Vivre seul ensemble

Taillefer (09), France 🇫🇷

Ça y est, je suis de retour dans ma chambre sur roues. Après avoir fait le ménage tôt ce matin, j’ai quitté la yourte avec un dernier sac et ma couette. A peine deux heures plus tard je me trouve installé chez moi, au même endroit qu’à mon arrivée… avec mon ordinateur sur les genoux et des mantras en musique de fond, prêt à écrire une page de plus dans mon journal de bord. ✌️

Même si je n’ai pas du tout  l’intention de partir, la synchronisité des événements me font croire qu’une fin ici s’approche, laissant ainsi place à quelque chose de nouveau. Il y a la naissance de tous ces poulains… le petit ami-chien d’Eliane, Kikou, qui se prépare pour le grand voyage… le retour dans ma roulotte… mes pensées qui commencent petit à petit à considérer des possibilités d’itinérance… une ou deux portes qui s’entr’ouvrent vers d’éventuelles co-animations… les thèmes dans les films que je regarde… et mon état intérieur qui est enfin tel que je l’espérais il y a un an. 🧘🏼‍♂️

Quand je me suis mis en chemin avec mon camion il y a un an, une de mes conditions sine qua non pour pouvoir voyager léger comme je le souhaitais, était de retrouver mon état pranique. Même si mon parcours alimentaire a été un peu houleux cette dernière année, et que j’ai parfois du mal à croire à mes capacités, d’être pranique un jour est une sorte d’évidence qui m’habite depuis plusieurs années maintenant. 😌

J’en rêvais, car l’absence de nourriture rend la vie et les voyages tellement simples. Pas besoin de faire des courses, d’avoir de l’espace pour les stocker, ni d’appareils pour cuisiner. Pas besoin de préparer des repas, de faire la vaisselle, ni d’avoir des déchets sans fin. Puis, mon corps est plus léger, plus propre et sent meilleur, donc j’utilise moins d’eau pour me laver, pour les toilettes et pour la lessive. A part mon camion, je cesse quasiment de participer à la pollution. 💨

Kikou, il y a juste quelques mois… encore en pleine forme.  

Je me souviens bien du défi que je me suis lancé et qui démarre d’aujourd’hui. Moins de multimédia et plus de farniente. Ça me crée un peu de pression intérieure, mais je compte bien m’y atteler sérieusement. La dernière fois que j’ai abandonné mon état pranique, il y a deux ans et demi, c’était par incapacité à ne rien faire. C’est le moment de faire face au vide et de transformer l’ennui en présence intense avec moi-même. Dès que mon article sera terminé, je commencerai par une petite sieste digne d’un chat. 🐈

Hier soir, j’ai eu du mal à m’endormir et j’ai regardé un film sur Netflix que j’ai beaucoup aimé, Mr.Holmes. J’ai reconnu facilement l’acteur principal, Ian McKellen, qui a aussi joué le magicien Gandalf dans la trilogie « Le seigneur des anneaux ». Un beau film avec de bons acteurs et une histoire qui m’a touché. 📽

Synopsis : En 1947, Sherlock Holmes, âgé de 93 ans, vit une paisible retraite dans le Sussex, en compagnie de sa gouvernante, Mme Munro, et du fils de cette dernière, Roger, avec qui il partage sa passion pour l’apiculture. Toutefois, une affaire remontant à trente-cinq ans ne cesse de le hanter. Mais, il a perdu de son légendaire pouvoir de déduction et Watson n’est plus là pour l’aider. Le célèbre détective va cependant devoir mener à bien l’une des enquêtes les plus importantes de sa carrière.

Le film est venu me chercher dans la partie de moi qui se sent seul. Je me suis senti triste pour lui, et donc pour moi, avec cette solitude qu’il vivait en toute simplicité depuis 35 ans. Je suis conscient que j’ai entièrement créé cette situation moi-même dans ma propre vie. Mais, mon intention n’a jamais été d’être seul. C’est tout simplement arrivé en suivant ma quête spirituelle. Si je ne sentais pas le sens profond derrière tout ça… et le lien subtil avec la Vie et le monde, je pense que je me flinguerais. 💥

Mon choix TEMPORAIRE d’être seul est soutenu par mon désir de me connecter à l’essence même de la Vie pour être mieux avec les autres, avec mes partenaires. C’est le miroir et les signes qui m’ont guidé jusque là. De mon point de vue, je suis forcément au bon endroit. Dans le contexte de mon histoire, je vois bien que le but est de vivre déjà l’unité et l’union des polarités à l’intérieur de moi… au lieu de rester dans la dualité et de continuer à fusionner et à compenser avec ceux qui m’entourent. 💗

Après tant d’années de dépendance, j’ai choisi d’accueillir ce temps seul. L’expérience et l’apprentissage durent maintenant depuis 4 ans et grâce à mes co-voyageuses j’ai constaté que mon effort est récompensé  Mieux je me sens seul avec moi… plus forte est mon énergie et plus grande est ma qualité relationnelle quand je partage du temps intense avec une partenaire. 💏

woman-2003647_1920

Toutefois, en avançant sur ce terrain je me rends compte aussi à quel point nous sommes fondamentalement seuls… que je suis fondamentalement seul… même quand je me trouve avec quelqu’un. C’est une simple cohérence avec la notion d’Unité dont j’ai été bel et bien conscient depuis longtemps. De le vivre, c’est toute autre chose. Dans l’absolu et dans la réalité du UN, il n’y a que moi… 😍

C’est certainement pour cela qu’une phrase du film m’a beaucoup plu : « Soyons seul ensemble. » C’est pour moi d’une telle beauté et d’une telle évidence que j’en suis resté coi… Car, je suis persuadé qu’une fois les blessures transcendées, la fusion est remplacée par l’union, les polarités se complètent, le couple intérieur se forme… et les deux partenaires deviennent UN…💞

Chaque partenaire est de mon point de vue censé vivre son couple de cette manière un jour. Non pas dans une solitude à cause de l’absence, ou le manque de présence, de l’autre… mais au contraire, l’occupation parfaite des territoires réciproques et la distance parfaite entre les partenaires, crée une conscience accrue du UN… permettant chacun de vivre son INDIVIDUALITE, la dualité indivise, comme le dit bien Guylaine Lanctôt… la richesse de deux présences en un. 🧘🏼‍♂️

A méditer… 🛌😴💤

Douce journée à tous 👮‍♀️👷‍♀️💂‍♀️🕵️‍♀️👨🏼‍⚕️👩‍⚕️👩🏻‍🍳👩‍🌾👨‍🎓👨🏻‍🎤👨‍🏫👩‍🏭👨‍💻👨‍💼👨‍🔧👨🏻‍🔬👩‍🎨👨‍🚒👩‍✈️👨‍🚀👨‍⚖️

3 réponses

  1. Alain

    Je suis triste pour Kikou.
    Et pour Eliane qui aura à porter son absence.
    C’est probablement ma plus grande peur : le départ inéluctable, un jour, de ma petite Flamelle.
    C’est en grande partie pour elle que je veux changer de vie.
    C’est pour elle que j’ai réduit mon temps de travail.
    Je voudrais être tout le temps avec elle, et lui offrir tout le bonheur que je peux lui offrir.

    Nous sommes effectivement fondamentalement seuls face à nous-même, au dehors.
    Au dedans c’est différent. Il y a quelqu’un à rencontrer, très concrètement, au dedans.

    Aimé par 1 personne

  2. Brigitte

    Un an pour atteindre un état de conscience, je ne pourrais plus… là çà fait 5 jours que je génère tous les jours des états de conscience différents, que je joue avec, les combine, les amplifie, les conditionne. Cela faisait longtemps que je ne l’avais plus fait. C’est donc un sacré clin d’oeil que tu me fais là. Merci !

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s