Innocence

Baffrancou à Limousis (11), France 🇫🇷

🇬🇧 To translate my texts in your language, use the Google Widget on the right 👉

Je n’avais pas vraiment fini mon texte hier. Cela m’arrive parfois. J’ai un sujet et une idée que j’ai envie de développer et tout en écrivant et en suivant les méandres de mes pensées je perds le fil. Le titre du jour, « Innocence », décrit en fait le dénouement que je voulais donner à mon article d’hier. Je vais essayer d’expliquer comment ce phénomène peut être la réponse à mon défi(culté) relationnel. 👩‍❤️‍👩

Si je résume, le constat est simple. Je pense comprendre tout le monde. Mes expériences nombreuses et variées ont tellement élargi mes horizons que peu de choses échappent à ma compréhension. D’un autre côté, seules quelques personnes me comprennent. Je le vois dans les réactions des gens après que je parle. Souvent, les gens disent qu’ils ne sont pas d’accord. En creusant, j’ai découvert que la plupart du temps, ils ne me comprenaient tout simplement pas. 😏

hat-591973_1920

Que faire face à cela ? Je pense avoir tout essayé. Souvent je n’arrivais pas à aller jusqu’au bout et le problème persistait. Essayer d’expliquer quelque chose à quelqu’un qui ne comprend pas ce que je dis peut devenir vite conflictuel. Surtout quand les blessures de l’autre sont bien actives. Quand j’accompagnais encore beaucoup, j’avais la patience, la motivation et les arguments nécessaires pour sortir ceux qui me sollicitaient de leur résistance au bonheur. 🥊

Je n’arrive plus à le faire depuis quelques années. Aujourd’hui, je ne peux accompagner que des personnes qui ont encore l’envie et la capacité d’apprendre. Mais, j’ai gardé des réflexes. Certes, je ne sors pas de mon territoire et je ne pense pas non plus entrer chez quelqu’un sans y être invité. Un conflit peut seulement se créer lorsque quelqu’un de passage me sollicite sans être prêt à entendre ce que je vais lui dire. Je manque simplement de discernement quant à qui je donne mes perles. 💎

bison-european-2118538_1920

Malgré tous les traumatismes que j’ai traversés, j’ai gardé une forme d’innocence, mais pas la bonne. Je suis plutôt naïf en pensant que « cette fois » ce sera différent. Il me semble que c’est carrément une définition de la folie : faire la même chose encore et encore, en espérant un résultat différent. Cependant, grâce à un partage en Communication Vulnérable avant-hier  j’ai compris que ma voie de passage se trouve là, dans l’attitude et l’état d’innocence. Certes, il y a un piège, car si je joue à être innocent, je ne le suis plus ! 🤪

Schématisons pour simplifier. Avec ceux qui ne me demandent rien, c’est facile. Je suis juste Michael, le tartempion de service et je m’occupe tranquillement de mes affaires. Avec ceux que j’accompagne, j’ai un ticket d’entrée dans leur monde et je peux dire tout ce dont j’ai besoin… du moins, lors des rendez-vous. En dehors, si je ne suis pas sollicité, je redeviens à nouveau n’importe qui. Le danger se trouve lorsque des personnes sollicitent mes richesses et cherchent quelque part, consciemment ou inconscient, à se mesurer spirituellement ou thérapeutiquement. 💪

warning-2284170_1920

C’est là que se trouve le piège pour moi et où je dois garder la tête froide. Rester innocent face à ceux qui déballent leurs convictions et leurs connaissances, trop souvent stériles. Il suffit d’écouter… sans mieux savoir… sans chercher l’erreur ou l’origine de son problème… sans avoir les réponses. Si je réussis, cela évitera toute risque de conflit et me permettra en même temps d’apprendre encore et encore. Parce que quand j’écoute vraiment, je vois mieux mon reflet dans l’autre et j’en apprends beaucoup sur moi-même. Je dois juste me taire jusqu’à ce que je sois sûr que la sollicitation de l’autre est sincère et correspond à une réelle demande d’aide. 🙊

C’est plus facile à dire qu’à faire, car il y a un saboteur : ma blessure de rejet. C’est elle qui a besoin de reconnaissance et qui fait qu’à un moment ou à un autre j’ai besoin de montrer qui je suis, ce que je sais et ce dont je suis capable. Pour arriver à faire le contrepied et rester calmement avec moi-même, je dois arriver à me contenter de mon propre regard et me donner ce que mon père ne savait pas faire. Et ça, je peux le faire. Le temps dira si le regard conscient de mon Être Intérieur sur mon petit moi me suffira désormais… 🤡

Je vous souhaite une délicieuse journée, soirée ou nuit de fin d’été… où que vous soyez… ∞❤️∞ 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s