L’ordre des choses

Paris (75), France 🇫🇷

Suivre le mouvement de la Vie n’est pas si simple que ça. Je m’y exerce de manière consciente depuis mon départ de l’armée en 1984. Chaque fois j’ai l’impression que j’y suis. Peu de temps après, je me rends compte de quelle manière j’ai malgré tout encore gardé le contrôle, que j’ai résisté, anticipé ou que j’ai manipulé l’interprétation des signes. C’est un apprentissage sans fin… mais aussi sans concession. 🤔

Suivre la Vie veut dire prendre des décisions illogiques, attendre souvent le dernier moment avant de faire son choix ou agir, s’élancer sur un chemin sans savoir où il mène, s’engager les yeux ouverts dans une situation conflictuelle, faire des contre-pieds aux comportements liés à la peur… et ainsi affronter obstacle après obstacle pour se frotter à l’inconfort de manière quasiment permanente. C’est ça la voie vers l’Amour, le vrai Tantra ou Tao, la transformation Alchimique prévue pour l’humain.🌪

Ne pas manipuler, ni anticiper le cours de mon histoire et obliger mon ego à rester observateur et à intervenir uniquement à la demande de la Vie-même, est la seule chose qui me fout encore la trouille parfois. C’est comme sauter d’une montagne avec la foi comme seule certitude qu’il y aura un filet pour me rattraper… ou peut-être pas. Une fois l’expérience terminée, une autre se présente… jusqu’au jour que j’ai dépassé toutes mes peurs et que je suis capable de suivre la Vie comme son serviteur obéissant et lumineux. 😅

Mes deux derniers tirages…

Je ne bouge presque pas en ce moment. Les jours se succèdent de manière presque identique. Pourtant les choses bougent d’elles-mêmes rapidement en ce moment. C’est comme si la scène de cette nouvelle Vie se met en place autour de moi. Des gens qui entrent ou reviennent dans ma vie. D’autres qui la quittent. Des évènements qui s’annulent et d’autres qui se créent. J’ai ainsi depuis ce matin une date butoir pour récupérer mon camion et partir de Paris. Puis, il y a mon rêve qui évolue et qui s’adapte doucement au rêve que la Vie semble avoir pour moi. 💭

Je repars mercredi prochain vers Ballon pour récupérer mon camion. Avec ma co-voyageuse du moment nous vivons notre exploration d’instant en instant. Pas de statut… donc pas d’engagement, projets communs ni promesses. Pour la réunion de la Grande Famille fin octobre nous sommes seulement 4 pour le moment. A part l’accompagnement d’un couple, fin octobre, rien n’est donc sûr ou défini et chaque élément de ma vie peut s’arrêter ou s’annuler à tout moment. Je suis prêt à tout laisser partir, je lâche prise totalement et j’accueille le nouveau à bras ouverts. 🙆‍♂️

Les deux dernières cartes que j’ai tirées confirment ce que je viens de dire : faire confiance à ma boussole intérieure, être ma propre lumière et me laisser emporter par le courant. Sensible comme je suis quand il s’agit de quitter des situations ou des personnes, ça me demande d’être très présent et conscient. Il n’y a pas de place pour de la sensiblerie quand la Vie dicte mon scénario. Toutefois, je sais qu’elle me mène à chaque fois à l’endroit parfait pour moi. 🏕

Un outil qui est à nouveau actuel… l’agenda ! 😉 

Si je suis bien connecté je peux le sentir, au delà des résistances peureuses de mon ego qui cherche à s’accrocher à tout ce qui bouge. En prenant de la hauteur, je peux voir ou imaginer la place, le déroulement et l’impact de mon rôle dans le Grand Plan… celui où tous ensemble nous évoluons étape par étape, à travers nos crises, notre éveil, nos guérisons et notre réalisation vers l’Unité et l’Amour. Je sais où je vais. C’est seulement l’itinéraire qui se révèle au fur et à mesure que j’avance. 💨💨💨🎈 

Comme à des tire-fesses, pour rester bien dans les traces de mes guides, je m’accroche à l’ordre des choses, sans trop regarder en bas pour ne pas avoir le vertige. Pour suivre la Vie aussi précisément que possible, je traite chaque information, choix ou événement dans l’ordre exact par lequel il est apparu dans ma Vie. Une chose à la fois. Ainsi j’évite de manipuler ou anticiper, car la Vie sait exactement de quelle séquence j’ai besoin pour m’emmener à ma destination suivante. Alors, je détourne mon regard de la peur, je le rive sur l’Amour et je tranche courageusement… espérant qu’il y a un filet, au cas où. 😉 

Quand j’étais plus jeune et que j’avais les mêmes idées concernant l’Amour que la plupart d’entre nous, j’avais beaucoup de mal avec le texte de Khalil Gibran sur le sujet. Je l’ai relu récemment et j’ai compris pourquoi… Ça ne parle pas de l’Amour en tant que sentiment amoureux, mais bel et bien de l’Amour inconditionnel, celui qui est opposé à la Peur, celui qu’on trouve quand nous faisons UN avec toute chose… celui que nous retrouvons à la Maison. ❤️ 

L’AMOUR

Lorsque l’amour vous fait signe, suivez-le, quoique ses voies sont rudes et escarpées. Et lorsque ses ailes vous enveloppent, cédez-lui, quoique l’épée cachée parmi ses plumes puisse vous blesser. Et lorsqu’il vous parle, croyez en lui, quoique sa voix puisse éparpiller vos rêves comme le vent du Nord saccage le jardin.

Car même s’il vous couronne, l’amour vous crucifiera. Même s’il vous aide à grandir, il vous élaguera. Même s’il s’élève à votre hauteur et s’il caresse les plus tendres de vos branches qui frémissent sous le soleil, il s’enfoncera jusqu’à vos racines et secouera leur emprise dans la terre. Comme des gerbes de blé, il vous récolte en lui-même.

Il vous bat pour vous dénuder. Il vous tamise pour vous délivrer de votre son. Il vous moud jusqu’à ce que vous blanchissiez. Il vous pétrit pour vous assouplir. Et puis, il vous soumet à son feu sacré, pour que vous connaissiez les secrets de votre cœur et que par cette connaissance, vous deveniez une parcelle du cœur de la Vie.

Mais si, dans votre crainte, vous ne cherchiez de l’amour que sa paix et son plaisir, alors vous feriez mieux de couvrir votre nudité et de vous écarter de son aire de battage, pour gagner le monde sans raisons où vous rirez sans déployer tout votre rire, où vous pleurerez sans répandre toutes vos larmes. L’amour ne donne rien que lui-même et ne prend rien que lui-même. L’amour ne possède pas et ne veut pas être possédé, car l’amour se suffit à lui-même.

Lorsque vous aimez, vous ne devez pas dire :  « Dieu est dans mon cœur », mais plutôt :  « Je suis dans le cœur de Dieu ». Et ne croyez pas que vous pourrez diriger le cours de l’amour, car c’est l’amour, s’il croit que vous en valez la peine, qui dirigera votre cours. L’amour n’a d’autre désir que de s’accomplir lui-même. Mais si vous aimez et si vous devez éprouver des désirs, faites que les vôtres soient ceux-ci : Fondre et devenir un ruisseau courant qui chante sa mélodie dans la nuit.

Connaître la douleur d’une trop grande tendresse. Être blesse par votre propre connaissance de l’amour et vous laisser joyeusement saigner. Vous réveiller le matin avec un cœur ailé et rendre grâce pour une nouvelle journée d’amour. Vous reposer le midi et méditer sur l’extase de l’amour. Rentrer le soir chez vous avec reconnaissance. Et puis enfin vous endormir avec une prière pour l’être aimé qui vit en votre cœur et avec, sur vos lèvres, un chant de louanges.

KHALIL GIBRAN

Délicieuse journée à tous ∞💜∞   

2 réponses

  1. Merci pour ce texte de Khalil Gibran, mais merci davantage pour : « Ne pas manipuler, ni anticiper le cours de mon histoire et obliger mon ego à rester observateur et à intervenir uniquement à la demande de la Vie-même, est la seule chose qui me fout encore la trouille parfois. »

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s