Fais très attention ~ Be very careful

🇬🇧 To translate my article to your language, copy the French text, click on this link and paste it in the Google translator that opens…

Michael, à Netanya en Israël 🇮🇱

Je m’étonne moi-même de voir avec quelle facilité je cesse de faire un effort pour apprendre ma langue maternelle. Pourtant, je suis loin d’avoir atteint mon objectif. C’est tout juste si je sais me faire comprendre dans la rue pour des banalités. Mon plus gros handicap depuis que je suis arrivé est que je suis seul la plupart du temps et je n’ai pas l’occasion de pratiquer. Mais, j’ai compris le message. C’est entendu et intégré. Si j’ai occulté ma langue et que je n’ai jamais réussi à la ré-apprendre auparavant, c’est certainement dû au traumatisme de mon départ quand j’avais 5 ans, mais aussi que je n’en avais peut-être plus besoin !!! 😏

Ça ne veut pas dire que j’arrête l’apprentissage… Non, je baisse seulement considérablement mon effort. Je serais désormais en mode détente. Ce sera désormais mon hobby. Quand je sens la moindre contrariété, je mets Duolingo, ACoursd’Hébreu ou mes livres de côté… et ça arrive en ce moment très très vite. En partant hier matin pour ma petite promenade, j’ai mis mon oreillette et j’ai enclenché la répétition de 1200 mots en français-hébreu. Ça ne m’empêche pas d’être complètement présent à ce qui se passe autour de moi et ça ne me donne aucune sensation de contrariété. 👂🏻

En arrivant au premier arrêt, j’ai sorti machinalement mon cahier pour commencer une exercice. Elle était trop difficile à mon goût et j’ai tout de suite senti une sensation d’inconfort perdre place dans mon ventre. En regardant autour de moi, j’ai vu trois jeunes filles d’environ 16 ans. Elles étaient en train de prier avec leur petite Tora. Je l’ai pris comme un signe et j’ai remis mon cahier dans mon sac afin d’être aussi simplement présent à la Vie qu’elles. Je me suis assis en tailleur et j’ai fermé les yeux. J’entendais le bruissement des vagues au loin… les oiseaux… le vent… et de temps en temps j’ouvrais les yeux pour regarder les gens qui passaient. 🌊

Je sentais la paix… je sentais à quel point j’avais été presque en permanence en train de faire un effort ces derniers temps. Je sentais que la Vie ne demande pas de faire un effort… seulement peut-être pour la rejoindre d’abord. Alors, pour mon arrêt suivant j’ai descendu l’escalier pour rejoindre la plage. Je me suis installé sur un autre banc pour faire ce que j’ai toujours aimé, regarder les gens qui s’affairaient, puis un chien et quelques enfants qui jouaient. Je n’avais pas envie d’aller sur le sable, ni de me baigner ou de m’allonger au soleil. 🏝

Je me souvenais que depuis que je suis jeune je n’ai jamais aimé bouger. J’aimais être avec mes copains, certes, mais marcher, courir, jouer, faire du sport ou sortir ne m’a jamais vraiment donné envie. Depuis ma jeunesse je me suis forcé à faire comme les autres, alors qu’au fond j’aime être tout simplement tranquille. Plus tard dans ma vie j’ai compris que j’ai uniquement participé à tout ça pour les bénéfices secondaires, dont le plus important a toujours été de rencontrer une fille. J’ai d’abord été déformé par mes enseignants et par la suite j’ai désappris ce que j’ai aimé, j’ai désappris à vivre le Naturel en moi. C’est seulement depuis quelques années que je suis en train de re-apprendre à reconnaitre et à honorer mes envies en mes besoins.

Quand j’ai compris tout ça, il y a quelques années, la tristesse de fond qui m’accompagnait depuis si longtemps se transformait par moment en une colère incontrôlable. Dès que quelqu’un m’empêchait de suivre mes envies ou besoins, si longtemps réprimés, je pouvais piquer des crises énormes. La toute première a été le clash avec mon père… Les autres avec celle qui était ma dernière compagne « officielle ». Involontairement et inconsciemment elle provoquait les crises qui ont marqué le début de ma libération d’homme. J’ai appris ensuite de mieux en mieux à me positionner, à habiter mon territoire et à respecter mes besoins, aussi petits qu’ils soient. 😤

J’ai été un bon petit soldat pendant trop longtemps. Les multiples « burn-outs » sont la preuve que mon Etre intérieur n’en pouvait plus. Alors, aujourd’hui je ne peux plus du tout participer à cette course inconsciente de survie et la mascarade de plaisirs superficielles qui donnent le ton à notre société actuelle. Je préfère rentrer à La Grande Maison avant mon temps, plutôt que de me prostituer encore une fois pour rien. Notre expérience de vie est courte et unique… et elle passe vraiment très rapidement. Il n’y a pas question de la gaspiller par des broutilles. Alors, je continuerais ma quête vers le Vrai, vers l’Amour, vers l’Essentiel… 💖

Après ces réflexions, j’ai repris la suite de mon petit tour habituel, m’asseyant sur chaque banc ou chaise qui m’offrait un peu d’ombre. En marchant, j’écoutais les mots, assis je regardais les gens. Juste une fois, j’ai fait une petite exercice d’hébreu sur l’application Duolingo, pour ne pas perdre mon bonus. Alors que j’ai repris la marche, j’ai eu envie d’un jus de fruits frais. J’avais remarqué qu’à Netanya, contrairement à d’autres endroits en Israël, il y n’a que très peu de kiosques pour acheter du jus d’orange ou jus de pomme grenade frais. Pourtant, c’est à mon avi quelque chose de vraiment typique pour le pays. Quand enfin j’en ai vu une sur mon parcours, bien caché, je me suis pris carrément un litre entier de jus de grenade ! 🥤

En sirotant le nectar de mon gobelet, j’ai traversé le marché. Je prenais plaisir à regarder le brouhaha humain. Et là, soudainement, par réflexe j’ai sauté en arrière pour laisser la place à un cycliste en fuite qui ne maitrisait plus son vélo électrique. Il était poursuivi par quelqu’un à pied et m’a manqué de justesse. Je pense qu’il avait blessé ou volé quelqu’un. Impossible de le savoir. Mais, je l’ai pris comme un signe majeur, puisque j’ai échappé quand-même à une collision importante. 💥

Si je ne veux pas me faire écraser par les événements, je dois faire très attention… Je dois être attentif à ce qui se passe autour de moi et faire attention où je pose mes pieds. Ce n’est pas encore le moment de me reposer. Je suis encore en construction et en chemin. Cette neuvième et dernière vie est censée finir glorieusement. Mon état de lâcher prise ne doit pas devenir une fuite caractérisée par l’immobilité. Je ne dois pas attendre le dernier moment pour bouger. Dès qu’une porte ouverte se présente, je dois être prêt à y entrer ! 🚪

Je nous souhaite une délicieuse journée de plus… ∞❤️∞ 

Eh oui, cette chanson vient de lui, de Satchmo… 

2 commentaires sur « Fais très attention ~ Be very careful »

  1. Bonjour Michaël
    Ton écrit m’a inspiré cet écrit bon lundi merci ou plutôt NAMASTÉ

    Mon sms sera sûr « Pâques »

    Persévérer à chaque instant
    Accueillir tout les présents
    Qu’importe les bourrasques du vent
    Unir notre corps et notre mental
    Émerveiller sans se faire mal
    S’aimer de tout son cœur sans râle.
    Je termine pas cette citation

    « Si au lieu de se SOI NIER
    On commençait par GAI RIRE »

    Courage à toi à moi !
    Vive le chocolat

    Flore Nce

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s