Que ça cesse

Wijk aan Zee, Pays-Bas 🇳🇱

Ces derniers temps les sujets pour mes articles ne viennent plus aussi facilement qu’avant. Certes, il y toujours pleins de choses interpellantes qui se passent dans une journée mais je ne les note plus et je les oublie. Alors, quand je sens l’élan de prendre mon ordinateur le matin, je constate que rien ne vient. 🤒

Je suis toujours dans un mouvement vers de plus en plus de calme et de silence. Ce processus semble avoir besoin de plus temps que je le pensais. Les premiers signes dans le miroir m’invitant au calme datent déjà d’une dizaine d’années et j’ai bien réussi le défi je pense… ceux qui m’invitaient au silence commençaient en Inde il y a seulement un an environ. 😷

Alors, depuis quelque temps, quand ma toilette est faite, je m’assoie sur mon lit, adossé contre le mur et je ferme mes yeux pour passer du temps avec moi, aussi proche de mon soi que possible. Pas de musique, juste le son de ma respiration, les sensations de mon corps, le bien-être qui m’habite… et les sons de la circulation, des voisins, de l’eau, des portes et des avions pour animer mon espace intérieur. 😌

91f0c9ee-61d7-4240-ab4d-77494e330b23

Un moment de détente avant que mes 3 anciens camarades de classe
partent pour un grand tour en vélo

C’est quand je suis assis comme ça que je perçois si je suis vraiment calme. Quand rien ne vient, je reste tranquillement avec mes sensations et je finis dans la plupart des cas allongé en train de voyager dans un état quelque part entre réveil et sommeil. Si, par contre, quelque chose a besoin de mon attention, c’est à ce moment là que mon cerveau se met en route. Généralement ça se manifeste comme un monologue avec vous. Alors, j’ouvre mes yeux, prends mon ordi et je continue à vous parler par écrit, comme en ce moment ! ☺️

Ce matin mes pensées se sont dirigées vers mon cousin que j’ai vu déjà plusieurs fois depuis que je suis dans cette ville en front de mer. Il a apporté des photos à plusieurs reprises déjà. Nous les utilisons comme support pour parler de nous et de nos parents, cherchant à mieux comprendre ce qui s’est vraiment passé au-delà des mensonges, des manipulations, des secrets et des non-dits qui caractérisaient notre passé familial. Et nous avons trouvé quelque indications très intéressantes et très révélatrices. 😏

Hier, je me suis entendu lui dire que même si une partie de moi est contente que mon père soit de retour, la majeure partie de mon être veut juste que ça cesse. Okay, son retour me montre qu’une boucle est bouclée… mais en fait, le reste ne m’intéresse plus vraiment. Je n’ai plus de colère, je ne suis plus triste, je n’ai plus d’attente… Je n’ai plus besoin de lui. Mon travail intérieur est fait. Je le vois, je le sens… 👨‍👦

IMG_1661-001.jpg

Une des photos que j’ai aimée découvrir.
De gauche à droite : ma grand-mère, ma tante, mon père et mon grand-père

C’est tellement évident. Je suis devenu mon propre père et la vie elle-même remplace mes parents. Je temps du petit garçon en moi est révolu. Ce qui m’a manqué est perdu pour toujours. Le petit garçon en moi n’aura jamais son papa… et il est en paix avec ça. L’homme mature et puissant que je suis devenu ne le cherche plus. Il veut juste passer à autre chose…🕺

Les réponses de mon père sont pour l’instant du même ordre que toujours… et ça aussi c’est ok pour moi. C’est juste le même jeu que toujours… mais qui n’a plus d’effet sur moi. Ses mots ne me touchent plus… Je sais qu’il ne changera jamais. Okay, dans l’absolu tout est possible, je le sais. Mais c’est ok pour moi qu’il reste comme il est… Mon deuil sur une relation normale est fait depuis très longtemps déjà. 😍

Le jeu qu’il joue avec moi est juste devenu inutile, hors contexte, dépassé… Cette recherche de me capter, de me tenir en laisse et de me fidéliser à duré toute ma vie déjà. C’est même devenu attendrissant quelque part. Je ne peux que répondre à ses élans et espérer qu’il retrouve la paix d’esprit aussi, avant qu’il rende son âme et rentre à la maison. Pour le reste je ne peux rien faire. En tout cas, la situation actuelle ne me montre pas d’autres pistes. 😅

Ce qui m’étonne le plus, quand parfois je le découvre sur une photo, c’est qu’il ne dégage aujourd’hui plus rien de ce jeune homme rigolo, léger, rayonnant qu’il semble avoir été. Si je devais retirer une leçon de toute cette histoire, je dirais que ça se trouve à cet endroit. Faire attention, encore et encore, de rester vivant, jeune et ouvert. En écrivant ça, je pense au message du jour d’Osho que je viens de lire :       

“Restez émerveillé si vous voulez que les mystères s’ouvrent à vous. Les mystères ne s’ouvrent jamais à ceux qui continuent de se questionner. Les questionneurs finissent tôt ou tard dans une bibliothèque. Les questionneurs, tôt ou tard se retrouvent avec les Écritures, parce que les Écritures sont pleines de réponses. Et les réponses sont dangereuses, elles tuent votre émerveillement.”

Quand j’ai enfin accepté d’être comme mon père, il y a une trentaine d’années je pense, j’ai commencé à vivre les mêmes expériences que lui et à avoir les mêmes pathologies. J’ai tout traversé… tout est parti… et si quelque chose demandait encore de l’attention aujourd’hui ce serait ça… De rester aussi jeune et espiègle que possible et de devenir encore plus ouvert, curieux, enseignable et émerveillé que je suis en ce moment… et de donner toute la place aux autres, car je n’en ai plus vraiment besoin. ❤️ 

Il fait beau dehors. Nous rentrons à Amsterdam demain… alors une journée de plage s’impose. Je vous souhaite une délicieuse journée. 💖 

4 réponses

  1. Catherine

    Aujourd’hui ton article fait résonance totale avec mon ressenti, mon calme et ma satisfaction également d’etre sortie des jeux de pouvoirs…familiaux ou autres. Ce matin même en ramassant les fleurs mortes de mon jardin….je me demandais ce qu’il resterait de tout ça de cette vie, de toutes ses impressions et pensées qui m’ont traversées depuis des années…..très peu…l’essentiel aussi.
    un parfum, la douceur de vivre, des images fugaces d’événements. J’ai écris un poème il y a quelques années qui s’intitulait « si je mourrais demain » ou j’avais essayé de restituer ce ressenti à mi-cemin entre la paix que cela procure et l’angoisse de ce qu’il reste si peu d’une vie. Je crois que les désirs, les buts que l’on se fixe ne sont rien à coté du ressenti de vivre et j’ai l’impression très forte qu’il n’y a plus que cela qui compte : Gouter sa vie sans se soucier de hier ni de demain…laisser venir et dire comme Françoise Hardy dont j’ai entendu une des dernières chansons hier …tout ira bien..
    Amitiés

    Aimé par 1 personne

  2. Catherine

    MOMENTS

    Que me resterait-il si je mourrais demain ?
    Mon esprit s’interroge et mon cœur cherche en vain,
    Serait-ce les amours perdus et adorés
    Ou mes enfants chéris tendrement élevés.

    Je vous ai tous aimé du mieux que je pouvais,
    Je n’ai jamais trahi, ni menti à vous tous,
    J’ai voulu authentiques mes sentiments vers vous,
    Mais vous ai-je entendu comme je le voulais !

    Les quelques souvenirs que je garde en mon cœur
    Ce sont une lumière, un parfum, la douceur,
    Enfin, si peu de choses au regard d’une vie.
    Instants de pur bonheur, déchirant comme un cri.

    Je voudrais chaque instant vivant dans ma mémoire,
    Toucher chaque minute et l’embrasser vraiment,
    Pour que, telle une chatte ronronnant dans le soir,
    Elle se couche ici, rassurée, doucement.

    (extrait recueil « De la Croix à la Rose » éditions Beaudelaire)

    Au plaisir de partager….

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s