apprentissage grammaticale, je sens un peu de stress. En mĂȘme temps je remarque qu’à force de rĂ©pĂ©ter, je fini par intĂ©grer.

Pour m’aider, j’utilise une dictionnaire français-hĂ©breu et google traduction. Ce dernier me permet de dire ce que j’entends sans avoir besoin de l’écrire. J’ai aussi une autre application avec 1400 mots. Chaque jour j’en apprends 5 et quand j’ai les mains occupĂ©es et la tĂȘte libre, je fais rĂ©pĂ©ter les mots acquis en boucle. A chaque fois que j’intĂšgre un nouveau mot, je me sens un peu victorieux.  

Jusque lĂ , j’ai travaillĂ© en moyen autour de 2 ou 3 heures par jour. C’était le temps qu’il me fallait pour finir mes points. Dans Duolingo, chaque jour commence avec 5 points (des coeurs) Ă  consommer. Chaque erreur m’en fait perdre un. Parfois, je peux en gagner en regardant une pub. Parfois, si j’ai bien travaillĂ©, je peux en avoir en Ă©changeant mes points bonus. Pour me stimuler, je participe aux ligues et dans les 3 derniers j’ai terminĂ© premier. Ça me crĂ©e une petite pression tout Ă  fait acceptable qui me pousse en avant.

Du coup, je regarde moins de films. Je les utilise maintenant pour m’offrir un moment de dĂ©tente ou pour fuir quand la pression de l’apprentissage devient trop grand. Pourtant, je vais accĂ©lĂ©rer le rythme. Une date de dĂ©part va bientĂŽt se profiler et je veux ĂȘtre prĂ©parĂ© aussi bien que possible linguistiquement. Je viens donc de prendre Ă  l’instant un abonnement chez Duolingo et je vais pouvoir travailler sans limites.   

CAD

Quand je suis arrivĂ© en France je ne parlais pas français du tout. J’étais nulle Ă  l’école dans cette matiĂšre et j’avais jamais plus que 2 ou 3 sur 10 pour les tests. Cette langue m’a pourri mes vacances, car chaque annĂ©e j’avais des cours de rattrapage estivaux dont je ne comprenais rien et qui me provoquaient un stress terrible. Je les repoussais jusqu’à ne plus pouvoir le faire et encore aujourd’hui je me demande comment j’ai rĂ©ussi Ă  les terminer convenablement.

C’est grĂące Ă  mes Ă©lĂšves de la gymnastique, les Ă©missions de Jacques Martin les dimanches et les sous-titrages des film, que j’ai rapidement appris Ă  parler. Il me semble qu’il m’a fallu seulement 3 mois afin de pouvoir commencer Ă  Ă©changer de maniĂšre simple. Pendant tout la durĂ©e ici en France, je n’ai pas cessĂ© d’apprendre. Mais, mĂȘme aprĂšs 35 ans, j’ai gardĂ© un peu de mon accent et je fais toujours des erreurs. GrĂące Ă  un esprit qui est toujours en mode apprentissage, j’en faisais de moins en moins, mais il en restaient toujours. Avoir Ă©crit au cours de ces trois derniĂšres annĂ©es presque 900 articles de 1000 mots environ chacun, reprĂ©sente pour moi une belle rĂ©ussite
 

Dans un film que j’ai regardĂ© hier, quelqu’un Ă©tait en train d’apprendre le japonais. Un ami lui avait conseillĂ© de faire des phrases courtes pour garder la grammaire simple. J’ai pris cette information pour moi. Surtout que,, pendant le repas du shabbat quelqu’un voulait dĂ©jĂ  me forcer Ă  ne parler que de l’hĂ©breu. La Vie ne cherche pas Ă  me contrarier, mais m’invite dĂ©jĂ  Ă  aller plus loin.

Je vais commencer aujourd’hui et je vais m’exprimer dĂ©sormais uniquement en hĂ©breu avec Marion, qui maitrise dĂ©jĂ  bien cette langue. J’aurai mon iPhone avec Google traducteur et le dictionnaire prĂšs de moi en cas de difficultĂ©. Ça me forcera Ă  chercher des mots et ainsi Ă  les assimiler peut-ĂȘtre un peu plus rapidement.  Il est bien possible qu’une fois en IsraĂ«l je m’interdirais la facilitĂ© d’utiliser l’anglais et que je me forcerais Ă  ne parler que l’hĂ©breu. AprĂšs tout, c’est exactement ce que j’ai fait en sens inverse quand je suis arrivĂ© aux Pays-bas.

Bon, dans une heure je vais rencontrer un ami de l’Ă©cole primaire avec notre maitresse dans un centre commercial qui se trouve Ă  10 Ă  pied d’ici. Se retrouver quand je visite Amsterdam est devenu comme une tradition ces derniĂšres annĂ©es. Je vais en profiter au maximum, car il est possible que ce sera la derniĂšre fois que je les verrais. 

∞💜∞ 

8 commentaires sur « Des phrases courtes »

  1. Merci Michael, ta citation tombe Ă  pic aujourd’hui ! Et bravo pour tous tes efforts dĂ©ployĂ©s devant ce nouveau dĂ©fi. Bonne journĂ©e.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s