La mort du roi

Taillefer (09), France đŸ‡«đŸ‡·

Avec mon ami Ruben d’Amsterdam, je me suis entendu m’exprimer sur le dĂ©part de mon pĂšre, hier en fin de journĂ©e, par WhatsApp. Je lui ai partagĂ© que je me sentais comme je ne me suis jamais senti auparavant, et que je constate un Ă©tat et une attitude chez moi trĂšs inhabituels. Depuis que j’ai appris le dĂ©cĂšs de mon gĂ©niteur je me sens en joie
 profondĂ©ment. Quelque chose en moi semble avoir attendu ce moment depuis bien longtemps. 🩋

C’est comme une chape qui s’est retirĂ©e de ma vie et que ma libĂ©ration et ma libertĂ© s’en trouvent encore agrandies. J’ai l’impression de respirer mieux et que quelque chose de lourd, de pesant s’est envolĂ©. C’est exactement la mĂȘme sensation que j’ai eue quand Tototte, la dame ĂągĂ©e de 84 ans, m’avait libĂ©rĂ© de la magie noire que j’avais subie pendant trĂšs trĂšs longtemps, il y a presque 20 ans. 😅

Peut-ĂȘtre que ce n’est que dans ma tĂȘte, mais je pense que mon pĂšre vivait au quotidien son non-amour pour moi. Je pense que c’était un Ă©tat actif et rĂ©-actif constant mĂ©langĂ© de sentiments plus ou moins sombres, comme la jalousie, la colĂšre, l’incomprĂ©hension. Diriger des sentiments comme ça vers quelqu’un est dĂ©jĂ  une forme de magie-noire, mĂȘme si l’émetteur ne le fait pas de maniĂšre volontaire. Il entretenait une espĂšce de hargne, d’aversion
 sa rĂ©ponse Ă  un amour refoulĂ© et soutenu par des blessures graves. 😏

time-for-a-change-3842467

Je pense qu’au dĂ©part de notre histoire commune, quand je suis parti avec ma mĂšre vers les Pays-bas aprĂšs leur divorce, il a eu plus mal qu’il n’a voulu admettre. Quand je l’ai revu 18 ans plus tard, je pense qu’il n’a pas su gĂ©rer ma dĂ©ception et ma colĂšre concernant sa longue absence silencieuse, puis l’attitude qu’il a eue envers moi quand nous nous sommes revus. Il est clair que pour pouvoir vivre avec lui-mĂȘme et sa famille, il fallait me trouver une place cohĂ©rente dans son existence. Alors, je suis devenu le mouton noir, l’exclu, le mĂ©chant… l’ennemi Ă  abattre. đŸ€š

D’ailleurs, je remercie ceux de mon entourage qui, quand ils ont su qu’il Ă©tait parti, de ne pas m’avoir prĂ©sentĂ© leurs condolĂ©ances. Okay, une seule personne m’a envoyĂ© des cĂąlins virtuels. Elle n’avait sĂ»rement pas compris ce que je vivais. Ruben disait hier que pour sa compagne ce serait certainement difficile de comprendre cela. La mort chez les juifs, c’est grave. Moi, j’ai plutĂŽt envie de recevoir et de me faire des cadeaux pour fĂȘter la fin du rĂšgne de cet homme. 😌

Pour moi, la mort n’existe pas. De ma fenĂȘtre il n’est pas parti. C’est seulement sa prĂ©sence dans notre jeu virtuel commun qui a cessĂ©, c’est tout. Rien ne se crĂ©e, rien ne se perd, tout se transforme. Il est retournĂ©, ou il est en train de retourner, dans son Ă©tat Ă©nergĂ©tique pur et fait ou fera bientĂŽt Ă  nouveau entiĂšrement parti du UN. Je l’aime, je l’ai toujours aimé  mais, mon dieu, que je suis heureux qu’il soit parti
 Le rois est mort, vive le roi ! Je vais enfin pouvoir prendre ma place et vivre mon hĂ©ritage. 👑  

Je peux m’imaginer que pour ceux qui considĂšrent la mort comme quelque chose de rĂ©el et de grave, mon langage peut sembler dur et choquant. Je peux aussi m’imaginer que pour ceux qui pensent que l’amour est un sentiment qui accompagne un comportement de servitude, mon expression est loin d’ĂȘtre cohĂ©rente avec l’UnitĂ© que je prĂŽne. Ce n’est pas mon intention de choquer ou de blesser qui que ce soit. Je reconnais dans son dĂ©part simplement la place parfaite que l’évĂšnement prend dans le dĂ©roulement de mon Ă©popĂ©e. 💝

Mon Ibiza PORT15UHF-BT Enceinte Portable 800 W Noir arrive aujourd’hui. Ce soir nous serons au moins 6 ici Ă  Taillefer. Ce sera peut-ĂȘtre l’occasion de danser et d’accompagner mon pĂšre vers sa maison avec de belles vibrations de joie et de lĂ©gĂšreté  D’ailleurs, ça me fait penser Ă  une belle histoire Zen. â˜Żïž

« Jadis, trois moines voyageaient en Chine, anonymes et toujours contents. On les appelait simplement les trois moines rieurs. Lorsqu’ils arrivaient dans un village, ils se postaient sur la place du marchĂ© et se mettaient Ă  rire. Leur bonne humeur se propageait rapidement et dĂ©clenchait la gaietĂ© dans toute l’agglomĂ©ration. Les gens aimaient beaucoup ces trois hommes qui savaient les mettre en joie et dĂ©rider les mĂ©lancoliques, les colĂ©reux, les envieux, les jaloux
 Ils ne prĂȘchaient pas, ils crĂ©aient simplement pendant quelques secondes un monde nouveau, une situation de non-mental.

Un jour, l’un d’eux mourut. Les gens Ă©piĂšrent les deux moines privĂ©s de leur vieux compagnon, se disant que cette fois-ci, on les verrait dans l’affliction. Or, les deux hommes riaient. La foule en fut un peu choquĂ©e. Nous rions, expliquĂšrent les deux compĂšres, parce que notre ami a gagnĂ©. Nous avons souvent pariĂ© pour savoir qui de nous partirait le premier. Nous fĂȘtons sa victoire. Et puis, nous avons toujours vu notre compagnon hilare. Pouvons-nous lui dire adieu en pleurant ? Il penserait certainement : « Pauvres idiots ! Vous voilĂ  retombĂ©s dans le piĂšge ! » Pour nous, il n’est pas mort. La gaietĂ© et la vie n’ont pas de fin !

Avant d’expirer, le moine avait demandĂ© qu’on ne procĂšde pas Ă  la toilette des morts. Ne me lavez pas, ne changez pas mes habits, avait-il dit, placez-moi tel quel sur le bĂ»cher. Or, il avait cachĂ© des feux d’artifice dans ses vĂȘtements. En dĂ©couvrant cette derniĂšre farce de leur ami, les moines se mirent Ă  danser et bientĂŽt la liesse fut gĂ©nĂ©rale. Les funĂ©railles furent une diwali, une grande fĂȘte. »Â 

Bon voyage papa ! Belle journĂ©e Ă  nous tous
 đŸ’đŸ’„đŸ”„đŸŠ‹đŸŒžđŸ‘‘đŸŒˆ

12 réponses

  1. florence arnaud

    Bonjour, tes mots rentrent ma projection que j’apprivoise de mieux en mieux, toute les personnes parties reviennent et continuent indĂ©finiment une vie vers le un ; l’histoire ou plutĂŽt le conte que tu ajoutes a ton article me donne une vision plus joyeuse d’un dĂ©part ; une vision de libĂ©ration de moi mĂȘme un nouveau souffle. Une vision de la vie qui nous poussent vers le JE le JEU des farces dans ce conte, l’expression de notre JE de joies namastĂ©

    Aimé par 1 personne

  2. Frédérique

    Rien de choquant. Juste ta rĂ©alité  et ton authenticitĂ© … qui peuvent peut-ĂȘtre ouvrir la voie Ă  une «autorisation » pour d’autres😉.
    J’ai tellement entendu « mais c’est quand mĂȘme ton pĂšre » ou « quand il ne sera plus lĂ  tu vas regretter ». Je ne rĂ©ponds pas, je souris gentiment … car je sais ce qui a du sens pour moi et je comprends que l’autre puisse s’obliger diffĂ©remment.
    Belle fĂȘte Ă  toi☀
    Il me semble qu’elle ne lui enlùve rien. Il poursuit sa route.

    Aimé par 1 personne

  3. Alain

    Je ne suis pas choqué de ta réaction.
    Je la trouve mĂȘme positive, saine.
    Mon pĂšre est mort quand j’avais 15 ans et demi.
    Je n’ai ressenti aucune tristesse.
    Je n’avais pas ou peu de lien affectif avec lui.
    Je me souviens avoir pris une mine triste lors de l’enterrement pour cacher aux adultes prĂ©sents mon indiffĂ©rence.
    Ma mĂšre est toujours en vie. Elle a 85 ans.
    Son départ sera probablement pour moi un mélange de tristesse et de soulagement.
    J’espĂšre que je sentirai son Ăąme prĂšs de moi, comme tu as pu ressentir celle de ton pĂšre.
    Je crois avoir réglé à peu prÚs tous les conflits, tous les noeuds émotionnels avec elle.
    Je me sens prĂšs enfin Ă  la prendre dans mes bras tendrement, librement, et sans mot.
    J’ai de moins en moins peur de la mort.
    C’est liĂ© Ă  mes incursions rĂ©guliĂšres de l’autre cĂŽtĂ©.
    J’ai juste peur de ne pas revoir les ĂȘtres aimĂ©s et en mĂȘme temps je ne vois pas de raison de ne pas les retrouver dans la suite de nos aventures respectives.

    Aimé par 1 personne

  4. J’adore l’image en haut de ton texte. Ca me fait rire de bon coeur. Ce qui m’interpelle, c’est qu’une personne puisse rester avec un Ă©tat de non-amour et que ça puisse avoir un impact sur l’autre. N’est-ce qu’une croyance ? Et si c’est le cas, si c’est rĂ©el, pourquoi vivre dans un Ă©tat pareil ? Ca me porte Ă  rĂ©flĂ©chir sur mes propres pensĂ©es et sentiments sur autrui. Merci.

    Aimé par 1 personne

RĂ©pondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s