La suite de mon histoire

Taillefer (09), France 🇫🇷

Le soleil levant caresse la partie gauche de mon visage. Après avoir fait le tour des stabulations, je me suis installé comme d’habitude devant ma fenêtre pour écrire mon article et je savoure le gazouillis des oiseaux, la musique de détente qui sort tout doucement de mon Ibiza 800 watt et de l’odeur du bois de Palo Santo qui embaume ma yourte, mon placard, ma tanière, mon ermitage, mon cocon, ma chrysalide et mon temple. 🕊

Je suis plein de gratitude pour Eliane et je ne peux pas le dire assez. Ça tombe bien, car je le lui ai déjà dit à plusieurs reprises et en plus elle lit mes articles. A l’origine, Julien et moi l’avons suivie pour l’aider dans la mise en place de son rêve et une éventuelle co-création. Finalement, c’est elle qui m’aide en m’offrant un moment de répit prolongé dont j’avais vraiment besoin après 7 ans sur les routes, dont 3 avec sac à dos et 6 mois en roulotte. 💨

Je me pose, me consolide, intègre et me prépare depuis 5 mois déjà pour la suite de mon histoire et l’étape suivante vers mon rêve. Je ne suis pas pressé. Je sais que je peux rester ici tranquillement jusqu’à la vente du domaine, attendue entre août et octobre. Mais, je pense beaucoup à la manière de continuer ensuite. J’ai compris que si Eliane rachète un domaine plus petit, il y aura même quelque part une place où je pourrai me poser encore. Ça m’a beaucoup touché quand elle a dit ça et ça permet au peu de pression que je pourrais sentir de ne pas se manifester. 💗

Quand le moment viendra j’ai plusieurs options. En tout cas, en apparence. La première serait de bazarder à nouveau mes affaires et de repartir à pied et sac à dos, en suivant les routes de grandes randonnées et en dormant au bord du chemin dans les bois. La simplicité de cette option m’attire. Par contre, j’ai l’impression de fuir en disparaissant, alors que je pense qu’au contraire j’ai à revenir parmi les gens. En plus, j’aime beaucoup les affaires que j’ai achetées depuis que je suis parti avec mon camion et que je me suis installé dans la yourte. 🚚

Ce n’est pas beaucoup, mais j’aime ma sono, mes caisses en bois, mes bibelots et mes tentures. J’ai envie de vivre avec ça autour de moi. Ça me donne une sensation agréable de « chez moi ». En plus, je tiens à écrire au quotidien dans mon journal et au lien que j’ai avec vous… et pour cela j’ai besoin de mon ordi et de l’électricité. J’écris inlassablement depuis septembre 2016 et ça me fait un bien fou de partager à coeur ouvert ce que je vis, sens et pense. 📖

Je pourrais aussi repartir et vivre en camion, de la même manière que je suis arrivé. Je n’en ai pas vraiment envie. Je ne me sens pas de voyager juste pour voyager. En plus, le nombre d’interventions que j’ai eues sur mon carrosse enlève un peu la confiance que j’ai pour faire beaucoup de route avec lui. Malgré tout, je le garderai parce que je l’aime beaucoup, mais je limiterai autant que possible les déplacements. Il me permet de m’abriter juste au cas où et de me déplacer en apportant toutes mes affaires. ⛺️

Ce dont j’ai le plus envie est d’entamer l’étape suivante vers mon rêve. Le plus logique serait de me trouver dans des situations comparables aux visions que j’ai de moi dans mon imaginaire. Hier, j’ai réalisé que j’ai encore du temps. Dans mon rêve j’ai des cheveux blancs et longs, alors que pour le moment ma chevelure est courte et encore partiellement brune… comme le reste de mes poils d’ailleurs. Seul mon torse est blanc. 😉 

lily-of-the-valley-4166984_1920.jpg

Un petit brin de muguets pour vous. Il semble que les clochettes soient magiques. ❤️ 

J’ai pensé à toutes les communautés déjà en place, aux éco-villages et d’autres projets spirituels constructifs. Je sais aussi que, dès que nous mettons plusieurs êtres humains ensemble, il n’est qu’une question de temps avant que les conflits apparaissent… peu importe les intention nobles qui motivent les élans. Alors, pourquoi ne pas aller dans des endroits comme ça, où ils ont du mal à trouver l’harmonie et apporter pendant le temps nécessaire mes aptitudes d’harmoniseur et d’accordeur ? Ça fait longtemps que cette pensée me traverse l’esprit. Pourquoi ne pas essayer de le réaliser ?  💑

Je me sens à nouveau prêt à oeuvrer avec et pour les autres. Je trouve que je me suis assez reposé et préparé. Je suis et me sens disponible… Je n’irai pas moi-même chercher un groupe ou un lieu, mais je suis à la disposition de ceux qui font déjà partie d’un groupement ou qui sont en train d’en créer un et qui me sollicitent pour venir aider à harmoniser leur organisation. Ainsi ce sera la Vie qui  décidera à ma place de la suite de mon histoire. 😍

Ça correspond entièrement à mon envie, mon besoin et mes possibilités. Ce serait la solution parfaite et la plus harmonieuse selon ma vision et mon état d’aujourd’hui. En plus, je me considère depuis longtemps comme quelqu’un qui est fait pour vivre avec d’autres en communauté. Je pense que si j’étais resté en Israel, je serais devenu certainement un kibbutznik, le membre d’un kibbutz.  😉 

Et bien évidemment, je ne demanderai rien pour mes services. Je m’imagine tout simplement participer à la vie quotidienne du lieu et selon mes capacités aider là où c’est nécessaire… cuisine, ménage, accueil, organisation, jardin, service, animation. Aujourd’hui je sais même m’occuper un peu des chevaux et conduire un tracteur. En échange, il me suffit juste d’un endroit pour dormir et me laver… et un peu d’électricité. 🚜

Alors, peut-être quelqu’un parmi vous connait-il des co-créateurs d’un projet, une communauté, un éco-village, ou tout autre groupement de ce genre avec un élan spirituel qui auraient besoin de quelqu’un comme moi. Peu importe où… en France ou à l’étranger. Si c’est le cas, vous pouvez peut-être leur transférer mon article… ou carrément le poster quelque part chez eux sur des réseaux sociaux comme Facebook. Si mon profil les intéresse ils me contacteront. 🕸

Bon, vive l’aventure… la porte est ouverte et une perche est tendue. Je suis curieux de voir ce que cela donnera. Si c’est “juste” il y aura une suite. Si ce n’est qu’un élan inutile venant de mon ego, rien ne se passera. De toute manière je suis libre… tellement libre que même si rien ne se passe, tout va bien. ✌️

Voilà, pour terminer mon article du jour, j’ai envie de partager un texte que j’ai reçu hier de la part d’un Ami. Il me parle et je trouve qu’il rejoint mes propos. Pour moi, il s’agit de l’Amour… le vrai, celui avec un grand A. Pour moi, l’amour n’est pas un sentiment, c’est un état d’être… l’absence de peur et de blessures… l’expression de notre état divin. Pour moi, cette confusion généralisée est la source principale de nos malentendus relationnels. 💏  

« Il y a du sublime à gaspiller une vie qui pourrait être utile, à ne jamais réaliser une oeuvre qui serait forcément belle, à abandonner à mi-chemin la route assurée du succès !
Pourquoi l’art est-il beau ? Parce qu’il est inutile. Pourquoi la vie est-elle si laide ? Parce qu’elle est un tissu de buts, de desseins et d’intentions !
Tous ses chemins sont tracés pour aller d’un point à un autre. Je donnerais beaucoup pour un chemin conduisant d’un lieu d’où personne ne vient, vers un lieu où personne ne va…
La beauté des ruines ? Celle de ne plus servir à rien ! »

Fernando Pessoa

Je vous souhaite une délicieuse journée inutile 🦋🔥🌈💗🕸🌻🕊⛺️📖🍫🛌🍃

6 réponses

  1. Marie Raphaële Vanuxem

    Je nous souhaite un 1er mai reposant, odorant et tintinabulant 💖
    L’adage dit : en Mai, fais ce qu’il te plaît

    Et si c’était vrai 😇…. Chiche…?

    Plein de bisous doux 💋

    Aimé par 1 personne

  2. Alain

    Et pourquoi ne créerais-tu pas ton propre éco-village ?
    Je me joindrais volontiers à l’aventure !
    Je rêve toujours d’un lieu de vie fraternel, où je pourrais avoir ma petite cabane en bois, ma yourte, ou ma roulotte.

    Aimé par 1 personne

      1. Alain

        Je n’ai pas envie non plus d’être chef.
        Plutôt co-créateur.
        Je crois qu’avant de penser à tous ces aspects (finances, lois, etc), il convient de définir un projet : qu’est-ce qu’on veut vivre, et avec qui ?
        Définir le « quoi » comme on dit.
        Une fois le projet clairement définit, on peut passer au « comment », avec évidemment des allers retours entre le « quoi » et le « comment » pour ajuster le projet aux réalités matérielles.
        C’est à partir de là que se pose la question du financement, des lois, etc.
        J’ai des richesses à partager, comme tu en as aussi, et comme d’autres en ont également.
        C’est peut-être dommage de rester chacun dans son coin.

        Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s