Bipolaires, autistes et autres  

Amsterdam, Pays-Bas 🇳🇱

Je rencontre régulièrement et depuis longtemps des personnes qui ont aux yeux de la société une pathologie psychique, alors que pour moi ils sont tout à fait normaux. Je parle des gens qui ont été diagnostiqués bipolaires, autistes, hyperactifs, dépressifs, agoraphobes… mais aussi des hystériques, paranoïaques, psychotiques, schizophrènes… puis ceux avec des tics ou des tocs. La liste est longue… ☺️

Dans mon monde, il n’y a que des gens qui n’ont pas été entendus et dont le psychisme réagit simplement pour se défendre ou se révolter contre l’intrusion conditionnante, venant de leurs parents, leur famille, leurs amis, leurs enseignants et le reste de la société. Quand quelqu’un ne se laisse pas endoctriner et n’entre pas dans les critères de la masse, il est la plupart du temps tout simplement considéré comme malade psychique ou mental. 😏

Si un de nos moutons n’a pas la couleur, la taille ou le comportement qui permet sa manipulation, il est considéré hors normes et mis au rebut dans une institution spécialisée… ce que je trouve un peu comparable à nos anciens qui ont perdu leur place de sage et ne servent plus à rien. En fonction de la gravité de leurs maladies, ils ont des camisoles différentes. Si c’est très léger ils ont simplement la camisole sociale et éducative avec des sanctions infligées par des moldus certifiés. Si c’est un peu plus gênant, ils se trouvent avec des camisoles chimiques sous forme de médicaments. Et si c’est vraiment dérangeant, une vraie camisole de force sous forme de veste ou institution emprisonnante est utilisée, avec en prime des traitements inhumains plus ou moins barbares. Ça me semble normal qu’avec cette pression et menace sociétales énormes, nous n’osons plus être nous-mêmes. 🤔

Moi, je ne vois que des hypersensibles, des originaux, des créatifs et des surdoués. Nous avons tout simplement désappris à entendre réellement le besoin de nos enfants, de nos animaux, de la nature et de nous-mêmes. Les quelques personnes qui ont encore cette sensibilité particulière se font séparer de la masse, pour surtout ne pas la contaminer. Pour moi c’est encore lié à nos religions modernes qui ont tout fait pour nous couper de notre véritable puissance, afin de nous faire obéir à l’homme au pouvoir… à travers un dieu masculin inventé. 🤨

Le naturel-essentiel est réprimé depuis tellement longtemps, que les interdits et brimades poussent souvent aux transgressions réellement dangereuses. Je pense aux agressions sexuelles et autres violences corporelles. La violence, même si elle est mal vue, est malgré tout tolérée jusqu’à un niveau très élevé. Ceux qui n’ont pas accès à leur colère, deviennent tout simplement tristes. La tristesse est acceptée puisqu’elle ne heurte personne d’autre. A force de brimer et d’interdire le naturel, l’être humain compense ainsi par la violence, la tristesse, l’abdication, les pathologies physiques ou un comportement de révolte et de protection sous des formes différentes d’inaptabilité psychique. 😅

girl-2067378_1920

Certes, à force de ne pas écouter, ni entendre les appels au secours de ceux qui justement pourraient nous sortir de notre impasse, ils finissent par s’enfermer eux-mêmes quelque part dans leur tête où ne nous pouvons pas les atteindre mais d’où ils ne peuvent plus sortir non plus. Je suis ainsi touché par tous ceux qui sont encore accessibles et dont je vois la détresse. Ça m’arrive souvent de voir un enfant ou un adulte comme ça et de constater comment son entourage aimant le détruit à petit feu par inconscience, manque d’écoute et manque d’ouverture. Ce qui est ahurissant pour moi est de voir à quel point leur inconscience leur fait croire qu’ils ont raison et que ce qu’ils font est pour le bien de leur victime-chérie. 🤒

Parmi les nombreux souvenirs, je pense entre autre à une femme qui avait une fille autiste. Il était clair pour moi à cette époque que cette femme ne savait pas vivre pour elle-même et qu’elle avait besoin de se sentir utile tout le temps. Alors, elle a donné naissance à une fille qui lui donnait l’opportunité d’être carrément indispensable. Elle ne pouvait pas entendre de ma part que c’était elle qui avait besoin de sa fille et que celle-ci avait plutôt besoin de devenir autonome. Heureusement il existait déjà une technique spéciale pour autistes, la communication facilité. La toute première phrase que la jeune femme exprimait à travers cette méthode était : “Maman, laisse moi respirer !”. 😌

Dans mon histoire personnelle j’ai tout connu. J’ai d’abord longtemps été triste, suivi par une grande période de dépression avec l’envie d’en finir. Je reconnais même que j’ai eu longtemps une forme légère d’autisme et de bipolarité. Par moment j’ai aussi eu des tocs. Comme beaucoup d’entre nous, j’ai su bien les masquer. Mes pathologies m’ont longtemps accompagné pour me montrer de quelle manière j’ai été à côté de mes pompes. Quand j’ai enfin compris leur message et à quel point je me suis fait brimer, la colère est sortie comme une avalanche. 🤪

Aujourd’hui, je ne vois que des gens brimés. Ce qui me touche c’est que le cadre de référence utilisé par la société ne permet pas de trouver une vraie solution. Tout ce que je vois, ce sont des soins, de la thérapie corrective, de la médication et de l’hospitalisation pour pousser chacun à s’adapter ou pour le séparer de la meute. La vraie voie de passage est à mon avis encore inaccessible pour la plupart d’entre nous. Mon rêve de La Grande Famille est ma réponse au phénomène ; créer les circonstances qui permettent l’originalité de chacun de se manifester et de s’épanouir. 😍

Je me sens souvent impuissant face à tous ces gens qui considèrent leurs maladies physiques et psychiques normales. Une partie de moi ne comprend pas pourquoi ils ne se réveillent pas et qu’ils voient la réalité en face… qui est un choix de SURvie. Je rencontre parfois des gens qui perçoivent enfin leur emprisonnement. Leur peur du risque est généralement trop grande et ils préfèrent faire comme les autruches espérant que les problèmes disparaîtront d’eux-mêmes. Certains vont plutôt s’occuper des autres en s’oubliant encore plus. Ça ne marche pas… !!! 😂 

Pour retrouver mon naturel-essentiel, je n’ai trouvé qu’une seule solution. J’ai eu le choix entre tomber de plus en plus malade ou d’affronter courageusement ma peur d’exclusion, d’enfermement, de jugement, de manque, de solitude, de famine, de maladie, de folie, d’agression, de souffrance, de perte ou même de mort. J’ai pris des risques énormes en affrontant mes peurs, exprimant progressivement ma vérité et vivant selon mon originalité. En effet je n’ai pas été épargné. Mais, le résultat est magnifique et glorieux… 💝     

Le processus de déconditionnement et de libération est encore très actuel dans ma vie. Le miroir que je viens de partager avec vous me montre que j’ai encore à libérer des peurs pour vivre le vrai Michael et de transformer ma SURvie en VIE. Mon état d’enfant indigo se déclare de plus en plus et semble loin d’être terminé. Oser être entièrement moi… sans blessures, sans masques… et affronter sans relâche la peur de perdre ce qui me reste. Aller jusqu’au bout de mon intégrité d’Homme-Dieu sur notre scène de vie terrestre. 🌍

Heureusement je vois en même temps de plus en plus la beauté de ma nouvelle vie qui se manifeste. Mes changements intérieurs sont comme des graines que j’ai plantées tout au long de mon chemin… et mon parcours est de plus en plus fleuri. En même temps, les structures s’effacent, les obligations disparaissent, l’inconnu et l’imprévu deviennent mon quotidien, la simplicité d’être prend le dessus… et mes rêves se matérialisent sans aucun effort. 💨

Je nous souhaite une délicieuse journée ∞❤️∞ 

5 réponses

  1. Eric

    Bonjour Michael?
    Je me retrouve bien dans ce que tu écris et ce depuis plus de 50 ans. Aujourd’hui encore je vis en marge du système que je n’arrive toujours pas à comprendre ni à accepter. Ma Vie a toujours été vécue en marge de la société et personnellement je me fous du jugement des autres.
    Je suis MOI et je m’assume.
    Merci pour ce que tu oses mettre en lumière

    Aimé par 1 personne

  2. florence arnaud

    Bonjour, Michael,

    Ouhlala je transpire au fur et a mesure de la lecture de ton écrit je me retrouve je prends conscience que : j’ai chaud je crie intérieurement j’étouffe et pourtant je continue la lecture

    je suis maman d’un autiste apserger . Il était clair pour moi à cette époque que cette femme ne savait pas vivre pour elle-même et qu’elle avait besoin de se sentir utile tout le temps.

    “Maman, laisse moi respirer !”

    s’occuper des autres en s’oubliant encore plus. Ça ne marche pas… !!! là je l’entends même douloureusement

    Namasté Michael, pour ces prises de conscience belle journée

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s