Une libération importante

Modi’in, Israël 🇮🇱

Ce matin, j’ai reçu un message d’une femme que j’accompagne par intermittence depuis environ 4 ans. D’abord j’ai failli lui répondre directement. Finalement, j’ai choisi de faire un article autour de ce qu’elle vit. Pourquoi ? Tout simplement parce que cela nous concerne quasiment tous. La plupart d’entre nous vivons ce dont elle parle d’une manière ou d’une autre…

Bonsoir Michael,

Souvent j’ai l’élan de t’appeler, de t’écrire, et je remets à plus tard. Peur de te décevoir. Peur d’être vrai et de voir apparaître le moi-victime. Peurs, encore. Depuis les quelques jours avec toi chez nous je sais que j’ai les outils pour être en lien d’amour avec mon partenaire. Je vois que je ne les utilise plus. 

J’ai une amie très proche qui est morte récemment et que j’ai accompagnée. Ces derniers mois auprès d’elle ont été intenses, plein de sens, et me laissent aujourd’hui avec mes questions. Quand est-ce que je vais me décider à aller avec le courant? Quel acte poser ? Cette amie me partageait souvent qu’elle n’avait pas la vie qu’elle avait imaginée, sans pour autant en changer…

Je suis venue chez mon père passer quelques jours. Je vois à quel point je réagis épidermique en sa présence. Je me vois quémander un mot, un geste signifiant que je suis importante pour lui. Pourtant je sais bien dans ma tête que ce n’est pas la route. Que tout ça c’est moi qui le crée. 

Et je n’arrive pas à sortir de ces fonctionnements de petite fille. Je n’arrive pas à me poster à l’extérieur de ma blessure pour juste la regarder et choisir l’amour. Peut-être que j’ai juste a le sortir de la vie. 

Ton article que je lis ce soir et tes échanges avec Florence je peux les prendre entièrement pour moi. Je ne veux pas penser ou agir en victime. Je me sens sortir de l’illusion d’une vie rêvée sans vraiment savoir la route à suivre. Beaucoup de moments de tristesse, de découragement. 

Je me redis souvent tes mots : «arrête de vouloir, accueille, suis les propositions de la vie». Je sens ta bienveillance, tout ce que tu me donnes juste à moi.  J’essaie de regarder de plus en plus le miroir. Ce que j’y vois c’est mon inexistence, et mes peurs. Même si je mesure le chemin que j’ai parcouru. 

Je n’en suis pas a voir le jeu de la vie et à m’amuser. Te lire me dis que c’est possible. T’écrire c’est mettre des mots sur ces derniers mois, être vrai devant toi, aller vers l’accueil du moment qui est là. 

Merci de ta présence, 

Je t’envoie un doux hug affectueux… 

Bien évidemment, comme toujours, ce que j’écris ou partage par vidéo n’engage que moi. Toutefois, ce que je vais partager dans cet article s’est confirmé systématiquement tout au long de ma vie d’accompagnant. Nous pouvons faire tout ce que nous voulons comme travail sur soi, mais il y a un élément de notre vie qui est plus fort que tout et qui donnera le ton à nos expériences encore et encore. Les schémas répétitifs viennent surtout de là. 

Il s’agit de notre relation à nos parents. C’est eux qui nous montrent notre réalité. C’est eux qui nous éduquent et nous conditionnent. C’est eux qui sont la source de nos blessures. C’est eux qui ont figé toutes nos peurs en nous. C’est en voyant leur mauvais exemple que nous  ancrons nos croyances erronées de manière quasiment indélébile. 

Mais attention, nos parents ont également été blessés, conditionnés et mal informés. Ils n’ont pas eu de bons exemples non plus. Ce problème empire de génération en génération et cela depuis la décimation systématique de notre culture ancestrale par ceux qui ont voulu apporter « la bonne parole ».

balloons-892806

Au-delà de tout ça, nous sommes ici pour faire l’expérience de QUI nous sommes VRAIMENT, à partir de qui ne nous sommes pas. Sans nos blessures, nos conditionnements et notre vie dualiste, nous ne pouvons pas vivre ce défi et aller vers l’Unité et l’Amour. Nos problèmes sont là comme un tremplin permettant d’aller ailleurs. Sans notre ego, nous ne connaîtrons jamais notre Etre. C’est lui qui fait tout le chemin en fin de compte.

La plupart d’entre nous ne réalisons pas que notre vie n’est rien d’autre que la projection extérieure de ce que nous sommes intérieurement. Ils vivent comme si tout était séparé. Toutefois, et ça ce ne discute même pas, nous sommes énergétiquement UN seul Entité… et tout ce que nous voyons, n’est que la partie énergétique qui vibre à un taux qui est perçu par nos sens. Notre vie est une illusion… une projection qui semble réelle, mais qui ne l’est pas.

Ce que nous projetons vers l’extérieur et qui crée notre réalité… est tout simplement ce que nous pensons être la réalité ! Notre réalité intérieure a été forgée par nos premières expériences de vie et donc induite par nos parents. Très jeune nous forgeons ainsi un système avec des croyances concernant soi-même, les autres, les hommes, les femmes, la vie… de TOUT.

patient-841165_1920

Et dès que nous avons une idée sur quelque chose, nous entretenons cette réalité en créant encore et encore des situations qui vont la valider. Des manipulés vont créer de la manipulation, des trahis des trahisons, des abandonnés des abandons, etc… et cela jusqu’aux détails parfois tellement précis que cela en devient souvent effrayant. Beaucoup d’entre nous ne survivent pas à nos propres projections. Car les maladies, les guerres, la misère, les désastres et les accidents en font partie…

En accompagnant les gens, j’ai vu que 99% de ce que nous vivons a été induit par nos parents. Leur comportement pathologique inconscient et la transmission de leur vérité gravement erronée a été la base de la construction de nos croyances, donc de notre vie. J’ai ainsi compris et vérifié maintes fois que les maladies ne sont pas génétiquement transmises… oh non, ce sont les incapacités que les parents transmettent à leurs enfants ! Et c’est ensuite l’incapacité qui s’exprime par une pathologie. Logique donc que les enfants répètent les mêmes maladies que leurs parents.

Il n’y a quasiment rien de vrai ni de juste dans l’éducation que nous recevons… et cela depuis bien longtemps déjà. C’est même de pire en pire. Ceci crée une mauvaise image de soi, une mauvaise image des hommes et des femmes et une mauvaise image de la vie. Et même si quelqu’un pense avoir reçu le contraire, sa vie montre la réalité telle qu’il la vit intérieurement, au-delà de ce qu’il pense. Souvent c’est par amour pour nos parents… Souvent nous leur avons d’emblée pardonné. En tout cas, c’est ce que nous pensons.

Le processus de deuil, de libération

Vers l’an 2000, j’ai mis en place un processus de deuil et de libération. Le but a été de rétablir une vérité objective et de mettre notre éducation à sa juste place. De l’information dont le subconscient va se nourrir par la suite pour créer une autre réalité. Je peux vous dire, que ce processus a fait ses preuves des centaines de fois déjà.  

A l’époque où j’ai voulu simplifier mon accompagnement et que j’ai pratiquement tout enlevé, la seule chose incontournable à la transformation de la vie a été ce processus. Les ancrages crées par nos parents sont tellement forts que nous recréons encore et encore le scénario que notre subconscient nous dicte. 

Le processus est simple, pas facile, mais simple. Tout se fait par écrit. En gros, il s’agit de plusieurs étapes, dont chacune doit être validée avant de passer à la suivante. Je ne vais pas les expliquer ici, il me semble que la vidéo que j’ai faite à l’époque est bien explicite. Au bout du compte, et cela sans exception, les libérations sont époustouflantes et les changements de vie par la suite, tout simplement incroyables. 

dogs-4477058_1920

Faire le deuil d’une histoire, d’un amour, de ses parents ou de la partie douloureuse de votre histoire avec eux, ne se fait pas n’importe comment. J’en ai vu des techniques. La plupart du temps, les choses empirent même, car souvent il s’agit de régler des comptes ou d’écrire une gentille lettre. Je n’en ai vu pour l’instant aucune qui inclut suffisamment la transformation des certitudes concernant soi-même et de ses parents afin de provoquer un changement de vie et la cessation des schémas répétitifs.

A la fin d’un travail de libération, les nouvelles vérités doivent être solidement ancrées… puis validées et entretenues par un changement radical d’attitude et d’une toute nouvelle panoplie comportementale. Changer sa vie est une histoire de choix… mais tant que l’ancrage du passé est si fort c’est comme nager en permanence à contre-courant ou vouloir partir en montgolfière avec trop de ballaste… 

Comme je ne connais personne qui accompagne de cette manière, au besoin je suis toujours disponible… Il suffit de me faire signe par le biais de ma page Contact.

∞💜∞  

13 commentaires sur « Une libération importante »

  1. Un pas un pas de plus a la lecture de ton article du jour, je vais faire un pas de plus en visionnant ta vidéo, en y travaillant dessus, car il y a quelques années, je l’avais visionné il me semble cela me dis vaguement quelque chose ! Mais je ne devais à l’époque pas être prête ! là, je ressens la poussée, l’avancée.
    Namasté, pour la discussion d’hier, pour la Père Mission, pour tes paroles, pour cet article belle journée !

    Aimé par 1 personne

      1. Et bien : « au besoin, je suis toujours disponible…: dis tu à la fin de ton article !
        Alors, j’oserai te demander de m’y aider ! ♥*
        Namasté !

        Aimé par 1 personne

  2. Merci Michael.
    Je viens d’écouter ta vidéo, je commence ce chemin de pardon pour moi, je ne veux plus de cette relation douloureuse et invalidante avec mon père. Il me semble connaitre ce que tu nommes dans ton article, être en accord avec « ta » vision, mais jusque là ça ne m’a pas permis d’agir suffisamment pour la vivre.

    Le processus de deuil que tu proposes me rassure, je vois bien les écueils qui pourraient m’arrêter, pourtant je me sens confiante.

    Je vais reprendre cette vidéo, suivre les étapes que tu donnes, et valider avec toi. Pasd à pas.
    Je commence ce soir par choisir une photo.

    RDV la semaine prochaine?

    A très vite.

    Aimé par 1 personne

    1. La vision en soi n’est pas suffisante. C’est pour ça j’avais mis en place tout un processus pour devenir cohérent avec la notion d’unité.
      Car le principe est simple… quitter ses réflexes ne l’est pas…
      Rendez-vous avant de commencer… Ça ne se fait qu’une seule fois et faut pas la louper… Je t’appelle vers 9 heures en France… ☺️

      J'aime

  3. HEAVENO Michael !!! gratitudes pour ces partages en plongée de qui nous sommes vraiment, et comment manoeuvrer de tout notre coeur, de toute notre âme, vers des univers inconnus, cesser de tourner en rond dans cet univers de souffrances trans-inter-trans-générationnelles…. pour ma part, je décide de me délester de toute culpabilité, ce poids redoutable qui nous sert de joug, et nous fait courber la tête et l’échine, et garder notre regard dans le connu. Pour moi, tout est cadeau pour nous libérer de nos anciens schémas , en choisissant la compréhension- dévotion plutôt que cette logique de désigner des fautifs.fautives. HALLHELHUYAH. !!!

    Aimé par 1 personne

  4. Bonjour michael, merci pour cet article il arrive au bon moment. je vais entamer ce travail aussi, pourrais je te solliciter ? merci belle journee

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s