Sage !

Modi’in, Israël 🇮🇱 

Bien évidemment que je cherche à savoir ce que la Vie veut de moi, d’être sage ou de ne pas être sage. Deux nouvelles situations potentiellement conflictuelles au travail montrent que je dois clarifier mon positionnement rapidement, car je suis capable d’avoir les deux attitudes… et à mon avis elles sont incompatibles. Soit je suis sage, soit je me rebelle… 

Alors, j’ai fait un grand tirage. Je dis grand, mais c’est très simple et très rapide. Ce que la vie veut de moi, est de ne pas me sentir exclu (Outsider) et de penser que les choses chouettes n’arrivent qu’aux autres. Je suis très conscient que je suis créateur de chaque détail de ma vie. Toutefois, je comprends très bien mon défi, car suivre le chemin de l’Amour n’est pas la voie de la moindre résistance. Ce n’est pas nécessairement une route pavée de fleurs et de câlins.

LES 3 TAILLEURS DE PIERRE

Dans une carrière, se promène un étranger. De nombreux ouvriers travaillent. L’étranger s’adresse au premier :
– Que fais-tu mon ami ?
– Je taille la pierre durant 10 heures par jours, je mange de la poussière chaque jour que Dieu fait, c’est vraiment une vie très difficile que celle de tailleur de pierre.

Puis, s’adressant au deuxième, l’étranger lui demande :
– Et toi, l’ouvrier, que fais-tu de ta vie ?
– Je taille la pierre, je mords la poussière, qu’il fasse beau, qu’il pleuve, je continue ce harassant travail, la vie est dure pour un tailleur de pierre.

L’étranger s’adresse alors au troisième :
– Et toi, l’ami, que fais-tu ?
Et alors, avec un beau sourire rayonnant il répond :
– Et bien moi, je construis une cathédrale…

Ceci n’est pas simple pour la petite personne en moi d’arpenter ce chemin. Ça réveille des blessures et demande en permanence beaucoup de centrage et de présence pour ne pas oublier le grand plan derrière les petits détails. Si je perds ma connexion, je peux à nouveau sentir de la tristesse, de la colère, de l’indignation et même de la solitude. Je ne dois pas oublier que je ne suis pas en train de simplement casser des pierres, mais que je construis une cathédrale.

Le jeu est très ambiguë et peut s’interpréter de deux manières diamétralement opposées. Après avoir lu une page de la Petite Voix et en me rappelant ce que j’ai écrit auparavant, j’ai pu trancher. La deuxième carte explique que ce qui accélère ou freine mon apprentissage est d’être rebelle (The rebel). Selon mon choix, me rebeller va donc freiner le processus. Je comprends que j’ai à cultiver l’état d’Amour encore et encore et à rester sage, ce qui valide des textes que j’ai écrit antérieurement et où j’avais compris que je devais agrandir mon espace d’accueil intérieur.

La Petite Voix

« L’amour est dans l’air. Sens sa chaleur, sa joie, et la liberté que cela apporte. L’amour est un état d’être intérieur. Il n’est pas nécessaire d’en parler, car il s’exprime de mille et une manières: un regard, un contact, une action. L’amour est partout, mais tu dois en être conscient pour l’apprécier pleinement. L’air que tu respires est partout, mais pour toi, il va de soi sauf si tu t’arrêtes pour en prendre conscience, ainsi que de son rôle vital. Ne prends rien comme allant de soi, car faire cela enlève toute joie et tout éclat à la vie. L’amour commence modestement, puis grandit et grandit. Quand vous vous aimez vraiment les uns les autres, vous avez foi et confiance les uns dans les autres. Maintiens le flot de cet amour et ne laisse rien lui barrer le chemin. Laisse Mon amour divin couler à travers toute chose, et connais cette paix qui dépasse tout entendement. »

Pour y arriver, je dois être aussi réceptif (Receptivity) que possible, certainement afin de me sentir connecté aux choses plus subtiles et de me nourrir ainsi ailleurs. Ça demande à rester conscient que j’ai déjà tout ce qu’il me faut. Et c’est vrai, je le sens bien. Je suis vraiment dans l’abondance (Abundance) en permanence. Au-delà de la banalité apparente de mon vécu, ce qui m’arrive depuis quelques années, et encore maintenant, relève du miraculeux et de la grâce. Cette dernière carte me rappelle aussi la faculté que j’ai d’être comme Zorba Le Buddha, celui qui sait faire en même la fête ou le pitre, tout en sondant des profondeurs spirituelles importantes.

L’attitude que j’avais à développer avant, mais qui n’est plus d’actualité, c’est la foi (Trust). Elle m’a amené ces dernières 5 années là où je suis actuellement. Je l’ai vécu comme de la navigation à vue et je me suis réellement senti comme le personnage sur la carte. Par contre, l’attitude que je suis invité à adopter maintenant est celle de la créativité (Creativity). Il ne s’agit pas de me mettre à peindre ou faire de la musique. Non, je suis invité à me laisser traverser par la créativité de la Vie-même, comme une espèce d’expression originale « juste ». Impossible si je ne fais pas attention à ma qualité de réceptivité. 

IMG_6217

Je semble me sentir très mature et posé, selon la carte numéro 7 (Maturity), en bas à droite. Et c’est vrai, j’ai l’impression de prendre les choses plutôt comme quelqu’un de responsable et adulte. D’ailleurs, c’est l’attitude que j’ai proposé à un de mes très jeunes collègues qui vit des difficultés ambiguës avec une jeune fille dont il est très amoureux. Ça va alors, tout va bien…

Ce que je crée et que j’attire en ce moment de l’extérieur vers moi, pour m’amener vers l’état où je ne me sens plus exclu, ce sont des situations très très simples et banales (Ordinariness). Et j’avoue que je me sens très proche des gens en ce moment, puisque je partage des moments vraiment très basiques avec mes frères et soeurs humains. Je pense au contenu de mon travail, les trajets en transport public, le contact avec les gens aux métiers simples, etc.

L’AMOUR

« Lorsque l’amour vous fait signe, suivez-le, quoique ses voies sont rudes et escarpées. Et lorsque ses ailes vous enveloppent, cédez-lui, quoique l’épée cachée parmi ses plumes puisse vous blesser. Et lorsqu’il vous parle, croyez en lui, quoique sa voix puisse éparpiller vos rêves comme le vent du Nord saccage le jardin.

Car même s’il vous couronne, l’amour vous crucifiera. Même s’il vous aide à grandir, il vous élaguera. Même s’il s’élève à votre hauteur et s’il caresse les plus tendres de vos branches qui frémissent sous le soleil. Il s’enfoncera jusqu’à vos racines et secouera leur emprise dans la terre. Comme des gerbes de blé, il vous récolte en lui-même.

Il vous bat pour vous dénuder. Il vous tamise pour vous délivrer de votre son. Il vous moud jusqu’à ce que vous blanchissiez. Il vous pétrit pour vous assouplir.

Et puis, il vous soumet à son feu sacré, pour que vous connaissiez les secrets de votre cœur et que par cette connaissance, vous deveniez une parcelle du cœur de la Vie.

Mais si, dans votre crainte, vous ne cherchiez de l’amour que sa paix et son plaisir, alors vous feriez mieux de couvrir votre nudité et de vous écarter de son aire de battage, pour gagner le monde sans raisons où vous rirez sans déployer tout votre rire, où vous pleurerez sans répandre toutes vos larmes.

L’amour ne donne rien que lui-même et ne prend rien que lui-même. L’amour ne possède pas, et ne veut pas être possédé, car l’amour se suffit à lui-même.

Lorsque vous aimez, vous ne devez pas dire :  « Dieu est dans mon cœur » , mais plutôt :  « Je suis dans le cœur de Dieu ». Et ne croyez pas que vous pourrez diriger le cours de l’amour, car c’est l’amour, s’il croit que vous en valez la peine, qui dirigera votre cours. L’amour n’a d’autre désir que de s’accomplir lui-même.

Mais si vous aimez et si vous devez éprouver des désirs, faites que les vôtres soient ceux-ci : Fondre et devenir un ruisseau courant qui chante sa mélodie dans la nuit.

Connaître la douleur d’une trop grande tendresse. Être blesse par votre propre connaissance de l’amour, et vous laisser joyeusement saigner. Vous réveiller le matin avec un cœur ailé et rendre grâces pour une nouvelle journée d’amour. Vous reposer le midi et méditer sur l’extase de l’amour. Rentrer le soir chez vous avec reconnaissance. Et puis enfin vous endormir avec une prière pour l’être aimé qui vit en votre cœur et avec, sur vos lèvres, un chant de louanges. »

KHALIL GIBRAN

Ce que je semble renier et désirer en même temps est traduit par la carte « le rêve » (The dream). Mais attention, cette carte est généralement l’invitation à percevoir l’illusion derrière l’état amoureux et le rêve d’amour. Ce que je semble donc désirer est vraiment de me détacher de l’illusion… sans vraiment y parvenir encore. Et c’est vrai que je peux me sentir un peu seul en ce moment et désirer un peu plus que d’habitude de retrouver cet état fusionnel lié à la dépendance. 

Alors, si j’arrive à vivre pleinement la simplicité dans laquelle la Vie m’a parachuté… sans me rebeller… restant dans la conscience de mes richesses… gardant mes antennes grandes ouvertes… en accueillant la routine et la banalité… et en me laissant traverser par les impulsions uniques de la vie… sans m’accrocher aux rêves traditionnelles illusoires… alors, dans ce cas, le résultat sera un état d’espièglerie (Playfulness)… 

Ma définition de l’Amour…

Alors, comme j’ai bien compris mon jeu d’Osho, j’ai accueilli mes horaires bousculantes pour la semaine prochaine sans trop broncher. Il y a, par exemple, entre deux de mes services juste assez de temps pour dormir 5 heures… et, par ailleurs, je ne pourrais pas aller au mariage d’un collègue-ami auquel j’étais invité jeudi prochain. Comme première réaction, j’avais écrit à mon chef pour lui dire que je partais… carrément. Après le tirage, j’ai changé mon texte en me suis conformé au travail intérieur demandé.

Tout ça pour illustrer que la voie vers l’Amour n’est pas pavé de roses… Mais qu’il s’agit, selon mon expérience, d’affronter ses peurs, de dompter son ego, de transcender les blessures, de retrouver son naturel,  de se reconnecter avec la vraie Source et de voir au-delà de l’illusion de notre création. Tout ça n’a rien à voir avec la dépendance affectif que nous avons tous appris à appeler l’amour. C’est une confusion qui perdure et qui mène la masse des gens dans une direction où se trouve en fin de compte que de la souffrance.

∞💜∞

Spécialement pour les amoureux de Saint-Valentin… 

2 commentaires sur « Sage ! »

  1. Merci pour ce texte fort de Khalil
    Et pour ce rappel de cette chanson tube ecrite par Paul et john que j’avais un peu oublié parce que sauf erreur, mon grand frere n’avait pas a acheté l’album a la maison.
    Personnellement la vie notamment professionelle, me demande d’etre parfois rebelle et de dire non,
    Pour l’amour, le respect de moi-même et de mes limites, et ma santé. 😉

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s