Capitaine de mon âme

Taillefer (09), France 🇫🇷

C’est certainement le manque de mon père qui m’a fait chercher un maître pendant de si longues années. Comme je ne trouvais personne à la hauteur, je me suis tourné pendant un temps vers ce Dieu dont tout le monde parlait, ce père dans le ciel. L’absence de réponses à mes appels m’a fait comprendre qu’il n’était pas là non plus. Il était aussi inexistant que mon père biologique. 😏

Il m’a fallu beaucoup d’années et beaucoup de souffrances pour trouver une guidance quelque part. Rabbins, prêtres, thérapeutes, enseignants, parents des autres… ça manquait toujours de sagesse authentique et de lien avec quelque chose de consistant. Les réponses étaient clairement en fonction de celui qui me le donnait, imbibé de sa personne, sa personnalité, son ego et ses intéressements. Souvent les voies proposées étaient dures, compliquées ou carrément inaccessibles pour des personnes simples comme moi. Comment savoir où aller ? Où était la simplicité ? 🧚🏼‍♀️  

Le processus qui m’a emmené vers le miroir a été une vraie grâce. Je pense que c’était mon intérêt pour les cultures anciennes comme celle des amérindiens, les aborigènes, les tribus africaines et autres qui m’ont fait comprendre que la Vie n’avait pas d’intermédiaire unique et que l’on pouvait communiquer directement avec la Source par le biais de la nature, les choses et les autres. Je pense que mon expérience d’éveil n’a fait qu’accélérer cette compréhension. 💥

Depuis que j’accompagne, mon effort est focalisé sur le dés-apprentissage du bourrage de crâne lié au pouvoir que quelques-uns veulent garder sur la masse à travers des fausses croyances. Aider les autres à affronter leur peur en bravant les interdits, à ne pas obéir aux fausses obligations, à sortir du productivisme, à oser exprimer sa différence, à ralentir pour sortir de la course des rats… était mon quotidien. En même temps, dès le début, l’apprentissage pour comprendre le fonctionnement du miroir était là aussi. ✌️

mark-kucharski-630790-unsplash.jpg

Mon défi n’était pas d’avoir des patients, des acolytes, des élèves ou des disciples… mais d’aider chacun à devenir son propre maitre en découvrant sa véritable identité, sa raison d’être sur la terre et sachant communiquer directement avec la source. Même si quelque part je pouvais me tromper, la beauté du miroir en tant que GPS est qu’il corrige le chemin tout en avançant. 🧞‍♀️

C’était pour moi une simple cohérence avec la notion d’Unité. Comment moi-même devenir maître de ma vie, maître de moi-même, si en face je n’avais que des disciples ??? Pour moi il était rapidement évident qu’un vrai maître ne créait pas des disciples, mais qu’il créait des maîtres ! Il était aussi évident qu’un vrai maître passerait inaperçu, car il n’a nullement besoin d’être vu. Pour moi, ceux qui ont des disciples, alors qu’ils sont considérés maîtres, ont encore eux-mêmes un bon bout de chemin à faire. C’est d’une évidence magistrale pour moi…😇

Aujourd’hui j’ai toujours la même approche. C’est seulement ma patience qui en a pris un coup en chemin. J’ai du mal aujourd’hui avec ceux qui restent trop longtemps à mon goût dans la posture d’élève, de disciple, de victime ou de dépendant et qui projettent ou transfèrent sur moi la problématique d’un de leurs parents et passent ainsi beaucoup de temps inconsciemment à régler leur compte avec eux à travers moi. Oh, je les accueille, bien évidemment… mais si je vois que quelqu’un entretient un peu trop sa vicitimite, sa résistance au bonheur et qu’il a besoin de patauger dans sa merde pour continuer à exister, je le laisse doucement partir en essayant de ne pas trop ajouter sur sa douleur et son inconscience. ☺️ 

Nous étions trois hommes dans le cercle autour du miroir hier. Le message commun était très clair pour moi. Aujourd’hui je n’ai plus besoin d’aide. Je suis devenu mon propre père, mon propre maître, mon propre souverain, mon propre dieu et je n’ai plus besoin d’une autorité extérieure pour vérifier mes élans. Je suis le capitaine de mon âme et je trace ma propre route de Cantilène, comme le faisaient jadis les aborigènes pour retrouver le rocher rouge sacré et caché. J’ai encore du chemin à faire, bien évidemment, mais je sens que quelque chose de solide s’est posé en moi ces derniers temps, comme un socle qui est en même temps un palier. Mon acquis est solide… même si je me sens vulnérable aussi. 😍

Une belle journée ensoleillée s’annonce. Je suis aux liquides depuis une dizaine de jours et je sens mon énergie forte et apaisante. Ma gourmandise et mes émotions se calment doucement. Je pourrais remanger par simple insouciance, ayant oublié l’inconfort, la lourdeur et la torpeur que la nourriture solide me provoque. Je trouve l’esprit humain surprenant quand je vois à quelle vitesse je peux occulter ou oublier certaines choses. 🙃  

Je vous souhaite une délicieuse journée de printemps 🦋🧙‍♂️🌸🧚🏼‍♀️🐝🍀

12 réponses

  1. Daniel

    Bonjour Michael, encore une magistrale démonstration.

    Je me permets de reprendre tes mots, ceux qui me touchent ;

    – « Les réponses étaient clairement en fonction de celui qui me le donnait, imbibé de sa personne, sa personnalité, son ego et ses intéressements »
    – « aider à chacun de devenir son propre maitre en découvrant sa véritable identité, sa raison d’être sur la terre et sachant communiquer directement avec la source. »
    – « la Vie n’avait pas d’intermédiaire unique et que l’on pouvait communiquer directement avec la Source par le biais de la nature, les choses et les autres. ».
    – « le dés-apprentissage du bourrage de crâne lié au pouvoir que quelques-uns veulent garder sur la masse à travers des fausses croyances. Aider les autres à affronter leur peur en bravant les interdits, à ne pas obéir aux fausses obligations, à sortir du productivisme, à oser exprimer sa différence, à ralentir pour sortir de la course des rats »…
    – « Il était aussi évident qu’un vrai maître passerait inaperçu, car il n’a nullement besoin d’être vu. Pour moi, ceux qui ont des disciples, alors qu’ils sont considérés maîtres, ont encore eux-mêmes un bon bout de chemin à faire. ».
    – « Aujourd’hui je n’ai plus besoin d’aide. Je suis devenu mon propre père, mon propre maître, mon propre souverain, mon propre dieu et je n’ai plus besoin d’un autorité extérieure pour vérifier mes élans. Je suis le capitaine de mon âme.. ».

    Moi aussi, j’ai encore du chemin à faire mais petit à petit ce socle dont tu parles se pose en moi.

    Merci à toi pour ce beau partage qui vient du Coeur à n’en pas douter.

    Merveilleuse journée à toi.

    Aimé par 2 personnes

  2. Jade

    Merci pour le partage de ton expérience…pour ma part c est avec toi que je l ai découvert et c est en l expérimentent sous ta guidance que j ai commencé à sentir les liens avec l unité, en prenant les pieds bien correctement dans le tapis! Aujourd’hui j ai bien conscience que je suis encore loin de l utiliser correctement dans toute sa puissance et sa subtilité mais je ressens une profonde gratitude d avoir pu y accéder un jour dans ma vie. Et je me dis que ma capacité à savoir ou non l utiliser correctement est un bel indicateur de la ou j en suis sur mon chemin Et de ce que je dois encore et encore corriger nettoyer….Merci pour cette riche expérimentation !

    Aimé par 1 personne

  3. florence arnaud

    Bonjour Mickaël,

    « la Vie n’avait pas d’intermédiaire unique et que l’on pouvait communiquer directement avec la Source par le biais de la nature, les choses et les autres. »

    Oui, merci milles mercis de m’avoir fait découvrir le miroir, avec tes vidéos, tes bousculements, tes paroles via tes écrits ou plus personnels par sms…. Namasté

    Ainsi je vois que je suis en chemin, il est encore terriblement long mais j’apprends de jour en jour que je dois dé sapprendre, que je dois redevenir comme un enfant émerveillée de tout les choses qui m’entourent, tout en restant dans l’humilité

    Namasté

    Aimé par 1 personne

  4. Alain

    Selon mon expérience, la démarche spirituelle comporte de nombreux pièges.
    Il y a de nombreuses strates à traverser pour devenir libre de toute structure humaine (physique et psychique).
    La plupart des cherchants que j’ai croisé, passent et finissent leur vie dans telle ou telle structure, en obéissant à tel ou tel « mâitre » ou hiérarchie.
    Il y a aussi la strate du mental à dépasser.
    Je chemine désormais en dehors de toute structure.
    Je ne cherche plus à saisir, à comprendre.
    Je ne vis plus les choses avec ma tête mais avec mon coeur.
    Il n’y a plus d’analyse, juste de la contemplation et de l’émerveillement.
    Je suis mon propre guide.
    Je ne cherche plus de maître au dehors, pas plus que de disciple.
    Je n’aspire qu’à trouver des frères sur le chemin.
    Des frères authentiques, qui vont et viennent de ce monde à l’autre.

    Aimé par 2 personnes

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s