Tisser malgré tout ~ Weave in spite of everything

🇬🇧 For English scroll down till you see the Union Jack…

Isabelle de Muret, France 🇫🇷 

Je butte aujourd’hui sur la poursuite du couple que je forme avec mon compagnon depuis 11 ans.

Je suis en paix avec mes deux parents, et je sens le calme qui se pose dans mon quotidien.

Je regarde où j’en suis de mon couple, je vois comment mes blessures de trahison et d’humiliation sont venues s’imbriquer dans celle de rejet et d’injustice de mon compagnon. Autour de moi certains couples semblent trouver un équilibre dans cet assemblage, ce n’est pas mon chemin. D’autres couples épuisés de se combattre, s’éloignent, cohabitent avec aigreur ou se séparent. J’aimerais trouver une autre route.

 Je vois comment sortir du poids de ma lignée en lâchant ma colère, et ma propension à sauver l’autre.

J’ai expérimenté ces derniers jours la simplicité paisible que je vis lorsque je trouve cet endroit en moi sans blessure et sans peur, et que j’accueille l’homme de cet espace, lui laissant toute sa place.

Je réalise que tout le chemin parcouru ces derniers mois, les outils, les personnes rencontrées, ne sont là que pour me permettre de vivre ma puissance en tissant l’amour avec mon compagnon.

Et pourtant, il m’est difficile de l’accueillir, d’explorer avec lui. Je tourne autour. Je retrouve l’Isa abandonnée, rejetée, qui attend que l’autre vienne la chercher, la choisir. La petite fille trahie qui se dit « alors c’est encore à moi de faire tout le boulot ? Et lui il va en récolter les fruits sans rien faire ? »

Je vois quelques petits filets d’eau qui pourraient me conduire vers l’océan d’Amour que pourrait être mon couple : échanger en communication vulnérable, être dans la gratitude de ce qui est là, être consciente que j’ai créé les situations qui se présentent et me poser la question « et si j’étais sans peur et sans blessure, dans l’Amour, je ferais quoi ? », continuer à pratiquer le miroir pour éclairer ma route…

Et il y a l’exploration, par le toucher, l’énergie, la sexualité. Et j’en suis là, sans élan pour m’y engager.

Je sens une lassitude, une envie que ce soit lui qui fasse ce chemin vers moi, je glisse vers cette dépendance à l’autre que je connais bien, ce statut de petit enfant qui attend impuissant le sein de sa mère. Son seul outil ? Sa voix, pour hurler sa faim et son besoin de l’autre. Et moi justement depuis quelques années, fatiguée d’être forcée ma voix me lâche, ou plutôt je lâche ma VOIE.

Ma voie aujourd’hui va vers l’expression de mon énergie de femme en tissant l’Amour avec mon compagnon. Je vois les barrières, les pièges, et je garde l’envie d’aller avec le courant, de me retrouver dans l’océan.

Et je sais que ça passe par les explorations.

Comment je vais faire ?

Continuer à pratiquer les outils que je connais, et mettre en priorité l’accueil de mon compagnon.

Trouver chaque jour comment simplement l’accueillir, posée dans mon espace de liberté, celui où je suis une femme en paix, heureuse de l’arrivée de mon homme.

Lâcher l’exigence d’arrivée quelque part, faire simple.

Je commence demain. J’ai rdv à 18h pour 45mn de tissage.

D’ici là je vais imaginer, rêver, organiser…

Et je reviendrais vous raconter.

Je nous souhaite une malicieuse journée,

Isabelle




union-jack-1027898

Isabelle from Muret, France 🇫🇷 

Today I am stumbling over the pursuit of the couple I have formed with my partner for 11 years.

I am at peace with both my parents, and I feel the calm that arises in my daily life.

I look at where I stand in my relationship, I see how my wounds of betrayal and humiliation have come to be interwoven with that of rejection and injustice of my companion. Around me some couples seem to find a balance in this assemblage, it is not my path. Other couples, exhausted from fighting each other, move away, bitterly cohabit or separate. I would like to find another route.

I see how to get out of the weight of my lineage by letting go of my anger, and my propensity to save others.

Over the past few days, I have experienced the peaceful simplicity I experience when I find this place within me without injury and fear, and welcome the man of this space, giving him his place.

I realize that all the way I have come in recent months, the tools, the people I have met, are only there to allow me to live my power by weaving love with my companion.

And yet, it is difficult for me to welcome him, to explore with him. I turn around. I find the abandoned, rejected Isa who waits for the other to come and get her, to choose her. The betrayed little girl who thinks to herself, « So it’s me still doing all the work? And he will reap the benefits without doing anything? »

I see some small trickles of water that could lead me towards the ocean of Love that my couple could be: exchange in vulnerable communication, be in the gratitude of what is there, be aware that I have created the situations that come forward and ask myself the question « and if I were without fear and without injury, in Love, what would I do? » », Continue to practice the mirror to light my way…

And there is exploration, through touch, energy, sexuality. And here I am, with no momentum to engage in it.

I feel a weariness, a desire for him to make this path towards me, I slide towards this dependence on others that I know well, this status of a little child who helplessly awaits his mother’s breast. His only tool? Her voice, to howl her hunger and her need for others. And I have just been for a few years, tired of being forced, my voice lets go, or rather I let go of my WAY.

My path today is towards expressing my energy as a woman by weaving Love with my companion. I see the barriers, the traps, and I still want to go with the current, to find myself in the ocean.

And I know it goes through explorations.

How will I do ?

Continue to practice the tools I know, and prioritize welcoming my companion.

Find each day how to simply welcome her, placed in my space of freedom, the one where I am a woman at peace, happy with the arrival of my man.

Let go of the requirement to arrive somewhere, keep it simple.

I start tomorrow. I have an appointment at 6 p.m. for 45 minutes of weaving.

Until then, I will imagine, dream, organize …

And I would come back to tell you.

I wish us a malicious day,

Isabelle

2 commentaires sur « Tisser malgré tout ~ Weave in spite of everything »

  1. Peut être pourrais-je suggérer…comme vous le faites à demi mots déjà, avec beaucoup de grâce et de pudeur, que dans la culture de cet espace d’accueil que vous offrez à votre compagnon, se trouve la disposition d’esprit préalable à l’épanouissement …

    Bonne soirée.m,
    Franck

    Aimé par 1 personne

  2. Merci de vos mots, ils me touchent avec douceur.
    « Disponibilité d’esprit préalable à l’épanouissement… » Oui. Et de cœur.

    Est-ce que je me vis épanouie ?
    J’entends en moi comme une détente, une rose qui offre son parfum en s’ouvrant, sans rien attendre, sans rien prévoir. Juste parce que c’est sa vie. Oui.

    Merci à vous Franck, de cette touche de présence.

    Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s