Commérage ~ Gossip

Michael à Fort-de-France, Martinique 🇲🇶 

Ces derniers jours j’entends et je lis beaucoup les mots « scénario répétitif », « mécontentement », « colère », « pas à ma place » et « commérage ». Ça me fait penser à mon article d’hier où je parle de ce qui me reste d’un scénario répétitif vis-à-vis des hommes et comment il trouve ses racines dans mon histoire avec mon père. Ce matin, sur le trajet pour faire nos courses pour la journée j’ai fait le lien. C’est logique et simple comme bonjour… 🤓

Avant de continuer, j’avais envie de partager que hier soir, ma compagne a soudainement dit : « J’ai envie d’un burger » ! Faut savoir qu’elle est en train de retrouver sa santé d’une manière que je trouve spectaculaire et que sa nourriture a surtout été liquide depuis 2 mois. L’avantage des jus de fruits et de légumes frais est que la quantité de vitamines, minéraux, oligoéléments, etc. ne peut jamais être égalée en mangeant une nourriture solide. Le corps utilise l’énergie qu’il économise sur la digestion des aliments solides pour se nettoyer, se restaurer et se réparer… et ça se voit ! 🍔

Bien évidemment, je l’ai volontiers rejoint dans son envie et même pas 45 minutes plus tard nous nous trouvions devant une nouvelle série télé avec une énorme pizza pepperoni, son supplément fromage obligatoire et 2 burgers, un au poulet et l’autre aux crevettes. Nous avons presque réussi à tout manger. Il ne restait à la fin que la moitié d’une portion de frites aux patates douces ! Pour digérer toute cette malbouffe délicieuse, il nous a fallu bien 2 litres de coca-cola nature plein de sucre ! J’ai voulu à un moment prendre des photos pour vous montrer notre débauche, mais je pense que j’étais trop pressé pour manger nos victuailles… 🍕🍕🍕

pizza-1565732

Bon, revenons aux choses sérieuses. J’ai relu mon article d’hier à plusieurs reprises. Il y avait quelque chose qui ne collait pas. J’ai travaillé sur les scenarii (oui, on peut dire scénarios ET scenarii en pluriel) répétitifs depuis 2014. Les signes que j’ai reçus en Israël étaient plus que clairs, j’ai réellement réussi à intégrer et réparer mon histoire familiale, mon histoire judaïque et mon histoire personnelle. Certes, mon père a été un vrai enfoiré de fils de pute avec moi et ma mère m’a pathologiquement manipulé et soumis à son besoin d’homme. Mais je les ai aimés toute ma vie et de tout mon coeur comme je n’ai jamais aimé personne… peu importe ce qu’ils ont pu faire. ☮️

Il n’y a plus aucun ressentiment négatif les concernant. Tout est compris, digéré et pardonné, jusqu’au plus petit recoin de notre histoire commune. Alors, d’où viennent les manifestations rudimentaires de cette histoire ??? Moi, je pense qu’elles viennent du fait que j’ai encore des ressentiments contre un ou deux hommes qui m’ont touché douloureusement au coeur. Certes, ce que j’ai vécu avec eux trouve sa source dans mon histoire avec mon père. Mais, j’ai pardonné à mon père… je ne sens plus du tout de colère vis-à-vis de lui. Par contre, j’en ai encore contre ces hommes. C’est une colère qui n’a donc plus de racine !!! Elle tourne en circuit fermé et je l’alimente tout seul quand j’en parle… quand je commère ! 😅

manny-becerra-Z_bbAlRF5P4-unsplash

Ce qui veut dire, que ce que je vis ici sur l’île comme agression actuellement n’a pas de racine non plus. Ça vient uniquement du fait que je garde tout seul un scénario en vie en parlant encore et encore de ce qui m’est arrivé en 2014. Vous comprenez le mécanisme ? Mes croyances profondes ont été positivement transformées par mon travail de deuil et de libération… et ancrées de plus en plus à chaque fois que j’accompagnais quelqu’un d’autre dans son histoire de libération. Ce qui reste à faire par la suite est changer définitivement mon comportement pathologique et cesser toute sorte de mécanisme de défense, de fuite, d’attaque et d’inhibition appris au cours de ma vie. Une chose peut uniquement exister quand ma pensée, mon attitude, ma parole ou mes actes le font vivre en la confirmant. 🤪

Fuir montre que le problème existe… se défendre également… se figer aussi… se battre, c’est encore pareil. Presque chaque réaction valide l’existence d’une blessure, même si cette blessure n’est plus active. Même si je suis guéri de l’origine d’une blessure, tant que je n’ai pas changé mes réflexes, les scénarios inconfortables continuent tous seuls, comme des poules sans têtes. Pour qu’un scénario puisse cesser, une fois que la source du mal a été déracinée, je dois trouver à remplacer chaque réaction en réponse nourrie par l’Amour… c’est-à-dire l’absence de peur, de blessures et de masques de protection… 🎭

marcos-paulo-prado-83JZupwXfhU-unsplash

Ça ne veut pas du tout dire que ma réponse doit être douce et agréable pour l’autre. Ça dépend complètement de là où j’en suis, de mon historique, de la situation et du contexte du conflit. Pour savoir d’instant en instant où se trouve l’Amour pour moi, j’ai besoin de savoir lire et interpréter le miroir et les signes. Si je ne sais pas le faire, j’ai besoin de quelqu’un qui peut m’aider à discerner. Je pense que je suis autonome dans mon discernement depuis environ 20 ans grâce à l’outil du miroir. J’ai suivi des thérapies pendant environ 35 ans et j’ai seulement arrêté vers 2015. J’ai arrêté quand le miroir m’indiquait que c’était le moment. Malgré mon aptitude de discerner par moi-même j’ai continué à voir un thérapeute 15 ans de plus… pourquoi à votre avis ? 🥸

Parce qu’accompagner quelqu’un est une grande responsabilité. Beaucoup de thérapeutes n’ont pas l’expérience de leur propre guérison. Souvent ils pratiquent tout simplement un métier de leur choix. Mais, tant que quelqu’un n’a pas vécu sa propre guérison, sa technique reste stérile. Beaucoup de thérapeutes très charismatiques sont très populaires alors leur histoire personnelle montre leur inadéquation. J’ai accompagné beaucoup beaucoup de thérapeutes et j’étais proche de plusieurs qui étaient vraiment très connus. C’était pour eux un business comme un autre et malgré des incohérences incroyables leur crédibilité thérapeutique n’était même pas mise en question.  🦸‍♂️

alvaro-serrano--kr8XPYuSI8-unsplash

Si j’ai continué à suivre des thérapies c’était pour être sûr que je ne pétais pas plus haut que mon cul… que j’étais bel et bien dans le bon et dans le vrai. Pour ça, j’ai toujours choisi des thérapies non-verbales et non mentales. La kinésiologie, avec son test musculaire, a toujours été très efficace pour moi. Entre 1993 et 2015, j’ai eu la chance d’avoir été accompagné par deux praticiens exceptionnels. J’ai eu en total environ 200 séances et la technique m’a même permis de développer mon propre discernement de manière étonnante. 💪

Bref, tout ça pour dire que si je veux que le scénario négatif avec les hommes cesse pour de bon, je dois donc moi-même commencer par cesser de pointer le doigt vers ceux qui m’ont fait du mal. Je doit cesser de parler d’eux de manière négative. Le seul commérage que je peux pratiquer est le commérage positif… louanges, compliments, mise en valeur, etc… Si je ne peux pas faire ça, le silence et le sourire restent toujours une option parfaite. 😃

Je vous souhaite une délicieuse journée, soirée ou nuit… où que vous soyez… ∞❤️∞ 

Un peu triste, mais une magnifique interprétation de la chanson de Roger Whittaker… 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s