Netanya ?!

🇬🇧 To translate my article to your language, copy the French text, click on this link and paste it in the Google translator that opens…

Michael Ă  Modi’in, IsraĂ«l đŸ‡źđŸ‡±Â 

Beaucoup de choses se sont passĂ©es cette derniĂšre semaine : Mon deuxiĂšme cursus d’hĂ©breu s’est terminĂ©, et j’y ai participĂ© sans lĂącher avant la fin… J’ai visitĂ© plusieurs chambres Ă  JĂ©rusalem et Ă  Tel Aviv, l’une plus crade encore que l’autre… Le confinement vient de finir, mais ce n’est pas tout Ă  fait clair pour moi ce qui se passe dehors… J’ai dĂ©cidĂ© de ma faire vacciner, juste pour ne pas me faire interdire l’entrĂ©e aux transports public … Je marche Ă  nouveau en short et t-shirt, puisqu’il fait trĂšs doux… et, j’ai probablement trouvĂ© oĂč je vais aller dans quelques semaines.

Une chose est claire pour moi : le moment de me poser pour de bon n’est pas encore arrivĂ© ! AprĂšs avoir vadrouillĂ© pendant 5 ans en France, j’avais tellement envie de ne plus bouger quand je suis arrivĂ© en IsraĂ«l, que mon Ă©lan de mouvement est parti et je me suis un peu avachi. Certes, ça tombait Ă  pic, puisque j’allais suivre des cours d’hĂ©breu et faire tout un travail de fond pour nettoyer les rĂ©sidus de mon passĂ©e ici… et, par expĂ©rience, je sais qu’il y a une limite bien prĂ©cise par rapport au nombre de choses que je peux gĂ©rer en mĂȘme temps.

Notre dernier cours par Zoom, mercredi dernier… 

Il m’a fallu quelques semaines pour me sentir Ă  nouveau prĂȘt Ă  bouger et Ă  continuer physiquement et gĂ©ographiquement mon aventure vers les Ă©tapes suivantes de ma destination, qui m’attendent patiemment quelque part dans l’espace et le temps. Pour valider mon ressenti, j’ai commencĂ© dĂ©jĂ  Ă  donner quelques affaires inutiles et Ă  mettre d’autres dans mon sac Ă  dos. Toutefois, j’ai malgrĂ© tout un tout petit peu plus que seulement un sac Ă  dos. La petite valise de cabine, que j’ai eu quand j’ai travaillĂ© Ă  l’hĂŽtel, sera pleine aussi.

Il y a quatorze mois, quand j’ai cherchĂ© un lieu pour atterrir tranquillement quelque part en IsraĂ«l, il y avait une femme, qui Ă©tait au mĂȘme lycĂ©e que moi, qui m’avait gentiment proposĂ© une chambre dans son appartement vide Ă  Netanya. A l’Ă©poque, je ne me suis pas senti prĂȘt Ă  aller dans un appartement dans une ville oĂč je ne connaissais personne, alors que je ne parlais pas encore la langue. Par facilitĂ©, j’avais choisi l’autre option, c’est-Ă -dire de louer une chambre chez une femme que j’ai connu sur Facebook… et proche de quelques personnes que je connaissais de mon passĂ©.

Les coquelicots (pÚreqiem) ici en Israël me transportent en sensation
directement vers les premiĂšres annĂ©es de ma vie…

C’Ă©tait rassurant d’avoir la clĂ© de cette appartement sur moi, sachant que je pouvais m’y rendre en cas de problĂšme. Toutefois, timide comme je suis et me sentant rapidement de trop, j’ai eu du mal Ă  contacter Mirjam cette fois-ci pour vĂ©rifier si son offre tenait toujours. J’ai tellement laissĂ© des gens et des choses derriĂšre moi en choisissant pour des relations vraies, puis de suivre le mouvement libre de la VIE, que j’ai rapidement la sensation d’utiliser quelqu’un quand j’ai besoin d’aide… alors, qu’il est Ă  mon avis tout Ă  fait naturel d’en demander si je n’arrive pas faire quelque chose par moi-mĂȘme.

Alors, aprĂšs avoir visitĂ© une chambre Ă  Tel Aviv en fin d’aprĂšs midi, j’ai pris mon courage Ă  deux mains et j’ai envoyĂ© un message WhatsApp Ă  Mirjam. Elle a rapidement rĂ©pondu que je pouvais sans problĂšme entrer dans son appartement bientĂŽt. Nous allons nous parler tout Ă  l’heure pour passer en revue les dĂ©tails. Je pense que ce sera encore pour un temps limite, puisqu’elle a l’intention de vendre son bien. Je ne vais donc pas encore me poser, ce sera simplement l’Ă©tape suivante de mon Ă©popĂ©e. Du coup, je vais pouvoir rester tranquillement dans ma chambre actuelle et tenir compagnie Ă  mon hĂŽtesse dans cette pĂ©riode si difficile pour elle.

Netanya est une trĂšs belle ville au bord de la mer et au nord de Tel Aviv. C’est la ville prĂ©fĂ©rĂ©e des français… et je vois ça comme un clin d’oeil me disant que le lien entre moi et la France est toujours vivant. Il semble en mĂȘme temps, que la ville se trouve sur une frontiĂšre climatique et que la tempĂ©rature en dessus de la ville est vraiment plus haute que celle d’au-dessus. L’appartement se trouve calme et Ă  peine Ă  20 minutes Ă  pied de la plage. Je ne sais pas si je vais pouvoir suivre Ă  nouveau des cours d’hĂ©breu. Je n’ai pas encore trouvĂ© d’Ă©cole et il est possible qu’au moment que j’arrive dans la ville, que les classes ont dĂ©jĂ  dĂ©marrĂ© depuis plusieurs semaines.

La logique me dit que c’est une Ă©tape oĂč je vais avoir la possibilitĂ© de m’intĂ©grer davantage dans la vie de mon pays. Je vais pouvoir continuer mes Ă©tudes de maniĂšre autonome et tout simplement en parlant avec les gens au quotidien. Ici Ă  Modi’in, je ne rencontre personne car c’est trĂšs trĂšs calme… alors que Netanya est beaucoup plus vivante et animĂ©e. En mĂȘme temps, tout en continuant Ă  accompagner, j’ai aussi envie de trouver un petit travail pour ĂȘtre Ă  nouveau parmi les gens et de pratiquer ma langue fraichement acquise. L’annĂ©e derniĂšre Ă©tait sous le signe de la solitude et la rĂ©paration… l’annĂ©e Ă  venir semble dessiner une re-dĂ©marrage…  

Quoi qu’il en soit, les signes me disent systĂ©matiquement les mĂȘmes choses ces derniers temps : aller lentement, me laisser emporter par le courant, rester fidĂšle Ă  qui je suis, rester dans ma simplicitĂ©, ne pas m’inquiĂ©ter pour la rĂ©-apprentissage de ma langue maternelle, rester centrĂ©, jouer la Vie… et surtout, accepter l’homme bizarre que je suis devenu…

Bon, je me sens Ă  nouveau tranquille sachant qu’il y a un endroit qui m’attend. AprĂšs avoir mis ma page de journal en ligne, je retourne Ă  mes leçons d’hĂ©breu. C’est fou la quantitĂ© d’effort que je dois faire pour si peu de rĂ©sultat. Mais, j’y prends un rĂ©el plaisir. J’entre dans la phase oĂč je m’exprime relativement facilement pour des choses simples, que je comprends Ă  peu prĂšs ce que les gens disent quand ils me parlent… et que je peux visionner des sĂ©ries tĂ©lĂ© sans sous-titrage. Je ne comprends pas tout, mais dĂ©jĂ  assez pour suivre l’histoire.

Je vous souhaite une dĂ©licieuse journĂ©e… et peut-ĂȘtre à ce soir pour la causerie… ∞❀∞ 

J’adore… 

4 commentaires sur « Netanya ?! »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s