Mon p’tit tour ~ My little tour

🇬🇧 To translate my article to your language, copy the French text, click on this link and paste it in the Google translator that opens…

Michael Ă  Netanya, IsraĂ«l đŸ‡źđŸ‡±

Ayant enfin tout lĂąchĂ©, je n’ai plus beaucoup de motivation ni d’Ă©nergie pour avancer. Il y a longtemps j’avais dĂ©jĂ  compris, au cours de mes accompagnements, que ce sont nos blessures qui nous donnent cet Ă©lan, au delĂ  d’une espĂšce d’Ă©quilibre animale et naturelle, de se prouver, de se faire respecter, de se dĂ©marquer, de sĂ©duire, d’exister, d’appartenir, de s’enrichir, de se battre, de chercher Ă  se faire aimer, et plus encore…

Je suis encore lĂ  et mon histoire n’est pas terminĂ©. La diffĂ©rence entre avant et maintenant c’est que je ne dĂ©cide plus de rien. Je suis simplement attentif et je suis les signes au mieux de mes capacitĂ©s. Je suis prĂšs Ă  bouger au moindre indication. Je sais que la VIE me guide vers ma rĂ©alisation, vers mon état divin dans mon expĂ©rience terrestre. L’obstacle Ă  cette rĂ©alisation a toujours Ă©tĂ© moi, avec mes peurs, mes envies et mes volontĂ©s Ă©gotiques, ceux de ma petite personne.

Mon parcours prĂ©fĂ©rĂ© du moment…

Je ne fais plus obstacle maintenant… et comme mes blessures semblent pas actives en ce moment, je peux me laisser guider par les signes extĂ©rieurs, comme la synchronicitĂ©… et les signes intĂ©rieurs, comme mes ressentis… Je cherche Ă  sentir l’harmonie, la lĂ©gĂšretĂ© et l’Ă©quilibre et m’adapte en fonction d’eux. AprĂšs de longues annĂ©es, je n’applique enfin plus mes propres outils. Plus de palissade, plus de gestion Ă©motionnelle, plus rien… 

J’Ă©pouse complĂštement et paisiblement ma situation, mon Ă©tat et ma destinĂ©e. Plus besoin de supports divers pour redresser cette personnalitĂ© dĂ©formĂ©e par mon Ă©ducation et le conditionnement reçu de mes parents et de mes enseignants. Je suis nu, face Ă  la VIE… prĂȘt Ă  vivre la SimplicitĂ© Divine que les autres animaux n’ont pas perdu. Les animaux ne font pas tout un affaire de leur passage ici. Ils naissent, passent et repartent discrĂštement. J’ai l’impression d’ĂȘtre enfin arrivĂ© Ă  cette simplicitĂ© lĂ .

Voici l’appartement… Il est au premier niveau… Les fenĂȘtres sont cachĂ©es par l’oranger…

Je n’ai pas vraiment besoin de sortir de mon lit le matin. Rien ne m’appelle vraiment… Mais, je sens davantage d’harmonie quand je suis un programme approximatif et que je m’y tiens. Je m’aperçois aussi qu’il est important que je sorte de l’appartement, car il est sombre. Autant ma chambre Ă  Modi’in Ă©tait en plein soleil, ce qui est trĂšs bon pour quelqu’un qui doit rester confinĂ©… autant la lumiĂšre directe n’entre pas Ă  l’intĂ©rieur de l’appart oĂč je suis maintenant. Il y a un oranger devant la fenĂȘtre principale qui empĂȘche le soleil couchant de chauffer le salon. Il fait donc frais Ă  l’intĂ©rieur… ce qui sera certainement trĂšs avantageux pendant les mois d’Ă©tĂ©.

Quand la lumiĂšre me rĂ©veille par la petite fenĂȘtre en face de mon lit, j’aime bien commencer par regarder un film depuis quelques jours… Ensuite, je fais ma toilette et je m’installe dans le salon pour Ă©crire mon article du jour. Puis, il est important que je sorte et que je reste dehors aussi longtemps que possible. Hier je suis sorti vers 11 heures et j’ai fait le parcours que j’ai dessinĂ© sur la carte au-dessus. Je commence bien Ă©videmment Ă  l’appartement (1) et je descends une grande rue jusqu’Ă  la mer. En chemin il y beaucoup d’orangers qui bordent la route, des chats qui vivent librement dans les rues et je passe devant un grand quartier religieux… 

Hier, j’ai remarquĂ© que la route du bord de mer s’appelle l’avenue de Nice. Sur le panneau ci-dessus est Ă©crit en petit que c’est une ville de la Riviera Française. Ensuite, je longe la mer jusqu’Ă  l’endroit oĂč je me pose Ă  l’ombre pour faire un peu d’hĂ©breu sur Duolingo (2). En marchant, j’Ă©coute une application qui rĂ©pĂšte des mots sans cesse. AprĂšs, je continue jusqu’Ă  la rue Herzl, une grande rue trĂšs animĂ©e. J’ai vu que mon Ă©cole se trouve trĂšs prĂšs de lĂ  (3). A chaque fois que je vois un banc ou une chaise libre Ă  l’ombre, je m’y installe un petit temps pour Ă©tudier un peu plus et pour regarder les gens qui passent et s’affairent. Au bout de la rue, je bifurque vers la gauche, vers le marchĂ© (4), que je traverse et oĂč je fais Ă©ventuellement quelques courses… puis, je retourne Ă  l’appartement.

Je pense que le parcours fait environ 5 kilomĂštres et hier ça m’a pris 4 heures. Une fois mon article en ligne j’y retourne et j’ai l’intention de rester dehors un peu plus encore. BientĂŽt je visiterai la plage aussi pour faire prendre de la couleur Ă  mon corps. Par contre, je ne me sens pas encore prĂȘt Ă  faire mes dĂ©marches administratives, ni le mĂ©nage dans l’appartement. Je les ferai quand je le sentirai. Ma prioritĂ© est de me sentir en harmonie, afin que mon Ă©nergie remonte… le reste suivra. AprĂšs avoir mangĂ© normalement pendant plusieurs jours, il est claire dans mon esprit que c’est la nourriture solide qui maintient mon Ă©nergie basse. Alors, de ce pas je retourne aux liquides… A suivre…

Je nous souhaite une autre dĂ©licieuse journĂ©e… ∞❀∞ 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s