Israel-is

Amsterdam, Pays-Bas đŸ‡łđŸ‡±

Hier soir, par un concours de circonstances, je me suis trouvĂ© dans une assemblĂ©e avec des juifs et des IsraĂ©liens.J’avais simplement suivi les signes et avec mon Ami Ruben et nous avons atterri d’une maniĂšre imprĂ©vue chez une arriĂšre niĂšce Ă  moi. đŸ‘šâ€đŸ‘šâ€đŸ‘Šâ€đŸ‘ŠđŸ‘©â€đŸ‘©â€đŸ‘Šâ€đŸ‘Š

Il s’agissait d’un lancement de projet, « Israel-Is », pour les soldats qui quittent l’armĂ©e en IsraĂ«l. MĂȘme si nous n’étions pas trĂšs nombreux, une vingtaine de personnes, ça semblait assez important, puisqu’il y avait parmi nous l’ambassadeur d’IsraĂ«l. đŸ‡źđŸ‡±

Quelques soirĂ©es avant, la compagne de Ruben nous avait parlĂ© de ce projet et nous Ă©tions tous les deux dubitatifs. Il s’agit d’aider les jeunes hommes et femmes Ă  s’adapter Ă  nouveau Ă  la sociĂ©tĂ© aprĂšs un ou deux ans et demie de service militaire. đŸ‘·â€â™€ïž

En quittant l’armĂ©e, beaucoup d’entre eux partent en voyage pour oublier, faire la fĂȘte et compenser la pression vĂ©cue pendant leur service. Ils se lĂąchent souvent d’une telle maniĂšre que ça fait d’eux pas vraiment des personnes agrĂ©ables et l’image qu’ils vĂ©hiculent n’est pas vraiment une belle reprĂ©sentation de leur pays. 😒

L’idĂ©e serait d’accompagner ces jeunes, Ă  la fin de leur service, par de l’information suivi par une formation afin qu’ils deviennent des vrais ambassadeurs d’IsraĂ«l vĂ©hiculant un imagĂ© plus juste, permettant ainsi aux gens les connaĂźtre d’une maniĂšre plus rĂ©aliste et Ă©ventuellement de sortir de leurs idĂ©es reçues. ✌

Je dis souvent que je voyagerais jusqu’au moment que je rencontrerais la femme, le lieu ou le projet qui me donne une sensation de « chez moi ». Jusque lĂ , ça ne m’est pas encore arrivĂ©. Mais en Ă©coutant le jeune Eyal, ex-officier de l’IDF (Israeli Defense Force) mon coeur commençait Ă  battre plus fort. ❀ 

Je n’ai peut-ĂȘtre pas les ressources ni l’envie de soutenir ce projet financiĂšrement. Mais j’ai, de mon point de vue, le profil parfait pour les aider sur « le terrain ». Mes origines, mon expĂ©rience, mon chemin et ma disponibilitĂ© font de moi un candidat potentiel parfait. Ce qui rend mon profil plus intĂ©ressant et adĂ©quate encore est que je n’ai pas Ă©tĂ© formatĂ© dans le pays et que j’ai moi-mĂȘme un piĂštre opinion du comportement des IsraĂ©liens. 👌

Pendant la soirĂ©e, j’ai soulevĂ© une incohĂ©rence essentielle dans la mise en place du projet qui empĂȘcherait le succĂšs de cette belle initiative. L’ambassadeur a soulignĂ© mes propos, ce qui a fait que je me suis fait remarquer, positivement cette fois-ci. Alors, je suis allĂ© jusqu’au bout de mon Ă©lan et j’ai laissĂ© ma carte Ă  Eyal, indiquant ma disponibilitĂ©. đŸ€—

Je ne sais pas ce qui va se passer. Je lĂąche l’affaire et continue tranquillement ma route. Mais ce serait intĂ©ressant de me retrouver en train de terminer ma boucle de vie et de me trouver lĂ  oĂč je suis nĂ© pour apaiser cette partie de mon histoire aussi. Et mĂȘme si rien ne se passera, j’ai vu au moins encore une fois la magie de la Vie s’opĂ©rer et des portes s’entr’ouvrir. A suivre
 😍

Douce nuit Ă  tous đŸ”„â€đŸ”„

8 réponses

  1. Bonjour Michael
    Pour me positionner, je fais souvent appel Ă  une grille d’analyse en 3 points :
    – lĂ©gitimitĂ©
    – crĂ©dibilitĂ©
    – singularitĂ©
    Si j’ai des rĂ©ponses claires pour les 3, Ya une forte adĂ©quation avec le projet.
    Et la, j’ai l’impression que tu as bon partout !

    Aimé par 1 personne

  2. Alain

    Assez remarquable comme similarité de situation.
    IsraĂ«l est nĂ© du dĂ©sir d’un peuple errant d’avoir un « chez moi ».
    Et te voilĂ  toi, aujourd’hui, juif par tes origines, devenu errant par choix, et Ă  la recherche de ton « chez moi ».
    ça me parle et ça me touche profondĂ©ment, car je me sens de mĂȘme errant en ce monde, Ă  la recherche aussi de mon « chez moi ».

    Aimé par 1 personne

      1. Alain

        Je crois qu’il faut beaucoup de discernement pour rĂ©pondre Ă  cette question.
        Nous avons tous besoin d’un « chez moi ».
        Je crois, mais c’est peut-ĂȘtre juste pathologique, que notre « chez moi » peut ĂȘtre de nature terrestre (pays, rĂ©gion, culture), ou de nature spirituelle.
        La plupart des humains sont attachés à leur famille, leur ville, leur région, leur pays, leur culture, et ça leur suffit.
        Peut-ĂȘtre faut-il trouver le « chez moi » gĂ©ographique pour trouver ensuite le « chez moi » spirituel ?
        Peut-ĂȘtre encore que le « chez moi » spirituel seul importe car seul Ă  mĂȘme de combler notre Ăąme ?
        La difficultĂ© est donc de savoir si tu dois partir t’installer en IsraĂ«l, y trouver une femme et fonder une famille.
        Tu t’en trouveras peut-ĂȘtre totalement comblĂ©.
        Ou si tu dois poursuivre ta recherche pour trouver et rejoindre ta famille spirituelle.
        Pour ce qui me concerne, je reste persuadĂ© que mon « chez moi » et ma « famille » ne sont pas de ce monde.
        Donc la quĂȘte pour les retrouver se poursuit.

        Aimé par 1 personne

RĂ©pondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s