Me voilà Parigot !

Le Chesnay-Rocquencourt (78), France 🇫🇷 

Je n’ai pas l’intention d’arrêter d’écrire. Toute mon attention était simplement absorbée par ma nouvelle compagne et mon déménagement à Paris. Depuis mon dernier article, je suis d’abord retourné à Baffrancou où je suis resté un peu plus d’une semaine pour faire le deuil du lieu, du projet commun et de mon passé de manière globale. Ce n’était ni facile ni léger. J’aime mes amis Olivier et Laële et après 8 mois passés ensemble ça n’a pas été facile de les quitter. Alors, comme V m’avait offert un cierge de neuvaine, avec l’inscription « Portail », je l’ai utilisé pour m’accompagner dans ce processus de départ et de passage. Je l’ai posé sur une table quelque part dans le salon et je pense qu’il a dû s’éteindre hier ou avant-hier.🕯️

Au revoir Carcassonne !!!

Faire le deuil du lieu n’était pas vraiment difficile, ni celui de mon projet initial… même si cela correspond à un rêve que je chéris depuis plus de 30 ans.. J’avais juste un choix à faire. Un choix fondé sur mon envie, puisque le miroir a insisté ces derniers temps sur la question « que veux-tu Michael ». Mon désir a été clair depuis le début. Entre La Grande Famille ou la petite, c’est-à-dire juste avec une compagne, j’ai choisi la seconde. Tout lâcher n’était quelque part que la démonstration extérieure qui validait mon choix. Le plus difficile était que je ne me sentais déjà plus à ma place à Baffrancou et que j’avais hâte de commencer à partager ma vie avec ma nouvelle compagne. L’attente a donc été longue… très longue… 😅

Au revoir Baffrancou !!!

D’ailleurs, dès que je suis redescendu à Baffrancou j’ai tout de suite commencé à préparer mes 3 sacs… mon grand sac à dos de 90 litres, mon nouveau sac EasyPack de 120 litres et mon petit sac que j’utilise au quotidien. Quand je suis allé me coucher, j’étais déjà presque prêt à partir. Le reste du temps de mon séjour m’a servi à revoir mon rangement afin que je puisse emporter le plus possible et de la manière la plus confortable. En partant, j’ai laissé mon enceinte Ibiza, mon ventilateur, la crêpière, le jeu trivial poursuite, un petit chauffage d’appoint et quelques autres bricoles. Mon voyage en train a été épique. Mes sacs étaient lourds et encombrants. La première partie du voyage s’est bien déroulée, mais dans le second train je n’ai pas pu monter dans le wagon, faute de place pour mes bagages. 🎒🎒🎒

Bienvenu à la maison !!!

Alors, je me suis assis dans le couloir au niveau inférieur du train. Je m’attendais d’emblée à ce que le contrôleur allait me gronder… et ça n’a pas tardé. Deux contrôleuses assoiffées de sang ont commencé directement, avec le sourire commercial de la SNCF, à me harceler parce que je n’avais pas le droit de m’installer là. Je devais les comprendre, mais pas moyen de me faire entendre à mon tour. Elles voulaient que je mette mes bagages à l’arrière du wagon où se trouvait ma place. Mais, mon gros sac était plus large que le couloir et je ne me voyais pas passer sans gêner tout le monde et être l’acteur d’un spectacle plutôt humiliant. Heureusement que l’une des deux contrôleuses avait vu qu’à l’étage il y avait encore beaucoup de place pour les bagages. Alors, j’ai tout remonté et j’ai terminé mon voyage confortablement dans mon siège assigné. 🚂

Bienvenu à Paris !!!

La pression ne s’est relâchée que lorsque je suis monté dans la fiat 500 de ma nouvelle compagne, qui m’attendait aussi avec impatience. Une fois dans l’appartement, j’ai seulement posé mes sacs de mon côté du lit. Je n’avais plus l’énergie de ranger mes affaires ou de faire quoi que ce soit. En plus, il était déjà 23h ! J’ai aimé l’accueil que j’ai reçu. Mon nom était déjà sur la boîte aux lettres, mes clés m’attendaient, V avait libéré de l’espace dans la salle de bain et les placards… et un vase avec deux magnifiques roses rouges était posée là où j’allais dormir. Après avoir longuement parlé, nous nous sommes endormis tendrement dans les bras l’un de l’autre. C’est surtout dans mon ventre que j’ai ressenti l’apaisement que j’avais déjà ressenti au contact de V. 🫂

Notre premier achat en commun… Une enceinte Marshall… Le top !!!

Depuis mon arrivée, le tissage à deux a bel et bien commencé. Nous jouons en douceur au jeu du territoire, pratiquons le thé-partage pour communiquer de manière vulnérable et explorons en douceur nos corps physiques et énergétiques. Pour le moment, nous vivons encore les noces de notre toute nouvelle relation et tout se passe plutôt harmonieusement. Je mets mon attention pour le moment principalement sur le ralentissement et la simplicité. Ce n’est pas si simple après tant de temps passé uniquement avec moi-même. Mon défi est de ne pas perdre ce que j’ai appris et en particulier ma capacité à m’éclairer de l’intérieur. Passant à nouveau de JE à NOUS, je passe à un nouveau tome de ma saga. Tout semble indiquer que ce sera prometteur !!! 🏮

Je vous souhaite une merveilleuse journée, soirée ou nuit… où que vous soyez… ∞❤️∞ 

2 commentaires sur « Me voilà Parigot ! »

  1. Merci de ton écrit. J’ai pensé à toi ce matin en faisant la liste des « chevaliers » dans ma vie. J’ai mis ta photo parmi les personnes qui ont réussi. Maintenant, il te reste encore des devoirs propres à ta condition pour respecter qui tu es dans ton essence. Profitez bien tous les deux. Bravo pour les petites attentions initiales.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s