Fermeture

L’Houmeau (17), France 🇫🇷

Dans mes souvenirs, j’ai dû avoir environ 16 ans quand je me suis fermé pour la première fois. Ce mécanisme de protection, de défense et de punition est resté en place durant une très grande partie de ma vie. L’état dans lequel je me trouvais était aussi difficile pour mon entourage que pour moi. Avec le recul et mon expérience d’aujourd’hui je comprends très bien ce qui s’est passé. 😏

Ça a commencé pendant que je faisais de l’humour avec ma mère dans le couloir de notre appartement à Amsterdam. Mes plaisanteries étaient de moins en moins drôles et je m’emmenais progressivement dans un état hystérique sans plus réussir à m’arrêter. Quand elle m’a sévèrement sommé de cesser, je me suis enfermé à l’intérieur de moi pendant aux moins 3 mois. Avec d’autres gens j’étais quasiment normal, mais avec elle j’étais complètement bloqué. Je ne la regardais pas et je ne lui parlais pas. 😠

Je me sentais injustement rejeté et je fuyais de manière rigide à l’intérieur de moi. En même temps j’avais honte et je me sentais coupable d’avoir dépassé les bornes avec mon comportement excessif. Comme un autiste, je me protégeais d’elle avec une attitude accusatrice et je la punissais de m’avoir brimé et fait mal. Mon état intérieur pouvait se comparer à la mâchoire d’un pitbull qui, une fois serrée, est quasiment impossible de dé-serrer. Il m’a fallu longtemps pour que je me détende, que je fonde tout doucement et que je m’ouvre à nouveau. 😖

Pendant la période de ma scolarité ça pouvait m’arriver plusieurs fois par an. C’était pénible pour celui qui était concerné, mais c’était encore plus pénible pour moi, car je m’excluais tout seul de la vie de l’autre ou des autres. Je peux encore sentir ce mélange de solitude, de honte, de tristesse, d’indignation et surtout de colère à l’intérieur de moi. C’était comme un cyclone avec des éclairs et de l’orage violents… et une partie de moi voulais disparaitre à jamais. 😔 

cave-2604672_1920

Avec le temps ça s’est tassé. Je pense que c’est lié à ma quête intérieure. Aujourd’hui, je comprends mieux comment j’ai pu me sentir oppressé et comprimé par mon éducation à ce point. Je vois bien que l’humour du départ n’était qu’une petite soupape qui faisait échapper un peu de la pression énorme que je vivais inconsciemment à l’intérieur de moi. Mes crises étaient comme des signaux de détresse, mais personne les entendaient. A chaque fois j’ai fini par retourner docilement dans ma camisole psychologique et comportementale, pensant que c’était moi qui avait un problème. 🤔 

Oui, bien évidemment c’était moi. J’étais complètement déconnecté de mon état naturel d’enfant. Quand j’y pense, nous passons les années les plus importantes de notre vie à nous faire laver le cerveau, au lieu de jouer… et d’apprendre en jouant et en imitant. Avec les années le phénomène s’est de plus en plus espacé et estompé. C’est devenu plus léger, plus discret et un peu plus facile à vivre. Je pense que le mécanisme s’est définitivement arrêté au cours de ma dernière relation, il y 5 ans environ. C’est avec et grâce à ma dernière compagne que j’ai osé commencer à quitter ma camisole. Malheureusement ça m’a couté ma relation avec elle, car j’ai vécu plusieurs colères incontrôlables qui ont dû être très violentes. 😒

La boite de Pandore s’était ouverte et elle ne s’est plus fermée par la suite. C’est l’époque où j’ai enfin appris à savoir ce que je voulais, à me positionner et à habiter mon territoire. Ça explique pourquoi encore aujourd’hui je peux être si virulent quand quelqu’un cherche à me brimer dans ma libre expression. Les crises du passé m’ont permis de voir qu’il y avait un grave problème… l’obstruction de la liberté de penser et de vivre selon un mode depuis longtemps réprimé. La beauté derrière tout ça c’est que dans ce sens aussi, le naturel revient toujours au galop. La question est plutôt : “Combien de temps faut-il encore avant que tout le monde fasse exploser sa camisole ?”. 🤔

people-2608145_1920

Du coup, quand je rencontre quelqu’un qui se trouve bloqué ainsi, j’ai la facilité de savoir comment le sortir de son mutisme. C’est déjà arrivé à plusieurs reprises dans ma vie. Je connais les mots, les gestes et l’attitude dont ils ont besoin pour se détendre et revenir au normal. Quand j’accompagne un couple ça fait carrément partie du processus… comment être face à son partenaire et l’aider à sortir de sa colère, sa fermeture et les émotions qui le bloquent. ☺️  

C’est mon miroir du jour qui a ramené ces souvenirs à la surface. Ma solution de l’époque était la plus simple face à ceux qui m’entouraient et par qui je me sentais brimé… me fermer. Je ne savais pas qu’il y avaient d’autres solutions. Il y avaient beaucoup d’endroits où je pensais que je n’avais pas le choix. Je ne savais pas que je pouvais faire des demandes, donner mes préférences ou même refuser. Aujourd’hui je sais comment faire, et c’est très simple en réalité. Mais, j’ai beaucoup plus de liberté qu’un enfant. Je n’ai pas la résistance d’un parent qui pense bien faire en face de moi. Il me reste juste les impositions de la société et de l’administration du pays… dont aujourd’hui je me fous royalement. 😂

Je comprends très bien qu’il y a tant d’enfants dissidents, hyperactifs, autistes, bipolaires, ou avec d’autres formes de défenses contre l’intrusion parentale, éducatives ou sociétaire. La destruction du naturel que la société impose à travers les parents et les éducateurs est énorme. Si je ne me positionne pas et que je ne défends pas mon territoire, je suis automatiquement emporté par le courant le plus grand. Si moi je ne prends pas ma vie en main, il y a bien quelqu’un d’autre qui le fera à ma place… et ça risque de ne pas me plaire. Après je râle, je critique, je juge et j’accuse… 😅

C’est ça que mon miroir du jour me montre. Certes, parfois je n’ai pas vraiment le choix, mais la plupart du temps je me dois d’être responsable de ma vie et de prendre les rênes en main. Je me dois d’être clair et de demander ce dont j’ai envie. Je dois exprimer mes préférences et oser faire des demandes risquées. Bien évidemment, sans charger l’autre… Mais si je reste dans l’attente, espérant que les autres vont deviner mes besoins, je peux toujours courir. C’est à moi de prendre le devant et de suivre mes élans, de prendre des initiatives… d’être spontané, cash et transparent… de ne pas attendre et d’écouter mon enfant intérieur simple, amoureux et innocent. C’est vrai, c’est un risque, mais au pire j’entendrai un NON. Mais… il se peut très bien aussi que ce sera un OUI ! 💓

Merveilleuse journée à tous ❤️🧡💛💚💙💜🖤 

9 réponses

  1. SERGE CAMBORIEUX

    Merci Michael, ton histoire est la mienne, tu as juste beaucoup plus avancé que moi, la peur du Non est sans doute encore trop envahissante chez moi… je vais m’inspirer de tous ces mots qui résonnent comme une supplique et Oser, oser exprimer mes besoins, mes désirs, mes attentes, oser me « casser la gueule » et affronter la réalité ! Merci, je t’embrasse,

    Aimé par 1 personne

  2. florence arnaud

    ouah Michael, ton écrit du jour, me parle me parle tout en me rassurant
    Ce matin j’ai fait un tirage avec la voie des papillons je suis tombée sur Aime sans manipuler et cette carte dans un premier temps m’a apportée un grand malaise puis j’ai posé mes ressentis et j’ai lu sa signification elle comportait cette phrase qui vient faire écho a ton écrit alors obligée de te le partager
    « dis simplement je prends conscience que tu ne peux pas répondre à ce besoin que j’ia et c’est difficile pour moi de l’accepter car j’ai longtemps pensé qu’on devait dire oui aux personnes qu’on aime. je souhaite transformer cette croyance pour que notre relation nous offre un espace mutuel de liberté tu choisis ainsi par ces mots d’aimer sans manipuler »
    voilà la phrase qui me relie a ton écrit belle fin de journée Michael NAMASTE
    :

    Aimé par 1 personne

  3. Roxane

    Merci pour ton partage 🙏 tes mots résonnent en moi et je sens que je dois aller dans cette direction, laisser mon enfant intérieur s’exprimer pleinement … Oser ma spontanéité, ma folie, ma simplicité ✨ me laisser jouer, rire, danser et faire des choses qui sortent du cadre ! 🌺😍💖

    Aimé par 1 personne

  4. Daniel

    Ton miroir de ce jour me permet de mieux comprendre encore ce que vivait ma dernière compagne, sa souffrance intérieure et pourquoi elle agissait de la même manière que tu évoques.

    Je n’avais pas les outils et pas toujours la compréhension nécessaire pour l’aider à s’extirper de son « chaos » intérieur, c’était ses mots.

    Merci Michael, je suis très touché par ce que tu nous livre aujourd’hui.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s