Je demande de l’aide

Anglet (64), France 🇫🇷 

Le lieu que j’avais programmé sur Park4Night s’est avéré parfait ! Par habitude j’ai zigzagué quand même, pour voir ce que les petits chemins qui aboutissaient au niveau de la plage cachaient. Des barrières ou des réglementations m’empêchaient systématiquement de m’approcher de la mer en voiture. C’est en arrivant dans les environs de Bayonne et de Biarritz que ça devenait un peu plus accueillant. 

C’est logique, le coin est beaucoup visité par des surfeurs et ils sont nombreux à venir en fourgon avec leurs planches. Je pense que cette tradition a eu le dessus, sur cette fâcheuse habitude de commercialiser chaque parcelle qui s’approche de la mer. J’ai trouvé un spot quasiment parfait sur un petit parking d’où j’ai une vue sur les vagues de la “Plage de la Petite Chambre d’Amour”. Charmant comme nom, non ?

S’il y a autant de surfeurs ici, c’est parce que les vagues sont presque tout le temps hautes. C’est à mon avantage, car le bruit de la mer masque ainsi bien celui des voitures qui passent. La nuit a été tranquille malgré tout ça, mais dès 7 heures 30 la circulation à commencé. Il y a la plage, des bars et une promenade sympa… tout pour attirer les touristes de toutes sortes. Du coup, il y a des toilettes juste en face et des douches à 50 mètres… le paradis. 

IMG_5160

Je n’ai pas l’habitude de demander de l’aide. Pourtant, j’ai passé la plus grande partie de ma vie à aider les autres. J’ai parfois l’impression que c’est normal que les gens partent dès que je n’ai plus rien à offrir. Souvent c’est moi qui reste du coup avec des affaires non réglées et je peux me sentir parfois très blessé. En tant qu’accompagnant je savais que cela faisait partie du processus, c’était okay pour moi et j’y étais préparé. Mais dans ma vie privée ça s’est passé souvent comme ça aussi… et c’est moins facile d’accuser le choc parfois. 

Comme je me sens vite de trop, je ne demande presque jamais de l’aide. Pour la piste “Israël” j’ai fait exceptionnellement appel à 2 ou 3 amis. Sinon, je préfère me débrouiller avec ce qu’il y a… quitte à m’enfoncer dans les méandres de mes ombres ou dans des situations très précaires de survie. Je vois bien que la plupart du temps les gens pensent surtout à eux-mêmes et n’ont pas grand chose à faire de ce qui peut arriver à leurs proches. Rares sont les exceptions… très rares sont ceux qui pensent “nous” au lieu de “moimoimoi”…  

A l’époque où j’ai été cuisinier, j’ai appris que je pouvais faire appel au monde invisible pour avoir de l’aide, en l’occurence à ma mère décédée. Mais il y avaient également une quinzaine d’âmes qui me tournaient autour en permanence, des guides, des anges gardiens… et ainsi tout un monde qui semblait très intéressé dans mon processus de réparation. Il semble même qu’ils en profitaient autant que moi. Au départ, pour tester j’ai fait appel à ma mère à plusieurs reprises. Le résultat a été bluffant. 

Pourtant, je n’ai pas continué à le faire pendant longtemps. Quelque chose en moi est certainement convaincu que je dois faire mon chemin seul. J’ai peut-être tort, mais avec le temps j’ai simplement oublié que je pouvais demander de l’aide de cette manière. Peut-être parce que j’ai réussi à vivre tout mon processus de guérison avec les outils que j’avais déjà. Certes, j’ai eu aussi un thérapeute pour m’accompagner pendant plus de 25 ans. 

Aujourd’hui, c’est different. Ce que je vis et ce qui semble m’attendre, me dépasse complètement. Michael, la personne, ne peut pas faire le reste de son chemin tout seul. Je sens que ma mission, mon rêve et mon plein potentiel ne peuvent pas être atteints par la force de la volonté de mon ego. L’aide qui m’est parfois proposée par des amis humains se trouve souvent limitée par leur ego à eux, et ne peut souvent pas m’emmener plus loin non plus. 

Alors, depuis quelques nuits je demande au monde invisible de m’aider. Au fond, je suis conscient que ma demande s’adresse en réalité à la Vie-même, à mon Soi, à l’Energie que nous formons tous ensemble. Pour moi, les anges, guides et toute autre nomination de ce genre, font partie de l’invention humaine, liée à son besoin de personnifier ce qui ne peut pas l’être. 

Quand je suis éveillé j’écoute la Vie déjà aussi attentivement que je le peux. J’observe sans cesse le miroir et les signes. Au moment de m’endormir je demande de l’aide. Je demande à comprendre, à voir et savoir où aller… mais je demande surtout à mieux entendre ce que la Vie me dit déjà tout le temps et que je ne suis pas encore capable de percevoir. Ensuite, je m’endors dans une attitude certainement plus méditative et réceptive, puisque je me souviens plus souvent de mes rêves et j’ai par moment des pensées nocturnes très révélatrices. 

∞💜∞

2 réponses

  1. Alain

    « Pour moi, les anges, guides et toute autre nomination de ce genre, font partie de l’invention humaine »
    Le gros de la spiritualité relève en effet de l’invention humaine à des fins de manipulation des masses.
    Il y a donc de nombreuses strates, de nombreux filets desquels s’échapper avant d’accéder à une certaine réalité spirituelle.
    Depuis quelques mois, chacun de mes voyages intérieurs débute par la manifestation de ma « personnalité zoomorphe », mon âme animale, qui m’accompagne durant toute la transe, durant mes rencontres et visions d’autres formes de vie.
    Et je découvre de nouvelles choses dont j’ignorais totalement l’existence à chaque nouveau voyage qui est toujours la suite du précédent.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s