Free

Allonnes (72), France 🇫🇷

Au moment que je commence mon article, il est midi et je suis assis dans une brasserie au centre du Mans devant un petit thé à la menthe. J’ai une heure avant que le film que j’ai choisi d’aller voir commence. Je viens tout juste de poster “Pas de résistance” et j’avais envie de partager avec vous quelques réflexions concernant ma liberté. 🆓

Je sais déjà que je vais l’écrire en plusieurs étapes et à des endroits différents. La dernière sera sûrement demain matin au réveil. Une relecture finale avant la mise en ligne. Un sujet m’accompagne ainsi tout une journée et me permet vraiment d’approfondir, de clarifier et d’ordonner mes pensées… et même de le faire évoluer. 📜

Le choix du sujet venait tout simplement parce que je viens de changer d’opérateur téléphonique. Après une vingtaine d’années chez Bouygues je suis passé chez Free. Le forfait chez le premier ne répond plus à la liberté que je vis et déjà le nom “Free” m’inspire et m’attire depuis longtemps. 😌

Et tout en m’occupant des formalités, je perçois à quel point une partie très particulière de moi demande encore à être libérée. Pourtant, je SUIS libre. En tout cas, de l’extérieur je semble l’être. Je me rends compte que je n’acquiers pas la liberté à laquelle j’aspire d’un coup mais que ça vient étape par étape. Je le vois surtout quand je regarde en arrière et que je fais une comparaison entre ce que je vis aujourd’hui et mon vécu au début de mon itinérance. 😊

C’est comme si la Vie me guidait vers de plus en plus de liberté en fonction de mes capacités qui évoluent avec le temps. Je constate déjà qu’il y a plusieurs sortes de liberté que j’ai acquis au fur et à mesure. Je pense à la libération que j’ai vécu par rapport à mes affaires, mes objets, mes souvenirs, mes photos. Puis, celle par rapport au petit appartement dont j’étais co-propriétaire avec Patricia. Ensuite, il y avait la libération concernant l’administration, les impôts, les assurances, etc. Puis, celle de l’attachement aux gens, aux amis que je voyais au quotidien. Je vois aussi ma libération progressive du besoin de me sentir en sécurité et de savoir plus ou moins loin à l’avance où j’allais me trouver prochainement. 😅

Des libérations plus importantes sont venus un peu plus tard dans ce parcours, qui dure maintenant déjà plus de 2 ans et demi. Je pense au besoin d’être systématiquement avec quelqu’un. Je me suis aussi libéré de l’importance de l’opinion des gens. Je me sens libre aussi du besoin de travailler et d’être utile ou performant. J’ai même l’impression que je me suis libéré de mon besoin de vivre mon rêve et d’avoir une famille à moi. Ça semble du passé tout ça. Il y a sûrement encore d’autres domaines où j’ai pu me défaire des liens emprisonnants. Déjà je trouve que ce n’est pas mal du tout. 😜

Là, où je constate que je ne suis pas encore vraiment libre c’est face aux formalités. Actuellement je reçois, par exemple, des appels de l’assurance maladie pour m’indiquer qu’il y a un problème avec mon dossier. C’est normal, car je disparais doucement de l’écran radar de la société. Pourtant, ça me donne une sensation d’inconfort. Tout en devenant libre, une partie de moi souhaite rester tout à fait « en règle ». Je n’ai rien à cacher. Je veux juste que l’administration me laisse tranquille. Comme je pense que dans notre société ce n’est pas possible et qu’il faut que je sois “conforme” sinon, je suis dans illégalité, j’ai un inconfort. La liberté devrait être un statut légal ! 🤨

Il y à un autre endroit où je perçois une manque de liberté en moi. C’est toujours liés aux formalités. Je peux faire toute une montagne à partir d’un tout petit détail qui représente souvent même pas un vrai problème. Avant-hier par exemple, quand j’ai souscrit mon abonnement chez Free par Internet, j’ai vu que ma ligne Bouygues allait être coupé le 22 janvier. Un simple calcul me montrait que je ne pourrais pas récupérer ma nouvelle carte SIM à temps et que j’allais être sans téléphone au moins pendant une semaine. Au fond, où est le problème ??? Surtout que je n’ai plus rien qui urge vraiment !!! 😣

Ce n’est qu’un exemple… et bien évidemment, j’ai fini par trouver la solution, comme toujours. Là, il s’agissait d’aller tout simplement dans une boutique FREE ici au Mans et de payer un peu plus pour récupérer une carte SIM dans une machine. Je viens de le faire. Mais dans le passé, des petites choses comme ça pouvaient déjà capter de manière démesurée mon attention et ainsi me pourrir la vie. Je pense entre autres à une carte sésame qui ne marchait pas… Une assurance injoignable quand j’en avais besoin… Obtenir une visa pour mon passeport… Un imposition des impôts trop élevé… Un procès-verbal pour excès de vitesse… La date de la signature d’un acte de vente. C’était surtout quand c’était en relation avec l’autorité de notre société. 😤

La source de mon besoin de liberté se trouve dans le fait qu’au fond je suis quelqu’un de très simple et que la société est devenue tout simplement trop compliquée pour moi. Je pense que mon état « Indigo » y est pour quelque chose aussi. J’ai toujours du forcer pour être à la hauteur. Avec le recul je me demande où j’ai trouvé la force pour répondre au besoin des autres à ce point. Je suis extrêmement fier de moi d’avoir fini par réussir à mettre les choses davantage à leur juste place dans ma vie. Même si je ne sais pas du tout où ça va me mener. 🤪 

En tout cas, il semble que dans mon aspiration à une liberté totale, j’ai un mur à franchir. En me relisant, je pense qu’il s’agit d’oser franchir la ligne de l’illégalité. Oser ne pas être “en règle”… Oser ne pas être « conforme » et ne plus répondre aux interpellations d’une administration que je ne reconnais plus en tant que autorité… Oser participer à la Vie à ma manière… Oser être mon propre souverain et m’assumer ainsi jusqu’au bout. 🤴  

J’avoue que ça ne me laisse pas froid. Je sens que je prends un risque. Il n’y a pas vraiment de place pour des personnes comme moi. Si je continu et que j’ose agrandir ma liberté, je risque peut-être d’être recherché, de ne plus pouvoir utiliser mon passeport, et même de finir en prison. 😿

Quand parfois j’en parle à un ami, je rigole en disant que je ferais du tantra pour hommes, que je serais logé et nourri… et que de tout façon je ferais une grève de la faim… juste pour m’amuser ! 😜     

Je vous souhaite une journée… libre ! ❤💛💚💙💜🖤 

7 réponses

  1. eh oui parfois on s’étonne tout seul car on n’a rien vu arrivé et que le bonheur était là sous nos yeux,comme l’amour que je vis depuis quelques jours…je me sens aussi libérée d’une douleur suite au deuil,et il a fallu un homme sensible afin de me sortir de ma mélancolie…

    J'aime

  2. Suzanne

    J’ai éclaté de rire à la fin en te lisant ! Mais où as-tu pris que la société allait supporter que tu lui échappes ? Tu es le grain de sable dont elle ne veut pas, mais alors pas du tout ! Imagine : si tu fais des émules, la machine se grippe vite fait bien fait. Donc, oui « free » mais pas vraiment en fait à moins de disparaître vraiment dans la nature par exemple… Ermite ? Tu ne pourrais plus aller au cinéma ! Par contre, dans ta tête c’est de plus en plus vaste, illimité et au fond, n’est-ce-pas l’essen-ciel ? Bonne soirée Michaël ! Je t’embrasse

    Aimé par 1 personne

  3. Alain

    Beaucoup de choses me parlent dans cet article.

    Pour ton appel de l’Assurance Maladie, j’ai tout de suite pensé à la CMU à laquelle tu as probablement droit. Une assurance santé gratuite. Je sais bien ce que tu en penses, mais il est possible que dans ton cas, cela devienne une « obligation légale » en cas d’hospitalisation notamment.

    Je fais aussi beaucoup d’efforts ces derniers temps pour être à la hauteur au boulot.
    Et je suis bien conscient d’en être de moins en moins capable.
    Il faut être à sa place, aimer ce que l’on fait, pour être bon dans ce que l’on fait.
    Je l’ai longtemps été, mais je le suis de moins en moins.
    Pourtant je n’arrive pas à lâcher ce métier de plus en plus compliqué et auquel je suis de fait de moins en moins adapté.
    La raison ? La peur profonde que j’ai de manquer d’argent.
    Cette peur est semble-t-il mon plus gros obstacle vers la liberté.
    Peur de me retrouver à la rue avec ma petite chienne, de ne plus pouvoir prendre soin d’elle ni de moi. Et ma Flamelle est un authentique ventre sur pattes. Le prana c’est pas son truc 🙂
    J’ai songé durant des années à une reconversion professionnelle mais je n’en ai même plus envie.
    Je me complais de plus en plus dans l’oisiveté.
    Je pense souvent à la blague de Coluche : « On dit qu’il y a 3 millions de demandeurs d’emploi; c’est pas vrai, de l’argent leur suffirait ! » 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s