Entre les mains de la Vie

Taillefer (09), France 🇫🇷

Je prends soin de moi, tout simplement. J’essaie de passer chaque journée de manière aussi harmonieuse que possible, sans me poser de question et je m’accroche à ma routine constructrice. Mon ego cherche à transformer la situation dans laquelle je me trouve, comme il a toujours cherché des solutions et des voies de passages. C’est son habitude… désormais inutile. 😎

Je pense réellement que les dés sont jetés et que je peux laisser le reste à la Vie. J’ai largement fait 50% du chemin, voire plus… alors, elle peut faire l’autre moitié, comme elle me l’a toujours promis. Tout ce que j’ai donc à faire est de garder mon esprit au repos, m’installer en arrière dans ma chaise longue et savourer aussi bien que j’en suis capable les longues journées vides que je traverse. 🌈

IMG_3256

Me lever pour les poneys et chevaux est mon plaisir du jour. En ce moment la lumière se pointe vers 6 heures et demie et je me lève vers 7. La température parfaite sous la couette et la sensation de bien-être du lit me donnent parfois envie de rester couché et de continuer ma nuit encore et encore. Mais, je sais aussi que Lucky Day et Tulipe m’attendent juste au pied de la yourte. Je pense que pour eux le moment du foin et des graines donne aussi un petit peu de piment à leur journée. 🍀

J’ai une tendance à me faire du souci pour “après”. Ça a toujours été comme ça. Mon esprit cherche toujours à éviter d’éventuels problèmes ou à améliorer la situation existante. A plusieurs reprises j’ai compris d’Eliane que je peux me poser ici tranquillement et que je peux lâcher ma pression intérieure. Comme je ne veux pas être une charge, ni intrusif… et que je peux indépendamment de l’autre facilement me sentir de trop, j’ai toujours de quoi m’inquiéter. 😏

Mon effort est donc de lâcher tout ça et de m’installer dans la perfection du moment. Les animaux savent le faire. Ils vivent avec ce qu’il y a et s’adaptent à leur situation… qu’elle soit confortable ou pas. Moi, j’ai encore la pression d’un état ou d’un endroit parfait à atteindre quelque part. En même temps je suis en train d’intégrer une vérité bien connue en théorie… c’est le chemin dont il s’agit et non le but. ✌️

J’apprends en ce moment à me libérer des objectifs que certainement mes éducateurs m’ont induits et qui font, que tant que ne ne les ai pas atteints, je ne serai pas tranquille. Pourtant, en même temps je sais que je n’ai aucun niveau à atteindre, rien à faire et nulle part où aller. Mais ce ne sont que des mots… tant que je ne le vis pas concrètement dans ma chair. 🌻

Quelque chose en moi est persuadé que la vraie liberté se trouve dans la capacité de vivre au rythme de la nature et de savoir accueillir ce qui est là, ni plus ni moins. De manger quand il y a de la nourriture et de jeuner quand il n’y en a pas. De dormir dans un lit si possible ou dans la nature si ce n’est pas le cas. De savourer la santé mais de savoir accueillir en toute simplicité la maladie et la mort aussi… en toute conscience et sans perdre une miette du nectar que ma simple présence ici sur terre m’offre. 🍯

daydreamer-1785057_1920

Je n’ai pas encore atteint cet état d’innocence auquel j’aspire tant. Certes, j’ai fait un grand chemin déjà, mais je constate en même temps tout ce que je n’ai pas encore réussi à récupérer de cet état qui à mon avis correspond à ma disposition naturelle, dont mon éducation, conditionnement et blessures m’ont tellement éloigné.😏

C’est peut-être ça qui fait toute la différence entre l’homme d’aujourd’hui et l’homme dans son état naturel… cette capacité d’être tranquille en toute circonstance, grâce à une conscience active et présente en permanence que tout est parfait à chaque instant. Cette sensation d’inconfort qui se traduit en inquiétude n’est pourtant pas vraiment un problème. Comme je ne peux pas l’influencer et qu’elle fluctue en fonction de mon état de confiance en la vie, ce n’est rien d’autre qu’un baromètre qui m’indique où j’en suis exactement sur mon chemin d’abandon. 😒

Car c’est de ça qu’il s’agit en réalité, de ma capacité de m’abandonner entre les mains de l’existence. Quand je serai entièrement tranquille, toute forme d’anticipation, de manipulation, d’intervention ou d’inquiétude ne feront tout simplement plus partie de ma vie. Tout un cheminement pour revenir à quelque chose qui devrait faire partie de la normalité depuis toujours. 🤨

Ça fait longtemps que je cherche cet état. Je me souviens encore du début de ma relation avec Patricia, vers 1992, où je chantonnais déjà dans ma tête, ou parfois même en haute voix, des mots sur le refrain de “Old Mac Donald had a farm” ou de “Go down Moses”. C’était un mantra inspiré de la prière du coeur et issu de l’influence bénéfique de ma partenaire. C’était pour m’aider à sortir de ma tête et à entrer davantage dans mon coeur :

“Entre Tes mains je m’abandonne,
guide moi mon dieu…
Si je m’abandonne entre Tes mains,
je me sens moins seul…”

Puis, je répétais les phrases au rythme de mes pas ou j’inventais une suite en fonction de mon inspiration du moment. Ça m’arrive parfois encore que les mots montent spontanément dans ma tête et que je me surprenne à fredonner un petit bout de mon passé. 😍  

Ça y est, le vent s’est couché… Magnifique journée à tous… 🌴🌳🌲🌴🌳🌲🌴🌳🌲   

6 réponses

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s