Le revers de mon blog

Taillefer (09), France đŸ‡«đŸ‡·

Ma vie bouge, je le vois et je le sens. Elle est en mouvement, c’est indĂ©niable. Ce n’est pas nĂ©cessairement visible en regardant grossiĂšrement mon quotidien. Non, c’est sous-jacent, subtil et dans les petits dĂ©tails. Le profil d’une personne qui me sollicite par-ci, un ressenti par-lĂ , une petite synchronicitĂ©, la qualitĂ© de mes nuits, l’état de santĂ© de mon corps, la facilitĂ© de me nourrir avec des liquides, ma paix intĂ©rieure
 ✌

Il est importante pour moi que ma vie continue Ă  bouger. J’ai un rĂȘve Ă  accomplir, une petite ou grande famille Ă  co-crĂ©er, une compagne Ăąme-soeur ou flamme Ă  retrouver. J’ai encore du pain sur la planche. Mais ça ne veut pas dire que je doive courir Ă  droite ou Ă  gauche pour que les choses se passent. Peut-ĂȘtre que si, mais je pense qu’il s’agit tout simplement de me changer de l’intĂ©rieur pour que mon extĂ©rieur ressemble Ă  mon rĂȘve. Si je reconnais ce que je vis dĂ©jĂ  comme parfait, mon rĂȘve est là
 🕊

Ce qui est mon dĂ©fi le plus important en ce moment est de vivre seul et d’aimer ça. J’ai beaucoup vĂ©cu en couple et ĂȘtre seul a Ă©tĂ© un choix conscient pour apprendre Ă  me suffire Ă  moi-mĂȘme et ainsi ĂȘtre un meilleur partenaire dans une nouvelle relation. Pour trouver mes deux derniĂšres compagnes, j’ai jouĂ© avec la loi d’attraction. Pas cette fois-ci ! MĂȘme si j’ai rĂ©guliĂšrement des contacts avec des co-exploratrices, ça fait dĂ©jĂ  4 ans que je ne suis plus en couple et que je me trouve face Ă  mon Soi. Je mesure ma progression intĂ©rieure au profil de celles qui viennent Ă  ma rencontre de temps en temps. 😍   

RĂ©cemment, j’ai commencĂ© Ă  avoir une correspondance par mail et WhatsApp avec quelqu’un. Ça arrive de temps en temps qu’une femme reconnaisse quelque chose en moi et cherche Ă  se rapprocher. Cette fois-ci c’était presque parfait et l’élan Ă©tait rĂ©ciproque. Jamais quelqu’un a su s’approcher aussi prĂȘt et me toucher autant sans que je l’ai vu. Car, Ă  part une photo sur internet je ne la connaissais pas. Par contre, pour avoir une idĂ©e de moi, il y a 230 vidĂ©os et 750 articles accessibles Ă  partir de mon blog. ✌

Une jolie histoire d’amour avec Nicolas Cage et Bridget Fonda (Netflix)

J’ai toujours pensĂ© que ça faciliterait les choses et que cela permettrait Ă  ceux qui cherchent Ă  me connaĂźtre de se faire une idĂ©e correcte de moi. Aujourd’hui je vois le revers de la mĂ©daille et les limitations que mon journal reprĂ©sente. C’est vrai, si quelqu’un a vraiment envie de savoir qui je suis, c’est possible, mais pour ça il faudrait qu’il regarde toutes mes vidĂ©os, qu’il lise toutes les pages de mon journal et qu’il remplisse les vides en m’interrogeant. Ouf
 😅

Ce que je constate c’est que la plupart des gens se forgent une opinion de moi Ă  partir de juste quelques textes et/ou quelques vidĂ©os. Certains arrivent Ă  voir une partie de qui je suis vraiment, et dans ce cas je peux me sentir touchĂ©. Mais, malgrĂ© tout je vois rapidement un mur qui se dresse entre la personne et moi, juste Ă  cause de l’image qu’elle fige de moi Ă  partir de quelques partages publiĂ©s. Les gens prĂ©tendent savoir trop rapidement Ă  mon goĂ»t qui je suis, oĂč j’en suis, comment je suis
 et mĂȘme ce que je peux penser ou avoir comme intentions. Jusque lĂ , ça ne m’a pas trop dĂ©rangĂ©. Mais, cette fois-ci oui
 Car j’ai vu le terrain d’un lien auquel je tenais se miner sans que je puisse y faire quoi que ce soitâ€ŠđŸ€”

Dans l’échange, ça se prĂ©sente gĂ©nĂ©ralement tout simplement Ă  travers des constats que quelqu’un fait de moi sans y ĂȘtre invitĂ©. Les gens se permettent de me dire comment il me voient sans se rendre compte que cela peut ĂȘtre intrusif, que ça pourrait m’agresser, mais surtout que cela pourrait me paraĂźtre complĂštement faux et Ă  cĂŽtĂ© de la plaque. La plupart du temps, les gens ne se rendent mĂȘme pas compte de leur intrusion. C’est devenu tellement coutumier. Pourtant, pour moi c’est clairement la source de chaque problĂšme relationnel. LĂ , j’étais fier de moi, car je ne me suis senti ni mal, ni en danger. Je n’ai juste pas su comment arrĂȘter le flot de mots imbibĂ© de projections, de transferts et, du coup, des pressions. đŸ€Ș

J’ai vu quatre options… Ă  part de se rencontrer et laisser parler directement l’énergie, qui se passe facilement des mots :
1 – Je me dĂ©fends et me justifie
 et je me place Ă©nergĂ©tiquement au niveau d’un enfant face Ă  sa mĂšre. Ce n’est pas ce que je cherche dans une relation, donc je ne l’ai pas fait.
2 – Je contre-attaque
 et je rĂšgle Ă  travers mon Amie Ă  mon tour mes comptes avec les femmes qui m’ont blessĂ© et j’entretiens le triangle infernal en devenant bourreau. Pas question que je fasse cela. J’ai dĂ©passĂ© ce stade
 et je respecte et aime les femmes trop pour ça.
3 – Je propose un jeu comme je le fais maintenant Ă  chaque fois que quelqu’un cherche Ă  s’approcher. Je dis que c’est un jeu, mais c’est plutĂŽt un accord pour ne pas empiĂ©ter sur le territoire de l’autre. Pour moi, c’est le top, car ça permet une communication en toute sĂ©curité  Je l’ai proposĂ©, mais en vain. Et ça arrive souvent. Beaucoup de gens semblent prĂ©fĂ©rer la simplicitĂ© du conflit au lieu de faire un petit effort ensemble.
4 – Je lĂąche prise et je m’éloigne en laissant l’autre dans sa dignitĂ©. C’est ce que j’ai fini par faire
 A regret, j’avoue.

Un autre film Netflix qui m’a fait couler des larmes… 

Seulement quand quelqu’un me le demande, je me permets de dire ce que je pense de lui, de son attitude, de son comportement ou de sa situation. Pendant un certain temps, j’ai senti parfois le besoin de dire ce que je pensais ou sentais. Quand ça m’arrivait, je demandais toujours la permission avant de parler de mon interlocuteur. Aujourd’hui, je suis enfin capable de laisser l’autre ĂȘtre qui et comme il veut et penser comme ça lui convient
 je l’écoute tout simplement en essayant de ne rien figer. Car ce qu’il dit aujourd’hui peut ĂȘtre diffĂ©rent demain. 😍

Dans le mĂȘme registre, je parle peu de moi quand je ne suis pas sollicitĂ©. J’écris dĂ©jĂ  dans mon journal et c’est beaucoup. C’est vrai qu’aprĂšs beaucoup de temps seul, quand je parle Ă  quelqu’un de vive voix, je peux ĂȘtre une vraie pipelette. Mais, je parle de moi
 pas de l’autre. Si je veux mieux le connaitre, je lui pose des questions. Et encore
 c’est rare. J’essaie juste d’ĂȘtre lĂ  au bon moment quand il se sent prĂȘt Ă  se dire. Si quelqu’un a envie de s’exprimer, je suis lĂ , j’adore Ă©couter
 surtout s’il sait parler de lui-mĂȘme. 💗

Il est donc relativement facile de s’approcher de moi. Il suffit de respecter mon territoire
 et peut-ĂȘtre pour cela crĂ©er un petit accord entre amis au prĂ©alable. Ensuite j’ai l’espace oĂč je peux me dĂ©finir moi-mĂȘme en toute sĂ©curitĂ© au lieu de me laisser dĂ©finir d’emblĂ©e par l’autre
 ce qui est bien Ă©videmment rĂ©ciproque. Il est facile de mieux me connaitre et de s’approcher de moi. Il suffit de me poser des questions au lieu de parler Ă  ma place ou de penser me connaitre Ă  partir de ce que j’ai pu dire ou Ă©crire dans le passĂ©. Car je change
 je change vite
 et je change tout le temps. 😉 

Ce qui m’arrive souvent, par contre, c’est d’écrire ici dans mon blog ce qui se passe pour moi, au lieu de le dire directement Ă  une personne concernĂ©e. Ce n’est pas par lĂąchetĂ©, mais souvent tout simplement parce que la personne ne me demande pas de dĂ©velopper mes pensĂ©es. Comme je n’ai nullement l’intention de faire la morale, ni d’enseigner ou de sauver qui que ce soit, je m’exprime dans mon journal intime. Ici c’est un lieu sĂ»r, oĂč j’ai crĂ©e la sĂ©curitĂ© dont j’ai envie et besoin. Je partage tout ce que je veux
 puis, je filtre les commentaires. C’est rare, mais ceux qui ne savent pas parler d’eux et qui ont besoin de juger ou qui ont une attitude condescendante ne voient jamais leur commentaire apparaitre. đŸ€š  

Je vous souhaite une dĂ©licieuse journĂ©e â€ïžđŸ§ĄđŸ’›đŸ’šđŸ’™đŸ’œđŸ–€Â 

All you need is love AND understanding… 😉 

14 commentaires sur « Le revers de mon blog »

  1. Rien Ă  dire rĂ©ellement sur moi…la vie me semble belle et je suis heureuse de voir qu elle l est pour toi aussi….je te suis depuis maintenant plus de deux ans…au dĂ©but par curiositĂ©, puis parce que j apprĂ©ciais ta façon authentique de t exprimer quand tu maĂźtrisais un sujet et quand tu sentais que quelque chose n allait pas. Ensuite le temps passant j ai eu l impression non pas de te connaĂźtre mais de te rencontrer chaque fois avec amitiĂ© et mĂȘme si le virtuel n est pas ce que je prĂ©fĂšre…c est devenu un peu addictif 😀 mais bon je ne fume pas, je ne bois pas, et je ne drague plus beaucoup..alors pourquoi se refuser ce petit plaisir. De plus, j adore les hommes (ok pas d ambiguĂŻtĂ©…j en aime un depuis 25 ans c est rĂ©ciproque et je connais mes limites 😊) mais Ă©tant Ă©galement assez authentique et spontanĂ©e ce n est pas Ă©vident de pouvoir avoir une relation de cƓur Ă  cƓur avec un autre homme sans les risques inhĂ©rents Ă  la diffĂ©rence de sexe.
    Donc je voulais juste tĂ©moigner de ma gratitude d avoir eu ce plaisir durant plus de deux ans….et que je ne peux que te souhaiter le meilleur….tu peaufines ton ĂȘtre depuis un bon bout de temps maintenant…. quel cadeau tu vas ĂȘtre pour une femme … sorciĂšre ? Chatwomen ? đŸ€—AmitiĂ©s Michael

    Aimé par 1 personne

  2. « Ă‰couter » j’ai un peu « appris » et pratiquĂ© grĂące aux bĂ©nĂ©volats dans les domaines de la mĂ©diation, de l’accompagnement des personnes en fin de vie et des appels tĂ©lĂ©phoniques aux personnes isolĂ©es. Mais « communiquer », j’ai conscience ne pas vraiment savoir faire. La « Communication Non Violente » pourrait ĂȘtre une aide : alors j’essaie de m’en inspirer en regardant notamment des vidĂ©os d’Isabelle Pavadoni. LĂ , ainsi aujourd’hui, je suis contente : en « m’expliquant » face Ă  face avec une personne, notre relation a pu Ă©voluer alors que chacun aurait pu fuir l’autre aprĂšs un « mal-entendu » suivi d’une rĂ©action irrĂ©flĂ©chie et inappropriĂ©e. Bref, je ne dĂ©sespĂšre pas : je peux m’amĂ©liorer puisque j’ai conscience que cela ne peut que favoriser ma « communication-communion » avec l’autre. Et puis, si quelqu’un peut me conseiller d’autres vidĂ©os sur ce thĂšme, je suis « preneuse ». Merci!

    Aimé par 1 personne

  3. En Ă©tant connectĂ©e Ă  cette Ă©nergie subtile du fĂ©minin, c’est mon positionnement intĂ©rieur qui me met en posture d’accueil de l’autre.

    Il fut un temps, oĂč il m’était difficile de laisser faire, de rester dans mon territoire sans intervenir dans celui de l’autre
. envie de prouver quelque chose, envie d’avoir le dernier mot


    J’ai bien compris que cette posture ne me menait nulle part, sauf vers une forme de frustration mutuelle oĂč chacun se retrouve sur le territoire de l’autre, pour rĂ©pondre Ă  de fausses attentes, sans aucune possibilitĂ© de se laisser ĂȘtre vraiment
.

    Moins de parole, plus d’écoute, plus d’accueil
 En fait, je me rends compte que je simplifie ma relation et que je permets dans le mĂȘme temps Ă  l’autre, d’ĂȘtre pleinement lui-mĂȘme. Je me sens Ă  ma juste place en Ă©tant dans cette posture sacrĂ©e : Accueillir et offrir ma prĂ©sence pour que la relation se vive et se construise, doucement


    Etre dans une relation sacrĂ©e avec l’autre, c’est ressentir au plus profond de moi que je n’ai plus rien Ă  prouver, ni rien Ă  vouloir pour l’autre. Je ne veux plus avoir Ă  le dĂ©finir pour le mettre dans une case, dans un carcan dĂ©finitif, dans un fonctionnement prĂ©Ă©tabli par des filtres qui enferment l’autre et qui m’enferment aussi, par la mĂȘme occasion


    Aimé par 1 personne

  4. Je peux maĂźtriser ce que je dis et comment je le dis, je ne peux pas maĂźtriser ce qui se passe chez l’autre. J’ai dĂ©jĂ  essayĂ© et je me suis Ă©puisĂ©e. Je dis un truc, et l’autre en face me sort un truc complĂštement Ă  cĂŽtĂ© de la plaque. J’explique, et c’est encore pire. So what ? M’Ă©puiser ? Non je m’en vais.
    Cela me rappelle une anecdote. Dans mon village, la mairie a crĂ©Ă© une chicane Ă  un endroit pour que 2 voitures ne se croisent pas et que les gens ralentissent. Un jour, j’arrive du cĂŽtĂ© oĂč je n’avais pas la prioritĂ©. Il n’y avait personne en face, donc je m’engage. Une fois bien engagĂ©e, une voiture en face est arrivĂ©e. D’habitude, çà se passe bien. Quand je suis engagĂ©e, les gens attendent que je passe. Et je fais de mĂȘme quand je suis Ă  leur place. Mais lĂ  je ne sais pas. Le conducteur a pris le parti d’accĂ©lĂ©rer et de me coincer dans la chicane tout en rentrant dans ma voiture. Et cela avec un rictus. Du coup, je n’ai pas bougĂ© d’un poil. Il est descendu de la voiture pour parler, je n’ai pas ouvert la vitre. Il a fait mine de regarder sa plaque d’immatriculation pour faire semblant qu’il y avait des dĂ©gĂąts, j’ai allongĂ© mon siĂšge. Je n’ai pas bougĂ© d’un poil, ni montrĂ© aucune agressivitĂ©. Mon fils Ă©tait mort de rire Ă  l’arriĂšre. Au bout de 5 minutes, il y avait une dizaine de voitures rĂ©parties de part et d’autre. Il est rentrĂ© dans sa voiture, est montrĂ© sur le trottoir et est parti. J’ai reculĂ© sur l’autre trottoir et ai laissĂ© les voitures d’en face (prioritaires donc) passer. Franchement, qu’aurais-je eu Ă  gagner en ouvrant la vitre et en partant sur un dialogue du style :
    – vous n’aviez pas la prioritĂ©,
    – quand je me suis engagiez, vous n’Ă©tiez pas lĂ …
    etc etc etc
    Le ton serait montĂ© et c’est tout. LĂ  sans m’Ă©nerver, sans agresser, sans parler, je l’ai laissĂ© dans ses croyances, ses convictions d’avoir eu raison de toucher ma voiture. Évidemment il n’y avait aucun dĂ©gĂąt. C’Ă©tait juste une provocation. Qui n’a pas marchĂ©. Et nous avons continuĂ© chacun notre route.

    Aimé par 1 personne

  5. Un p’tit coucou de passage : je salue et j’honore ta quĂȘte de vĂ©ritĂ© de l’instant dans la relation, je sais combien il est rare de la toucher, de se livrer dans son essenciel et d’Ă©couter l’essenciel de l’autre, et que l’un et l’autre se rencontrent dans cette conscience d’ĂȘtre. Merci Ă  toi de me rappeler Ă  cette espĂ©rance.

    Aimé par 1 personne

  6. Bonjour Michael,
    Ne sachant pas qui je suis, je n’ai aucunement la prĂ©tention de savoir qui tu es !
    Par contre, lorsque je te lis, ça fait naßtre en moi des réflexions que je te livres :
    – qui te dit que ton dĂ©fi le plus important en ce moment est de vivre seul et d’aimer ça ?
    – tu dis ne pas devoir « courir » Ă  droite et Ă  gauche pour rencontrer l’Ăąme sƓur. Vu d’ici je me dis quand mĂȘme que statistiquement il y a plus de chances que tu la rencontres en parcourant le monde qu’en restant dans ton camion au bout du monde, non ? Enfin, c’est juste mon avis.
    – je trouve Ă©tonnant que tu dises que personne n’arrivera jamais Ă  te connaĂźtre, savoir qui tu es, et que parallĂšlement tu rĂ©pĂštes souvent que toi, de ton cĂŽtĂ©, il te suffit de regarder une personne ou de parler 5′ avec elle pour tout savoir d’elle. Ce qui t’est donnĂ© Ă  toi serait donc impossible pour les autres ?
    – et, si je regarde ça avec les yeux du miroir, dont tu parles frĂ©quemment, que penser de cette attitude intrusive de l’autre qui fait des constats sur toi sans y ĂȘtre invitĂ© ?

    J'aime

    1. Je valide un peu tard… Ce commentaire avait atterri dans la boĂźte SPAM.
      Je t’entends Eric… et comprends tes interrogations… merci de les avoir partagĂ© ici… â˜ș

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s