Mouvement perpétuel ~ Perpetual motion

🇬🇧To translate my article to your language, copy the French text, click on this link and paste it in the Google translator that opens…

Michael à Fort-de-France, Martinique 🇲🇶

La situation de hier s’est déjà clarifiée et ma tristesse dissipée. J’ai vu comment mes tripes ont pris les commandes sur mon corps. Ça ressemblait beaucoup à l’état que j’ai connu tant de fois dans le passé et qui était lié à mes blessures et ma manière de les gérer. Je subissais des agressions, me sentais envahi par des émotions et pour survivre intérieurement je me fermais au monde. Aujourd’hui, ce n’est pas tout à fait pareil, même si ça se ressemble beaucoup. Maintenant, c‘est plutôt un positionnement intérieur auquel je suis forcé à rester fidèle. Quelque chose en moi refuse de se conformer à quelque chose qui ne lui correspond pas. Avant, c’était le victime-coincé-dans-sa-situation… aujourd’hui, c’est le rebelle-libre-de-suivre-sa-voie-peu-importe-les-conséquences…

Du coup, j’ai vécu une première journée tranquille avec ma compagne et sa fille, comme une vraie petite famille. Okay, nous sommes toujours confinés ici en Martinique et ma vie se déroule plutôt à l’intérieur de l’appartement. C’était un dimanche paisible que j’ai passé avec ma partenaire en regardant Outlander pour une deuxième fois. Je suis conscient que la vie a dû être violente à l’époque où se déroule l’histoire. Toutefois, je me sens très attiré vers la simplicité d’antan… d’une vie proche de la nature… où il n’y avait pas de surpopulation, ni de surconsommation ou de surinformation… ni non plus de parasitage au quotidien des multimédia… ni tant de bruit. Toutefois, tout en étant admiratif et désireux de vivre comme à l’époque, je doute de ma capacité de vivre autrement que je ne le fais actuellement.

Pourtant, j’ai vraiment connu des circonstances de vie très variées et rien ne me fait vraiment peur. Justement, j’envie parfois ces gens qui ont vécu et travaillé toute leur vie au même endroit et qui ont partagé leur existence avec leur famille, avec le même partenaire et les mêmes amis. Cette sensation de faire partie d’une communauté me manque souvent. Ma vie est tout sauf ça. Elle se caractérise plutôt par le changement, le mouvement… et une évolution sans cesse. Douze belles histoires d’amour… plus de vingt expériences professionnelles différentes… une grande collection de pathologies plus ou moins importantes… une itinérance avec un nombre de déménagements impressionnant… puis, un état physique, financier et relationnel qui changeait en fonction de la partenaire, du métier, du lieu d’habitation et d’autre paramètres…

annie-spratt-qyAka7W5uMY-unsplash

Et, on dirait que ce n’est pas fini ! J’ai 64 ans et je viens encore fraichement de changer de vie… dans un nouveau lieu, avec une nouvelle compagne et une nouvelle perspective de vie. Pourtant, ceux qui me connaissent bien, savent que je suis un vrai pantouflard et que j’aspire beaucoup à m’installer une fois pour tout, sans plus jamais bouger de mon fauteuil. Ceux qui me connaissent mal diraient peut-être que j’ai choisi cette vie. Mon impression est tout le contraire. J’ai la sensation de ne pas avoir eu vraiment le choix. Quand ma vie allait au plus mal, vers 1986/7, et que j’ai compris par magie que chaque choix était motivé par la peur ou par l’absence de peur… puis, que les choix à partir de la peur m’apportaient de la souffrance et que les affronter m’apportait du bien-être, de la liberté et de la santé… il me semble logique d’avoir choisi autant que possible d’affronter mes peurs et mes inconforts…

Ce n’était pas vraiment un choix équitable et je n’ai donc pas vraiment du mérite ! Je me sens comme un petit animal qui s’est fait dresser par la Vie. Il y a pour moi une différence très claire entre les choix qui me font souffrir et ceux qui me libèrent et je vois depuis longtemps comment la Vie me guide étape par étape, puis un état particulier qui me correspond. Il m’a fallu de longues années pour apprendre à décoder le language subtil de la Vie. C’est très intime et très personnel. J’ai l’impression d’avoir une conversation avec la VIE et d’être en communion avec Elle, avec ma Source, avec le Vivant, en permanence. Pour l’instant Elle me pousse à bouger encore et encore. Je m’adapte sans cesse aux nouveaux stimuli. Bien sûr que cela alimente l’idée que la Vie EST mouvement… et c’est certainement vrai…

En même temps, je vois une évolution très précise… et je me dis que si je suis amené à bouger autant et cela depuis si longtemps, c’est peut-être parce que je m’étais vraiment beaucoup éloigné de ma Source et que j’étais trop têtu et trop lent pour rentrer plus vite à la Maison. En même temps, je vois rétrospectivement toutes les étapes par lesquelles je suis passé pour arriver là où je suis aujourd’hui. Il y a clairement un ordre, une constante, une direction, un rythme et une intention… et si je pouvais tirer une ligne qui retrace toutes mes expériences du passé, puis que je la projette ensuite dans le futur… elle atterrirait à mon avis à l’endroit où se trouve l’Unité et l’Amour pour moi. Je me demande seulement si j’ai encore assez de temps et d’endurance pour y arriver de mon vivant… puisque j’ai passé beaucoup d’années à faire beaucoup d’effort, pour n’obtenir finalement que des changements minuscules.

Je pense que le mouvement qui caractérise tant ma vie, se calmera quand je me trouverai au centre de l’Amour, au centre de l’Etre, où je serai de toute évidence l’expression de Son plein potentiel… puisqu’il est évident que la Vie me guide sans cesse vers Ça. Depuis que je suis les signes et que je me transforme avec le miroir en face, la Vie me dit clairement de faire de moins en moins, de rester de plus en plus dans mon espace vital personnel et de m’abandonner de plus en plus à ce qui est. Tous les messages, depuis toujours, ne tournent qu’autour de ça. Tant que je n’expérimente pas l’Extase de l’Amour et la Conscience du UN, la Vie ne me laissera jamais tranquille. C’est rigolo de constater que pour arriver à l’état d’Amour où je m’abandonne complètement à la Grande Vie,  j’ai besoin en même temps de rester enseignable comme un enfant, souple comme un roseau, réceptif comme une femme puissante…  donnant ainsi le mouvement perpétuel à l’homme que je suis…

Je nous souhaite une délicieuse journée… à demain ! ∞❤️∞ 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s