Oser décevoir

Allonnes (72), France 🇫🇷 

Hier quand j’ai choisi d’aller voir le film « Le jour de mon retour », j’étais surtout séduit par les deux acteurs principaux. D’abord il y avait Colin Firth qui me touche par une espèce de impeccabilité et discrétion « typical British accompagnées de quelque chose de fragile et de féminin. ☺️

Mmmmmm… puis il y a Rachel Weisz qui n’est à mes yeux pas seulement une femme magnifiquement belle mais aussi une excellente actrice. Les deux ont fait plusieurs films marquants. J’ai beaucoup aimé Rachel entre autres dans « Le procès du siècle » et Colin dans « Kingsman » 👑

Il est rare que je sois déçu d’un film. Pourtant hier, malgré mon contentement de voir ces acteurs que j’affectionne et une histoire intéressante, je trouvais que le scénario manquait de profondeur et que le sujet n’était pas assez exploité. 🤨

C’est le récit d’une histoire vraie et pendant la séance je suis allé sur internet pour voir à quoi ressemblaient les vrais Donald et Clare Crowhurst dont parle le film. Je n’aurais pas dû le faire car par la suite, je trouvais le film trop romancé et les acteurs trop beaux pour une histoire aussi triste qui parle de personnes qui ont dû être très « basiques » et simples. 😏   

Il n’est pas question de vous gâcher le film et de raconter l’histoire… bien évidemment. Mais malgré une certaine déception, ce film m’a travaillé. Au fur et à mesure que je repensais par la suite à ce Donald Crowhurst, je trouvais des ressemblances entre lui et moi et je me disais que cela aurait très bien pu être mon histoire à moi. Pire encore, il se pourrait même que cela corresponde réellement à ce que je suis en train de vivre actuellement… carrément. 😅

Il y longtemps, je me suis lancé dans une aventure semblable à celle de ce Donald Crowhurst. Si je devais donner une date significative qui marquerait son début, je dirais que c’était en quittant l’armée en 1984. Il est fort probable qu’une partie inconsciente de ma motivation était de prouver quelque chose et de me faire remarquer. Peut-être que je cherchais le regard de mon père, l’admiration des femmes, à exister aux yeux de quelqu’un ou juste un peu d’amour de mon entourage en faisant quelque chose d’exceptionnel… 🤔

Si je suis complètement honnête, simple et transparent, je sens bien qu’il s’agit certainement de ça aussi, malgré la sincérité de mon cheminement spirituel qui quelque part masquait ces besoins profonds par une sorte de « fuite en avant ». Je sens bien la pression que je peux me mettre et l’exigence que j’ai envers moi-même pour tracer ma route… pendant qu’au fond j’aspire depuis toujours à une vie tellement plus simple… 😏

J’aspire peut-être tout simplement à quelque chose que je n’ai jamais vraiment connu ou que j’ai perdu trop jeune… La chaleur d’un foyer, d’une vie de famille… avec une compagne avec qui je construis une histoire commune, des enfants, des repas partagés, des barbecues entre amis, des films que l’on regarde ensemble dans les bras les uns des autres, des sorties et des fous rires complices, des vacances où l’on crée des souvenirs à partager plus tard… ☺️

Je suis allé loin sur ce chemin de développement personnel… et je trouve ma quête belle et noble… et le résultat est bel et bien là… il se voit, je le vois ! J’ai réussi à traverser les histoires de mes parents et je me suis libéré du fardeau collant et lourd de nos passés multiples pour pouvoir écrire une autre histoire, entièrement vierge, la mienne… 😌

Alors, est-ce que je continue sur mon élan ? Est-ce que je continue à pousser comme un bateau briseur de glace polaire, comme j’ai eu besoin de le faire pendant plus de 45 ans pour sortir des souffrances inscrites dans mes cellules… Ou est-ce que j’ai l’audace maintenant de tout arrêter, peu importe « l’opinion publique », de chlore mon épopée fantastique et de rentrer au bercail pour tenter de vivre ce à quoi aspire l’homme simple que je suis, pour le temps qui me reste ??? 😍

Mmmmmm… c’était ça pour moi, le message du film : rester simplement fidèle à moi, me détacher des objectifs ou des buts que je me suis donnés un jour dans le temps et qui ne sont peut-être plus d’actualité… Oser ensuite décevoir ceux qui comptent quelque part peut-être encore sur moi… Puis affronter leur regard, leur incompréhension ou jugement… étant fier de mon audace d’être intègre, simple et fidèle à mes valeurs profondes… à mes racines. Mmmmmm… à suivre… 🌲

Je vous souhaite une belle journée… ❤️💛💚💙💜🖤 

7 réponses

  1. Catherine

    Oser décevoir….peut-être que la première personne qu’il est difficile de recevoir c’est …moi !
    Le « moi » qui avait décidé de sa vie, de ses pseudos attentes, de ce qu’il était logique de faire en fonction de son passé, de ses compétences..cela raisonne en moi car en raison de mon passé familial et personnel …il y avait beaucoup d’attentes en moi et autour de moi. Aujourd’hui j’ai 59 ans (depuis ce matin!!)….et je crois avoir très récemment brisé cette chaine qui me serrait la gorge…plus de passé, plus d’attentes…juste la vie qui s’écoule à chaque minute…c’est le Mektoub du dernier film de Kechiche…une ode à la vie ! Néanmoins si je n’ai plus de chaine, ce goût de liberté et cette détente sont certains jours accompagnées d’un vide abyssal….qui me remplit parfois avec joie ou..pas.
    Vie la Vie, la grande Vie c’est ce que je te souhaite…aime une femme..il y en a tant à aimer et si peu d’hommes capables d’en apprécier le prix (au sens générique s’entend..) tu as tellement accompagné de femmes et de couples…il est peut-être temps de poser ton cheval quelque part…
    Chaleureuses pensées en ce samedi matin et Bises comme on dit chez moi..

    Aimé par 1 personne

  2. Alain

    Il n’y a pas forcément de déception chez l’autre à notre égard si l’on change subitement de direction.
    Il peut même y avoir au contraire une réaction positive, après l’effet de surprise, de la personne qui nous voit oser être, et qui perçoit notre sincérité et aussi notre détermination.
    Dans le passé, j’ai souvent maintenu longtemps un cap pour ne pas décevoir certaines personnes.
    Puis j’ai chaque fois fini par revenir sur mon propre chemin.
    Je fonctionne encore un peu comme ça aujourd’hui, mais ça dure beaucoup moins longtemps. Moins d’énergie que quand j’étais jeune, et donc nécessité à revenir plus rapidement dans mon axe.
    Après j’ai aussi cette quête intérieure, cette aspiration au sur-humain.
    Et le sur-humain, de mon point de vue, n’a que faire des considérations humaines futiles et grossières (dépourvues d’esprit).

    J'aime

      1. Alain

        Oui, idem, l’expérience, la perception directe, et le retrait du mental.
        ça se fait tout seul d’ailleurs et de plus en plus.
        Je ne trouve plus de saveur à la spéculation intellectuelle.
        J’ai lu et eu des centaines de livres ces 20 dernières années, tous en lien avec la spiritualité.
        Aujourd’hui, il m’en reste « seulement » 14, et je sais qu’après lecture ou relecture, il en restera moins de 10.
        Je n’est trouvé dans aucun livre à ce jour la description des expériences que je vis et qui sont de moins en moins partageables.

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s