Teoudat Zehout

Modi’in, Israël 🇮🇱

C’est comme ça que l’on appelle ici la carte d’identité. Depuis que je suis en Israël, j’ai compris que c’est le document le plus important que chaque citoyen doit posséder. Partout où je suis allé dans mon parcours administratif, on me l’a demandé. Comme je l’avais pas, j’ai montré systématiquement mon passeport, ou le petit livret vert qui a la même allure. Mon numéro d’identification se trouve dans les deux également.

Tout est aléatoire

Modi’in, Israël 🇮🇱

Ce n’est pas facile de travailler sur soi. Certes, les plus malins parmi vous me diraient : “Oui, mais le mot travail vient du latin tripalium, qui était, un instrument de torture composé de trois pieux !” Et je dirais qu’ils ont raison. Mais, dans ce cas, il s’agit du travail tel que nous le connaissons, l’effort pour gagner de l’argent pour vivre. Généralement, pour la plupart d’entre nous, l’effort démesuré que nous faisons est pour les autres, afin qu’ils deviennent plus riches, alors que les ouvriers reçoivent souvent une rémunération carrément insuffisante pour survivre.

Ecouter au lieu de prier

Modi’in, Israël 🇮🇱

A 6 heures j’étais déjà dans le bus ce matin. J’avais pris juste une demie-heure de marge pour être à 7 heures 30 à mon poste. On est vendredi et tout se prépare pour le shabbat. A partir de 14 heures tout commence progressivement à fermer. Le bus 130 ne roule carrément pas. Alors, j’ai pris un autre bus et au lieu d’en prendre un deuxième pour la fin du trajet, je me suis tranquillement promené jusqu’au bord de mer. Pour le retour, il s’agissait de partir à temps, avant que les bus cessent de circuler. En partant à 14 heures de l’hôtel j’ai pu prendre mes transports sans difficulté. Bien évidemment, là aussi j’ai pris une marge. Je n’avais pas envie de me trouver coincé à Tel Aviv pour mon jour de congé.

Mes inconforts

Modi’in, Israël 🇮🇱

C’est mon premier jour de congé et j’en ai profité pour régler quelques broutilles avec la banque ici. Maintenant je peux utiliser mon compte Israélien et une fois rentré je me suis occupé de transférer les prélèvements automatiques de mon compte français vers mon nouveau compte. Quand je constaterai qu’il n’y a plus de mouvement sur mon ancien compte, je le résilierai. 

Le visage

Modi’in, Israël 🇮🇱

Bien évidemment que ce n’est qu’un jeu ! Mais… ça ne veut pas dire que je peux faire n’importe quoi. C’est un jeu dont tout en jouant depuis de nombreuses années, je découvre au fur et à mesure les règles et les enjeux. Si je le joue correctement, je m’approche progressivement de la maison. Si je ne joue pas, il y a grande chance que je tourne en rond dans le même scénario, encore et encore. 

À la porte

Tel Aviv, Israël 🇮🇱

Quand je commence à écrire, je me trouve dans la rue Allenby et j’attends le 130 pour Modi’in. J’ai moins de temps pour écrire, alors je profite du trajet. Au travail, je ne peux presque pas me servir de mon téléphone et quand j’arrive dans ma chambre j’ai plutôt envie de me coucher. Le peu de temps que j’ai, je dois le partager entre mon journal et l’apprentissage de l’hébreu.

Ils sont beaux

Modi’in, Israël 🇮🇱

Des voitures qui s’arrêtent en trombe… Des jeunes hommes et femmes qui en sortent pressés. Certains sont armés, d’autres non mais tous sont en vert ou kaki, les couleurs des tenues de combat de l’armée israélienne. Ils sont beaux. Un père qui bénit son fils, des copains qui s’attendent, une femme qui se tient debout à l’escalier avec un chariot et qui distribue des viennoiseries dans des sachets marron à ceux dont elle est certainement fière. Peu en prennent, c’est peut-être suspicieux. Pourtant, je comprends un peu plus tard qu’elle y est tous les jours. J’ai envie de prendre des photos, mais je suis ému.

Que le jeu commence

Modi’in, Israël 🇮🇱

Ce que j’ai compris au cours de mon expérience d’éveil en 2001 est devenu complètement réalité depuis quelque temps. Conceptuellement et en parole il est évident pour beaucoup d’entre nous que la Vie n’est qu’un jeu. De le VIVRE, par contre, est une toute autre histoire et personnellement je n’ai pas encore rencontré des gens qui jouent réellement au « Grand Jeu De La Vie »… même s’ils le pensent. 

Unfinished business

Modi’in, Israël 🇮🇱 

Je me suis réveillé tard par rapport aux femmes, très tard. Tellement tard, que ma mère pensait que j’étais gay. Par contre, quand ça a commencé, il y en a eu beaucoup, vraiment beaucoup. C’était comme des vagues dont chacune représentée une phase que je devais certainement vivre pour devenir qui je suis aujourd’hui.

Prêt et paré

Modi’in, Israël 🇮🇱

Ça y est, j’ai entièrement terminé le côté administratif de mon immigration et je suis officiellement re-intégré dans la société. Je dois juste retourner à la banque demain matin pour une petite histoire de réception de comptes rendus par mail. J’en profiterai peut-être pour aller chez le coiffeur et soigner l’apparence du futur Doorman. 

Suivre le courant

Modi’in, Israël 🇮🇱 

Je me sens attendu et accueilli par mon pays. Certes, il y a mes Amis Ruben et Marion à Amsterdam et Eitan, Cheryl, John, Ita et Rosa ici en Israël, qui sont tous très présents… mais le côté administratif lié à mon intégration se passe de manière tellement lisse, que j’ai l’impression que j’avance sur un tapis rouge.

Dernières formalités

Modi’in, Israël 🇮🇱 

J’essaie de finir les formalités administratives restantes avant le shabbat, afin d’avoir la tête libre pour mon travail de Doorman que je démarre dimanche. J’ai commencé ce matin, accompagné de Rosa, par un test pour vérifier mes yeux, dont j’aurai besoin pour convertir mon permis de conduire français en un permis Israélien.