Le prince charmant

Le Dorat (86), France 🇫🇷

Dans la brasserie où j’attends mon train de 11 heures 29 vers Le Mans, 3 hommes vêtus en chasseur discutent à côté de moi devant leur petit café avec l’accent du patelin. C’est simple et drôle. Ca parle des femmes, du cinéma, de politique… bref, de n’importe quoi. Ça me fait chaud au coeur de voir cette complicité entre ces copains qui semblent se connaître depuis longtemps. ☺

Trois trains prendront jusqu’à 17 heures 30 pour faire 260 kilomètres et m’amener à Allonnes passant par Poitiers et Tours. Largement le temps pour réfléchir à mon vécu pendant cette dernière exploration magnifiquement délicieuse. Puis deux semaines me séparent de la suite de mes aventures à la « Indiana Holmes » ou « Sherlock Jones ». Du temps pour laisser descendre, pour intégrer et pour me re-poser. 😅

La résistance la plus importante que je rencontre sur ce chemin vers « la maison », chez mes partenaires et les participants pendant les retraites, est l’attachement à l’autre. De mon point de vue ça vient d’un malentendu concernant ce que c’est l’Amour. Pour la plupart des gens l’amour semble être lié à la relation amoureuse. Pour moi, la relation amoureuse est une des expressions de la dépendance et ne sert qu’à démarrer un processus pouvant éventuellement mener à l’Amour avec un grand “A”. J’en parle dans une de mes vidéos. 🧡 

Et c’est logique. J’ai appris les mêmes vérités que tout le monde, concernant l’Amour. Cette recherche de mon âme-soeur qui tel un prince ou princesse charmante viendrait me délivrer, remplir toutes mes attentes et combler mes vides. Même si je suis persuadé aujourd’hui, et ce depuis longtemps maintenant, que ce conte de fée est une énorme super-“cherie”, une partie de moi semble persister à vouloir y croire. 😍

Je constate en permanence de quelle manière mes attachements pourraient m’empêcher de vivre l’Amour véritable, cet Amour spirituelle auquel beaucoup d’entre nous aspirent. Je m’entends dire souvent à mes partenaires et pendant les retraites, que “l’autre” n’est que le support permettant de faire le chemin, mais en aucun cas l’aboutissement. 😏 

C’est ce qui est le plus difficile dans mes explorations à deux. Je sens bien la tentation à m’attacher à mes partenaires. C’est logique et facile, car au fur et à mesure que leur puissance se réveille et révèle, elles sont de plus en plus attirantes et belles. Mais c’est surtout dans l’autre sens, que ça sollicite mon attention, et ce avec toute ma solidité et clarté… Car moi aussi, en augmentant ma liberté et ma puissance, je semble dégager de plus en plus des “phéromones d’Amour”. 😅

Le premier piège dans lequel celles que j’accompagne tombent, est de me mettre à la place du “prince charmant” sans s’en rendre compte. Je connais ce phénomène de transfert depuis que je suis devenu Relation d’Aide. J’ai toujours su garder la bonne distance et même l’utiliser pour accompagner plus efficacement encore. Mais là, c’est plus fort que jamais… et plus sincère que jamais aussi. 😍

Dans d’autres temps j’aurais craqué depuis longtemps devant une telle abondance affective. Surtout que je suis également conscient qu’il se peut très bien que je trouve ma compagne suivante parmi celles avec qui j’explore. Mais même si je n’ai pas de frontières bien définis, là se trouve pour moi une ligne de démarcation à ne pas transgresser, surtout parce que parmi mes co-exploratrices il y a des femmes déjà engagées avec un partenaire de vie. 😅

Et je ne serais jamais un traitre d’un frère… même si d’un point de vue judéo-chrétien je pourrais déjà d’emblée être considéré comme tel ! En tant qu’initiateur, une des grandes missions que je me donne est d’apprendre aux femmes comment utiliser les découvertes qu’elles font avec moi pour ranimer leur couple, souvent en détresse ou en sommeil, comment initier  leur partenaire à l’Amour au féminin et comment renforcer leur complicité avec lui. 😌

Oui, mon corps semble dégager de plus en plus cette énergie si agréable pour les femmes… Oui aussi quant à ma manière de toucher, qui de plus en plus à l’air de répondre à un demande et un manque depuis longtemps chez elles… Oui encore une fois pour l’autonomie que j’éprouve face aux femmes et qu’elles semblent sentir. Je n’ai pas besoin d’elles et je n’ai donc pas besoin de mendier, de dominer, de manipuler… d’intruser. 🤪

Autant de raisons qui pourraient expliquer pourquoi la plupart d’entre elles s’attachent si rapidement et si fortement à moi. Je me dois d’être très solide et parfaitement clair quand l’attachement et un éventuel désir d’un projet commun pointent le nez. Et là, elle peuvent se faire mal ! Car inconsciemment et involontairement, au-delà de l’appel à l’Al-chimie et à la transformation vers l’Amour, le syndrome du Prince charmant est bel et bien resté là, bien caché au chaud… attendant le meilleur moment pour se jeter sur sa proie. 🤨

Mais je ne suis pas dupe… et je ne joue pas… Je prends ce que je fais très au sérieux. Dès que je vois des signes annonciateurs chez mon co-exploratrice du moment, je le dis en tout simplicité. Ça peut être un moment de grande douleur pour elle et tout le processus pourrait se casser la gueule à ce moment-là, si elle choisi de rester dans ce qu’elle connais déjà. Si, par contre, elle est consciente de l’enjeu et que son désir de sortir de l’illusion est réel, une grande partie de sa dépendance se remplacera par sa propre connexion intérieure fortifiée. 🤩 

Ça prend du temps, pour sortir du syndrome du Prince Charmant. Mais je ne suis pas pressé. Quand le conflit intérieur démarre et que les choses sont devenues assez claires pour mon Amie quant à son choix, je me retire… Pas question de manipuler pour l’amener plus loin. Ce choix lui appartient… entièrement. C’est un bout de chemin du processus que de mon point de vue elle ne peut que faire toute seul. Mais, si elle me demande de l’accompagner et de faciliter le processus face à son choix, je le fais volontiers… 😍

Elle peut vivre une crise existentielle assez importante et ressemblante à une sorte de dépression. La crise durera le temps pour arriver à faire son choix, puis de l’intégrer. Si je ne peux pas l’accompagner, je reste là, au loin, présent à elle… au besoin… juste au cas où. Et il se peut que l’exploration se termine là. Mais je ne pense pas que je me trompe quand je reconnais la puissance en germe chez une femme… Alors, je l’attends passivement et patiemment. Puis, quand elle se sent prête à continuer et qu’elle choisi à nouveau de faire appel à moi, que ce soit après un jour, un mois ou un an, je suis à nouveau là pour elle, tout simplement. 💝

fire-2946777

Délicieuse journée à vous tous ❤💛💚💙💜🖤      

  

2 réponses

  1. Alain

    Nos choix de vie sont trop souvent conditionnés à une dépendance extérieure.
    Hier, suite à une discussion avec des amis, je me suis rendu compte que la Bretagne me plaît bien, que j’y suis venu par choix, par attirance.
    J’ai projeté ces derniers mois de quitter cette région pour m’installer en Dordogne ou Corrèze.
    Je me rend compte aujourd’hui que ce choix est en fait conditionné, entre autre, par le désir de me rapprocher de ma mère qui vit dans le Var.
    Cette prise de conscience m’amène à me questionner sur le lieu où, en dehors de tout conditionnement, je souhaiterais réellement m’installer.

    La recherche de l’amour, prince ou princesse, à l’extérieur est un réflexe naturel, profondément ancré en chacun.
    Il y a quelques années, dans des moments de solitude, j’avais perçu de manière très brève, l’amour sans objet.
    Puis avec les plantes, l’expérience s’est révélée dans toute sa puissance.
    Je me suis retrouvé en extase sexuelle (feu de bas ventre), puis amoureuse (feu dans la poitrine).
    J’étais animé d’un amour puissant qui fait se sentir enfin Vivant, au point que l’on sait sur le moment avoir trouvé ce que l’on cherche depuis toujours sans le savoir.

    Il est possible toutefois qu’il y ait un prince, une princesse à retrouver au dedans.
    La rencontre avec le Dragon n’est pas sans rappeler toutes ces légendes avec un Dragon gardant un trésor ou une princesse.

    J'aime

  2. au début de chaque relation,on est dans un rêve et la magie est tellement passionnelle qu’on se sent le roi et la reine,car on est chouchouté par cette affection et cet amour présent,et au fil du temps,on se sent détrôner,car la passion n’a plus de valeur…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s