Pas de projets ~ No projects

🇬🇧 For English scroll down till you see the Union Jack


Modi’in, IsraĂ«l đŸ‡źđŸ‡±

Je parle souvent Ă  mon journal intime dans la journĂ©e. Il suffit qu’il y ait un petit incident et que je le mette Ă  sa juste place dans mon histoire… et pouf, il y a un nouveau sujet qui vient naĂźtre. Je ne suis pas sĂ»r que je me parlerai autant si mon journal avait Ă©tĂ© sur papier et que vous n’existiez pas. En rĂ©alitĂ©, je cherche en permanence ce que je vais pouvoir partager avec vous et de quelle maniĂšre.

Le titre du jour se trouve depuis au moins une semaine en haut de la petite liste oĂč j’ajoute au fur et Ă  mesure des sujets qui me semblent importants et que je ne veux pas oublier. Celui-ci est revenu Ă  mon attention suite Ă  un rendez-vous hier. C’Ă©tait d’ailleurs mon premier rendez-vous en live ici en IsraĂ«l… et comme toujours ça s’est passĂ© d’une maniĂšre trĂšs informelle, autour d’une boisson chaude, sur une terrasse Ă  l’extĂ©rieur du mall de Modi’in.

Une des choses que l’Amie avec qui j’Ă©tais m’a dite m’a tout de suite frappĂ© parce qu’elle pointait directement et d’une maniĂšre trĂšs prĂ©cise vers ce sujet dans mes bloc-notes. DĂ©jĂ , au quotidien, pour moi, tout est connectĂ©. Parfois, ça demande juste un petit effort pour trouver comment les Ă©vĂ©nements se relient entre eux. Cette fois-ci, par contre, c’Ă©tait gros comme une maison, car mon interlocutrice rĂ©pĂ©tait carrĂ©ment mot pour mot ce que je me suis dit dans ma tĂȘte en traversant le Shouk HaCarmel Ă  Tel Aviv un matin en chemin vers l’hĂŽtel, oĂč je devais juste rĂ©cupĂ©rer une enveloppe.

IMG_6256

Je me rappelle bien de ma rĂ©flexion. C’Ă©tait une Ă©norme Ă©vidence du moment. Il s’agissait de ne plus rien prĂ©voir et de ne plus faire de projets du tout. Ça veut dire donc de ne plus anticiper, de ne plus faire un effort, de ne plus me mettre de pression oĂč que ce soit… mais juste de me mettre en arriĂšre, de me dĂ©tendre, de vivre les choses du moment, de suivre ce qui vient vers moi et de laisser les rĂȘnes entre les mains de la Grande Vie Elle-MĂȘme. 

J’ai eu cette proposition de la Vie dĂ©jĂ  Ă  plusieurs reprises dans le passĂ©. Il me semble que j’en ai mĂȘme fait des articles dans mon journal. Cette fois-ci, il semble que le moment soit venu de quitter dĂ©finitivement ma place de chauffeur et vraiment m’installer dans le confort de celui qui se laisse conduire… C’est rigolo, car mĂȘme si j’aime beaucoup conduire, je n’ai plus envie d’avoir une voiture. Je prĂ©fĂšre largement les transports en public que je trouve beaucoup plus vivants.

Je maĂźtrise bien mon mĂ©tier. Dans le monde de la spiritualitĂ© et de l’accompagnement, je suis vraiment chez moi. J’ai tellement eu besoin de guĂ©rir et de rĂ©parer des choses en moi, qu’il n’y a pas un domaine oĂč je ne sois pas Ă  l’aise pour accompagner. J’ai aussi dĂ©jĂ  eu l’invitation Ă  plusieurs reprises de juste ĂȘtre lĂ  avec ceux qui viennent me voir. Il semble que ça suffise pour celui qui me sollicite. Je me rends compte que j’en suis seulement capable quand je suis en groupe, mais pas encore quand je suis dans mon rĂŽle d’accompagnant avec une seule personne.

La proposition du jour semble ĂȘtre une Ă©tape intermĂ©diaire. J’ai encore du chemin Ă  faire avant d’ĂȘtre complĂštement capable de me laisser balloter par le Vivant en moi. Pourtant, j’aime tellement me faire conduire. Certes, quand parfois quelqu’un vient me chercher en voiture, je peux me sentir un peu comme ces vieux qui dĂ©pendent entiĂšrement des autres. Je parle plutĂŽt du bus, du train et du mĂ©tro. En plus, quand c’est moi qui conduit, il y a grande chance que je repasse encore et encore par des endroits que je connais dĂ©jĂ . Je risque par habitude de louper les petites invitations qui se prĂ©sentent en chemin et qui permettent de changer de route et de dĂ©cor.

Quand je me laisse guider par la Vie… grĂące au miroir, les signes, mais surtout par les Ă©vidences et les synchronicitĂ©s qui se prĂ©sentent d’elles-mĂȘmes, je dĂ©couvre des itinĂ©raires, des ouvertures et des possibilitĂ©s infinies. C’est pareil quand j’accompagne. Tout au dĂ©but de mon parcours c’Ă©tait plutĂŽt une technique ou un protocole qui guidait les sessions. Ça devenait rapidement trĂšs rĂ©pĂ©titif et pour ne pas mourir d’ennui j’ai dĂ» changer ma maniĂšre d’oeuvrer encore et encore.

TravellingLa minuscule silhouette se dĂ©plaçant sur le chemin Ă  travers ce magnifique paysage ne se soucie pas du but. Il sait que le voyage est le but, le pĂšlerinage lui-mĂȘme est le lieu sacrĂ©. Chaque Ă©tape sur le chemin est importante en soi. Lorsque cette carte apparaĂźt dans une lecture, elle indique un temps de mouvement et de changement. Il peut s’agir d’un mouvement physique d’un endroit Ă  l’autre, ou d’un mouvement intĂ©rieur d’une maniĂšre d’ĂȘtre Ă  l’autre. Mais quoi qu’il en soit, cette carte promet que la marche sera facile et apportera un sentiment d’aventure et de croissance; il n’est pas nĂ©cessaire de trop lutter ou planifier. La carte de voyage nous rappelle Ă©galement d’accepter et d’embrasser le nouveau, tout comme lorsque nous voyageons dans un autre pays avec une culture et un environnement diffĂ©rents de celui auquel nous sommes habituĂ©s. Cette attitude d’ouverture et d’acceptation invite de nouveaux amis et de nouvelles expĂ©riences dans nos vies.

Ces derniĂšres annĂ©es, c’est de moins en moins Michael qui accompagne. Plus j’arrive Ă  laisser la place Ă  la Vie, plus c’est Elle qui accompagne mon interlocuteur Ă  travers ma petite personne. Je pense que le dĂ©fi est de passer Ă  un niveau supĂ©rieur et suivre encore plus ce que le moment m’offre… et d’utiliser davantage l’Ă©nergie, l’Ă©lan et les ressources de ceux qui viennent vers moi.

Quand je le dis comme ça, ça semble peut-ĂȘtre Ă©vident de laisser une personne libre dans sa maniĂšre de changer. Que nenni ! Si je laisse faire les gens, ils tourneront en rond encore et encore dans leurs habitudes et scenarios. C’est d’ailleurs pour ça que les gens viennent me voir, pour que ça change. Ça me fait penser Ă  un bon judoka qui utilise la force de son adversaire pour le mettre au sol. Certes, l’accompagnĂ© n’est pas mon adversaire, c’est tout le contraire mĂȘme. Mais il s’agit malgrĂ© tout de le mettre sans effort face Ă  ses croyances, attitudes, expressions et comportements limitants qui maintiennent sa vie en place comme un Ă©tau.

Donc pas de projets, pas d’objectifs, pas de but, pas de finalitĂ© ! Pas des petits ni des grands… pas pour moi, ni pour ceux que j’accompagne, ni pour mes Amis. Juste suivre le mouvement existant et me laisser entrainer innocemment dans le projet que la Vie a pour moi… en rĂ©pondant avec discernement PRESENT et OUI au quotidien… si toutefois mon miroir me confirme que c’est bien la bonne direction Ă  prendre. La carte du jour que je viens de tirer semble valider mes dires… A suivre… Belle journĂ©e Ă  tous !

∞💜∞




union-jack-1027898

I often talk to my diary during the day. It only needs a small incident that I can put it in its right place in my story … and poof, there is a new subject that has been born. I’m not sure I would talk to myself as much if my journal had been on paper and you wouldn’t exist. In reality, I am constantly looking what I can share with you and in what way.

Today’s title of the day has been at least for a week at the top of the little list where I add  topics that seem important to me and that I do not want to forget. This one came back to my attention during an appointment yesterday. It was my first live meeting here in Israel … and as always it happened in a very informal way, around a hot drink, on a terrace outside the mall of Modi’in.

One of the things the friend I was with said to me immediately struck me because she pointed directly and very precisely towards this subject in my notebook. Always everything is connected to me. Sometimes it just takes a little effort to find out how events relate to each other. This time, however, it was as big as a house, because my interlocutor was simply repeating word for word what I said to myself in my mind while crossing the Shouk HaCarmel in Tel Aviv one morning on the way to the hotel, where I just had to collect an envelope.

IMG_6256

I remember my reflection well. It was a huge evidence at the moment. It was a question of not foreseeing anything any more and of no longer making plans at all. So that means to no longer anticipate, to no longer make an effort, to no longer put pressure on myself anywhere … but just to step back, to relax, to experience things as they come, to follow what is coming towards me and leave the reins in the hands of the Great Life Itself.

I have had this proposition of Life already several times in the past. It seems to me that I even wrote articles about it in my journal. This time, it looks like the time has come to definitely leave my driver’s seat and really settle in the comfort of the one who lets himself be driven … It’s funny, because even if I really like driving, I no longer want to have a car. I much more prefer public transportation, which I find much more lively.

I know my job well. In the world of spirituality and accompaniment, I am truly at home. I needed so much to heal and repair things in me, that there is not one area where I am not comfortable as a coach. I have also been invited several times to just « be there » with those who come to see me. It seems enough for those who asks me. I realize that I am only able to do this when I am in a group, but not yet when I am in my role of a coach with just one person.

Today’s proposal seems to be an intermediate step. I still have a long way to go before I am completely able to let myself be swayed by the Living within me. However, I love being driven very much. Certainly, when sometimes someone comes to pick me up in the car, I can feel a bit like these old people who depend entirely on others. I’m talking more about the bus, the train and the subway. On top of that, when it is me who drives, there is a good chance that I pass again and again by places I already know. I risk out of habit to miss the little invitations that come along and that allow you to change the route and the scenery.

When I let myself be guided by Life … thanks to the mirror, the signs, but above all by what is obvious and the synchronicities which present themselves, I discover endless routes, openings and possibilities. It’s the same when I accompany. At the very beginning of my expĂ©rience as a coach, it was rather a technique or a protocol that guided the sessions. It quickly became very repetitive and in order not to die of boredom I had to change my way of working again and again.

TravellingThe tiny figure moving on the path through this beautiful landscape is not concerned about the goal. He or she knows that the journey is the goal, the pilgrimage itself is the sacred place. Each step on the path is important in itself. When this card appears in a reading, it indicates a time of movement and change. It may be a physical movement from one place to the next, or an inner movement from one way of being to another. But whatever the case, this card promises that the going will be easy and will bring a sense of adventure and growth; there is no need to struggle or plan too much. The Traveling card also reminds us to accept and embrace the new, just as when we travel to another country with a different culture and environment than the one we are accustomed to. This attitude of openness and acceptance invites new friends and experiences into our lives.

In recent years, Michael has been accompanying less and less. The more I manage to give space to Life, the more It is She who accompanies my interlocutor through my little person. I think the challenge is to take it to the next level and follow even more what is there on the moment … and use more of the energy, momentum and resources of those who come to me.

When I say it like that, it may seem obvious to leave a person free in their way of changing. No! If I let people do it, they will go around again and again in their habits and scenarios. This is also why people come to see me, so that it changes. It reminds me of a good judoka who uses the strength of his opponent to put him on the ground. Well, the accompanied is not my adversary, it is quite the opposite. But it’s all about facing him effortlessly with his limiting beliefs, attitudes, expressions and behaviors that hold his life in place like a clamping vice.

So no projects, no goals, no goal, no purpose! Not short or long … not for me, nor for those I accompany, nor for my Friends. Just follow the existing movement and let me be lead innocently into the project that Life has for me … by responding with discernment PRESENT and YES on a daily basis … if however my mirror confirms to me that this is the right direction to take . The card of the day I have just drawn seems to validate my statements … To be continued … Nice day to all of you!

∞💜∞

4 réponses

  1. florence arnaud

    Bonjour Michael,

    Me voici depuis quelques jours, happĂ©e par la vie, qui me bouscule, me ballotte d’endroits Ă  Ă©vĂ©nements , je suis quoique un peu perturbĂ©e mais aussi excitĂ©e comme une enfant et lĂ  je lis ces mots de ton Ă©crit :

     » Ça veut dire donc de ne plus anticiper, de ne plus faire un effort, de ne plus me mettre de pression oĂč que ce soit
 mais juste de me mettre en arriĂšre, de me dĂ©tendre, de vivre les choses du moment, de suivre ce qui vient vers moi et de laisser les rĂȘnes entre les mains de la Grande Vie Elle-MĂȘme.  »

    et lĂ  tout devient comme magique, si je comprends bien tes Ă©crits et les Ă©vĂ©nements qui se passent autour de moi je n’ai plus les rĂȘnes et il faut que je fasse confiance en la vie sans peurs aucunes … Ouille ouille

    Je vais y rĂ©flĂ©chir, plus amplement et je suis Ă  l’Ă©coute de tes paroles qui peuvent me guider NamastĂ©

    Aimé par 1 personne

  2. Carron

    Ne pas avoir de projets voilĂ  un projet que tu Ă©voques depuis assez longtemps.
    Ce projet vient-il de la vie ? Ou est-il un projet comme les autres ? đŸ€”

    Le projet qu’a la vie pour nous ne demanderait-t’il pas un volant de rĂ©solutions, d’efforts, d’engagement et de constance, pour permettre d’ Ă©tablir dans la matiĂšre les conditions de l’Ă©closion de l’oeuf que chacun peut couver en lui ?
    Coluche ou Florent Pagny qui ont galĂ©rĂ©s avant d’etre re-connus, sont il me semblent des exemples de perseverance et de foi sur le chemin qui les a menĂ©s a offrir leurs crĂ©ations au monde. Ils ont fait de bons choix, sans doute inspirĂ©s par la vie 😉

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s