Jusqu’au bout de la cohérence…

Le Chesnay-Rocquencourt (78), France 🇫🇷 

Je commence la plupart de mes vidéos Youtube par la phrase : « Voici la vidéo numéro “X” en cohérence avec la notion d’Unité ». Pour moi, aller vers l’Amour signifie faire UN avec tout ce qui est. En général, nous essayons de rassembler autour de nous ce qui nous ressemble… et ça me semble normal. Toutefois, de mon point de vue, c’est aussi ce que les grands dictateurs de l’histoire ont essayé de faire : Faire UN en éliminant tout ce qui est différent. Mon rêve de La Grande Famille était basé sur le principe que la différence nous rend ensemble plus riches, plus spéciaux et plus forts. Depuis des années j’essaie à comprendre comment j’ai été dévié de ma voie naturelle et j’essaie de la retrouver. J’ai passé la meilleure partie de ma vie à chercher à me réparer et à me guérir des incohérences imposées par mes enseignants. 👨‍🏫 🧑‍🏫 

Aujourd’hui, il m’est relativement facile d’accueillir quelqu’un qui ne me ressemble pas. En général, les difficultés et les conflits commencent par l’incapacité de l’autre à m’accepter tel que je suis. L’habitude humaine de négocier, d’argumenter et de convaincre est si ancrée et considérée comme normale que mes interlocuteurs ne se rendent même pas compte qu’ils empiètent sur ma tranquillité d’esprit et mon espace intime. Je le sais et je le vois, car j’ai moi-même été comme ça pendant de nombreuses années quand j’étais plus jeune. Je connais très bien ce besoin de pouvoir me valider par le fait que l’autre pense comme moi. Aujourd’hui, je vois où je n’ai pas vu ma propre incohérence. Certes, depuis que ma conscience m’a montré que nous ne sommes qu’une seule entité, je m’efforce de me reconnaître dans ceux qui m’entourent. 🛑 

man-4897647_1920

Comme je l’ai dit, il est facile d’apprécier quelqu’un quand il me ressemble. C’est plus difficile lorsque ses croyances, ses attitudes, ses comportements ou ses propos sont diamétralement opposés aux miens. Et c’est encore pire quand le besoin de se ressembler, et l’intolérance qui en découle, vient de l’autre. Cela fait quelques années que j’arrive à laisser les autres tranquilles dans leurs convictions, même si je vois bien avec mon expérience qu’ils vont dans le mur. Ma conscience et ma vision globale des choses m’appartiennent et depuis quelque temps il ne reste plus rien du sauveteur Mike que j’étais autrefois. Les seules personnes avec qui je négocie encore des notions liées à la réalité sont celles qui me demandent de l’aide. Pour moi, c’est simple. Si quelque chose dans la vie de quelqu’un ne va pas, il doit se changer les idées, littéralement, et voir sa vie d’une manière différente. 💡 

Cependant, même si quelqu’un m’a demandé de l’accompagner dans sa transformation, quand je vois qu’il oppose trop de résistance à son propre changement, je lâché prise rapidement et je le laisse retourner sereinement d’où il est venu. Il n’y a plus rien en moi qui ait besoin que l’autre pense, parle ou agisse comme moi. Je peux vraiment être ami avec des gens totalement différents. Plusieurs de mes meilleurs amis, actuels ou passés, n’étaient vraiment pas comme moi. Tant que l’ami n’essaie pas d’imposer sa vérité et me laisse en paix avec la mienne, tout va bien. J’aime apprendre… mais je déteste polémiquer. J’aime quand quelqu’un me pose des questions… mais je déteste qu’on me mette en question. C’est vraiment une histoire de respect qui peut être apprise à travers le jeu du territoire et la communication vulnérable. Malheureusement, j’ai perdu beaucoup d’amis pour qui l’intrusion était trop naturelle et carrément essentielle à leur façon de vivre la relation. 🙏 

no-access-71233_1280

Je vois depuis quelques semaines qu’il y a un endroit où ce n’est pas encore gagné pour moi et qui me met vraiment en difficulté. Autant il m’est facile d’accepter la différence de mes amis, autant je semble avoir besoin que ma compagne ait une vie plus ou moins synchrone avec la mienne. Bien sûr, ça peut paraître logique… mais en même temps ça ne l’est pas. Pour faire UN à partir de DEUX, il s’agit d’intégrer et d’assimiler les différences… et pas vraiment les similitudes. Au début de ma relation actuelle, j’ai surtout vu les similitudes que j’avais avec ma partenaire. Ils étaient soutenus par son désir de me rejoindre là où j’étais intérieurement. Quelque part en cours de route, la donne a changé et je me retrouve maintenant avec un partenaire que j’aime beaucoup, mais qui a vraiment une autre vision globale des choses, un autre cadre de référence, une autre vie spirituelle et donc d’autres normes et valeurs… qui finissent par donner d’autres priorités et d’autres choix.  👀

Alors que faire ? Il y a trop de signes qui valident, pour le moment en tout cas, notre relation. À mon avis, je dois apprendre la chose la plus difficile qui soit, qui est de vivre ma vie intérieure… à l’intérieur ! Selon moi, je suis censée pousser ma capacité à accueillir la différence de l’autre jusqu’au bout, jusque dans ma vie affective. Je suis censé appliquer en toute simplicité ce que j’enseigne depuis tant d’années… c’est-à-dire, vivre ma vie et laisser ma compagne vivre la sienne. Je dois apprendre à appliquer le respect envers les autres, tout en sachant accueillir leurs débordements, leurs intrusions, leurs manipulations, leurs incohérences, leurs jeux psychologiques, leurs questionnements et toute autre manifestations issue de leurs blessures, de leur conditionnement et d’un référentiel erroné. Pour l’instant, je me sens encore un peu triste et perdu dans cette situation. Je ne sais pas encore comment faire et j’ai besoin d’un peu de temps pour m’habituer à cette nouvelle idée du couple… A suivre… 👩‍❤️‍👩

Je vous souhaite une délicieuse journée, soirée ou nuit… où que vous soyez… ∞❤️∞ 

2 commentaires sur « Jusqu’au bout de la cohérence… »

  1. Bonsoir Mikaël,
    Quelle « sacrée » leçon de vie vous me donnez là !
    Je me retrouve tellement dans vos paroles, vos réflexions, votre introspection sur la relation à autrui et j’admire tout ce cheminement qui m’aide tellement à comprendre l’autre, à accepter la tolérance en moi au lieu de « jeter » l’autre dès le premier faux pas dans l’intrusion de mon intimité, cette introspection de mon Moi intime et profond, ce non respect de qui je suis…
    Comprendre l’autre, accepter l’autre… Que ce soit Amie, Ami, Compagnon de Route, frère, soeur, parents, enfants qui grandissent… Petits enfants qui vous jugent avec tant de candeur et dureté…
    J’ai trop tendance à m’isoler face à ces intrusions, à garder le silence car les paroles peuvent déraper si vite… à disparaitre…
    Mais qui a raison ?…
    Comment faire ?…
    Comment dire à l’autre que ce « non respect » de MON intimité fait si mal que j’en perd la parole et finit par voguer dans le silence de l’isolement ?
    Et oui, ainsi va la vie et il faut vivre avec tout en continuant de cultiver notre précieuse hyper sensibilité et en restant disponible pour toutes et tous.
    Merci Mikaël de me laisser vous lire, de me permettre de comprendre l’incompréhensible par vos réflexions intimes.
    Marie

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Marie, pour votre partage vulnérable… et bienvenue ! Votre question va certainement nourrir mon article suivant : “Comment faire…?” ☺️

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s