Ecouter au lieu de prier

Modi’in, Israël 🇮🇱

A 6 heures j’étais déjà dans le bus ce matin. J’avais pris juste une demie-heure de marge pour être à 7 heures 30 à mon poste. On est vendredi et tout se prépare pour le shabbat. A partir de 14 heures tout commence progressivement à fermer. Le bus 130 ne roule carrément pas. Alors, j’ai pris un autre bus et au lieu d’en prendre un deuxième pour la fin du trajet, je me suis tranquillement promené jusqu’au bord de mer. Pour le retour, il s’agissait de partir à temps, avant que les bus cessent de circuler. En partant à 14 heures de l’hôtel j’ai pu prendre mes transports sans difficulté. Bien évidemment, là aussi j’ai pris une marge. Je n’avais pas envie de me trouver coincé à Tel Aviv pour mon jour de congé.

Hier, une Amie lectrice m’a posé une question à la suite de mon article. J’avais envie de la développer un peu et de la mettre en même temps dans le contexte de ma propre histoire. Car rien ne se passe au hasard, n’est-ce pas ? En plus, je pense que c’est vraiment d’actualité. Je pense par exemple à l’Australie, à des guerres en cours, la famine dans le monde, les conflits entre les gens… ou tout simplement à toute personne dont la vie n’est pas vraiment agréable.

Elle : “Ton billet d’aujourd’hui m’inspire une question : les « inconforts », même légers, dont tu parles, ne sont-ils pas inhérents à notre nature d’êtres humains ?”

the-western-wall-4598836_1920

Sur quoi j’ai répondu (à peu près) : “De ma fenêtre, il s’agit d’une énorme intox induite par les religions modernes. En éradiquant notre lien réel avec LA source, il fallait bien expliquer le pourquoi des malaises et maladies qui apparaissaient pour en réalité nous indiquer l’erreur de voie et de direction ! Alors, vivre avec l’inconfort et le malheur est devenu plus ou moins normal… Nous apprenons même qu’il faut souffrir pour avancer… Que la vie EST dure…

Certes, ce qui se passe EST déjà la volonté du divin, ou de la Divinité, et sert à nous pousser à changer de chemin. Prier en cas de malheur est donc pour moi une aberration complète… car il s’agit d’apprendre à mieux écouter la Vie au lieu de vouloir qu’elle cesse de nous guider.

Pour moi, notre état naturel est BONHEUR, SANTE et PROSPERITE. Toute autre chose est pathologique. Nous avons besoin d’apprendre à écouter la vie, au lieu de vouloir qu’elle se plie à notre volonté. La beauté de notre expérience est que Dieu, ou Déesse, parle à TOUT le monde. Ce qui est triste est que presque personne n’écoute !

Toutefois, en voulant sortir de la voie erronée et donc de notre vie confortable, mais pathologique, nous allons devoir affronter les limites conditionnées instaurées par les religions modernes et les gouvernements… et induits par nos parents et enseignants…

Affronter ces limites donne aussi des inconforts… mais des inconforts sains… Et très temporaires selon mon expérience. L’importance à mon avis est surtout de ne pas confondre les deux ! »

1c357e9c-99c2-456c-8516-739d64b348c7-1

Elle : « Oui, notre état naturel est santé et prospérité ! Et alors la tristesse par exemple à l’occasion d’un deuil ? Juste un inconfort temporaire ? Une émotion qui comme son nom l’indique (émotion = ce qui bouge vers l’extérieur) est juste un mouvement de l’intérieur vers l’extérieur, comme un nettoyage ? »

Moi : « La tristesse, de mon point de vue, comme chaque émotion, est un baromètre qui indique où j’en suis dans mes blessures, donc dans ma dualité… En occurence, la tristesse à l’occasion d’un deuil ravive la blessure d’abandon, qui existe uniquement parce que pour notre ego, ce que nous voyons est la réalité…

Plus grande la blessure, plus grande notre émotion et plus grand notre ancrage dans ce monde illusoire… Un être réalisé n’est pas insensible, juste conscient que rien ne se crée, rien ne se perd et que tout se transforme…

Une émotion est de l’énergie mise en mouvement (movère), mais pour moi pas du tout un nettoyage, mais la confirmation que la blessure est belle et bien réelle, elle ! Dans mes vidéos, j’en parle (La Gestion Emotionnelle)… car l’émotion n’est QUE un baromètre… rien d’autre… En l’exprimant nous entretenons donc nos blessures !!! Tout le contraire de ce que beaucoup de thérapeutes proposent… »

via-dolorosa-706563_1920

Ma vie est magique… vraiment ! Je suis ébahi de voir la pirouette qu’elle a fait pour me faire atterrir ici en Israël. Il y a encore quelques mois, j’étais tranquillement dans mon camion, complètement libre, à la marge de la société, en train de sillonner la France en suivant les signes. Et là, plouf… je me trouve complètement intégré et immergé dans un monde où tout tourne autour de la performance… mais, où je suis chez moi.  

Pourtant la Vie me parle fortement en ce moment. Je pense savoir ce qu’elle me dit et j’avais envie de le partager avec vous afin de le conscientiser entièrement. Ma jambe ne me faisait plus mal, ou presque. Je ne pense pas que ce soit quelque chose d’important physiquement. Mais, c’est assez pour que je me mette au garde à vous et que je déploie mes antennes un peu plus.

Politics

Parfois, je ne sens rien du tout pendant un temps prolongé. Puis, soudainement, une douleur lancinante dans le haut de ma jambe droite me fait presque tomber. Du coup, je boite parfois un peu et je perds un peu de ma souplesse. Je boite donc ! Je ne suis pas souple alors ! Je me rigidifie et je me fais mal ! Et bien évidemment que ça me parle… 

Par habitude, je cherche à faire mon travail BIEN ! La carte que j’ai tirée déjà à plusieurs reprises, Politics, m’invite à être VRAI. Elle et ma jambe me disent de me tenir droit et de ne pas chercher à plaire ou à obtenir quelque chose par une forme de manipulation inconsciente. 

alchimiste

Je suis à ma place, c’est clair. La Vie-même m’y a mis. Je pense qu’il s’agit d’oser être profondément le MICHAEL que je suis devenu grâce à mon épopée fantastique. Sans faire des concessions. Il s’agit d’écouter la VIE et non pas les hommes. Il faut pas que je devienne un espèce de pantin dans un uniforme qui fait des courbettes. Ce n’est pas nécessairement facile, puisque j’ai accepté de jouer mon rôle de Doorman de plein gré.

Je pense qu’il y de la place pour le vrai MICHAEL, puisque le rôle que je suis censé jouer devant l’entrée est en train de se créer de nulle part, et ma partition doit encore être écrite. En plus, même si dans l’hôtel ils pensent avoir embauché un soixantenaire inoffensif, je pense que la Vie sait très bien ce qu’elle a fait. Ma jambe me tient en alerte et sera désormais mon baro-maître indiquant si j’ai bien compris et si j’ai bien osé. L’enjeu, bien évidemment, serait de perdre tout ce que je viens d’acquérir !

∞💜∞

3 réponses

  1. Alain

    J’ai attrapé un méga torticolis.
    ça a commencé hier soir, et aujourd’hui, j’ai eu toute la journée le cou très douloureux et bloqué.
    Là ça va nettement mieux mais ça reste encore assez douloureux.
    Qu’est-ce que cela peut-il bien signifier ?

    Et puisque tu évoques nos religions, voici un extrait d’un texte de Jung :

    « Ce qui m’intéresse avant tout dans mon travail n’est pas de traiter les névroses mais de me rapprocher du numineux… l’accès au numineux est la seule véritable thérapie. »

    Il est clair pour moi que les religions ne donnent plus accès au divin (le numineux).
    Elles ont perdu le lien.
    Et c’est de mon point de vue pour cela qu’il n’y a plus de guérisons telles que celles rapportées dans les Evangiles.
    La guérison ne peut venir, à mon sens, que d’une reconnexion sensible, factuelle (et non imaginaire), au monde des dieux.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s