Solitude

Taillefer (09), France 🇫🇷

Je n’ai quasiment pas participé au festival. Ce n’était pas ma place. J’ai juste eu le cadeau de deux beaux échanges avec une belle écoute réciproque. Aucune pression, juste de doux partages en conscience sans qu’un des interlocuteurs ait essayé de convaincre l’autre. Toutefois, quand j’ai vu les gens partir les uns après les autres, j’ai senti un vide s’installer en moi. 😅

Je me sentais seul et un peu perdu. Je connais bien la sensation. Je l’ai eue souvent à la fin d’un stage intense quand je partais seul. Le contraste entre un plein nourrissant suivi par un vide existentiel pouvait être éprouvant.  En partageant en début de soirée avec mon Ami Manuel, je me suis entendu dire que je n’étais pas fait pour être seul. Je pense que personne ne l’est, d’ailleurs. Nous sommes des animaux qui vivons en tribu. Mais là, je l’ai senti plus fort que d’habitude. 😏

Echanger avec lui m’a permis de remettre de l’ordre dans mes pensées, mon état et ma situation. C’est vrai, je me sens profondément lié aux gens et je pense que je suis fait pour vivre en tribu ou en grande famille. Ma solitude a un sens et il a fallu hier soir que je m’en souvienne encore une fois. ☘️

C’est vrai que je peux parfois sentir une solitude profonde et une tristesse qui l’accompagne. Surtout pendant la période des fêtes, des vacances ou simplement les dimanches, quand je sais que beaucoup de gens sont en famille. Je me suis entendu dire à Manu que si ma vie allait être ça jusqu’au bout que ça ne m’intéressait pas. Je suis conscient qu’en suivant les signes et le miroir j’ai crée ma situation de toute pièce. Dans ma réalité je me prépare et même si cette solitude peut durer longtemps, j’arrive uniquement à la vivre sereinement parce qu’au fond j’ai la certitude qu’elle est temporaire. ⏳

Ma période d’ermite dure depuis plus d’un an maintenant et elle est heureusement interrompue par moment. C’est intense et il se passe beaucoup de choses. Je vois ce que ça fait, de passer autant de temps avec moi-même. Les bénéfices sont énormes et quelque part je regrette de ne pas avoir provoqué cette situation plus tôt dans ma vie. 🤓

Je tire régulièrement la carte Aloneness dans le jeu d’Osho. C’est un mot qui n’existe pas en anglais mais qui ressemble à Loneliness, ce qui veut dire Solitude. Je le traduit par la capacité d’être seul. La Vie m’invite à travers cette carte clairement à transformer la solitude en qualité à être pleinement avec moi-m’aime. 😍 

aloneness

“Lorsqu’’il n’y a plus “d’’être cher » dans notre vie, nous pouvons ou nous sentir esseulé ou apprécier la liberté qu’’apporte la solitude. Lorsque nous ne trouvons aucun soutien auprès des autres en regard de nos vérités profondément pressenties, nous pouvons soit nous sentir isolé et amer ou célébrer le fait que notre vision est assez forte pour survivre au formidable besoin humain d’’approbation qu’elle vienne de la famille, d’amis ou de collègues. 

Si vous faites face actuellement à une telle situation, soyez conscient de la manière dont vous choisissez d’envisager votre « solitude » et assumez la responsabilité du choix que vous aurez fait. L’’humble figure de cette carte irradie d’’une lumière qui émane de l’’intérieur. Une des contributions les plus significatives de Gautama Bouddha à la vie spirituelle de l’’humanité a été d’’insister auprès de ses disciples : « soyez votre propre lumière ». En définitive, chacun d’’entre nous doit développer en lui-même la capacité à trouver son chemin dans les ténèbres, sans compagnon, carte ou guide.”

Je pense que le plus important est que l’absence des autres permet à mon état naturel de s’installer tranquillement. J’ai travaillé de longues années pour le retrouver et je vois comment toute une manière d’être, celle qui me correspond profondément, prend sa place. Ça se passe dans toutes les facettes de mon être. Là, je pense par exemple à la place que je choisis quand je suis dans un groupe. 😌

Quand j’étais jeune, je voulais être au milieu des autres, car je pensais que c’était ça la normalité. Je suis toujours resté au bord, en spectateur frustré, pensant que j’avais un problème. Plus tard, pendant de longues années, je me suis trouvé au centre des groupes. A mes yeux j’avais réussi. Aujourd’hui je me rends compte que j’aime être avec les autres, mais pas trop longtemps. J’ai rapidement besoin et envie d’être avec moi, prendre de la distance et redevenir l’observateur que je suis réellement, comme quand j’étais jeune. La différence se trouve dans le fait que c’est réellement ma place. 🙏  

Le temps que je passe avec moi est un temps où je suis en permanence dans mon propre territoire. Je l’habite de mieux en mieux et j’apprends à en connaitre tous les recoins. Ça me procure une assise et une solidité individuelles que je peux sentir dans mon bassin. A part les séries sur Netflix je n’ai pas de possibilité de me fuir. L’absence de nourriture, d’achats et de sex, intensifient considérablement mon face à face. Ce qui a pu s’interposer entre moi et la source n’est plus là. Et si je reste bien dans mon territoire, je ne peux par la suite qu’aller plus haut ou plus profond dans mon être. 😇

Mais, c’est plus facilement à dire qu’à faire ! Aujourd’hui je me sens serein, confiant et en paix. Je sais que ma vie se passe ici et maintenant et que je n’ai pas besoin de faire quoique ce soit pour provoquer les événements. Quand je serai prêt, la Vie me le fera savoir… puis j’agirai en fonction. Mais, parfois je l’oublie et la solitude me pèse. J’aimerais parfois trouver un guide sur ce chemin que je fais en solitaire. Mais, dans ce cas, je ne serai plus un pionnier, n’est-ce pas ? 😉 

Douce journée à tous 🐋🐙🐚🐟🐬🐠🐟🐳🦀🦞🦑 

 

3 réponses

  1. florence arnaud

    Oh bonjour Michaël, je me trouve je me retrouve dans tes paroles du jour , toute bousculée… Oui quel manque après la fin d un groupe, quel dur retour à la réalité à une autre réalité après un stage de développement personnel….et en même temps ces moments me montrent que la vie est intense à ces moments …. je suis anxieuse face aux silences groupe ou non et s il se présente je me mets à parler parler pour le rompre….pourquoi ?
    Car je suis terrorisée par le silence qui me replonge dans l abandon l exclusion namasté de me remettre face à ces peurs pour me dire de travailler cela pour enfin que je m apprivoise dans ces instants la namasté….Michael🤗

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s