Perfection

🇬🇧To translate my article to your language, copy the French text, click on this link and paste it in the Google translator that opens…

Michael à Fort-de-France, Martinique 🇲🇶

Je sais très bien où se trouve la perfection, c’est-à-dire l’équilibre et l’harmonie auquel j’aspire, nous aspirons, tant entre le masculin et le féminin. Je le sais, parce je m’y suis parfois bien approché à l’intérieur de moi… et donc avec certaines de mes partenaires. Pour comprendre de quoi je parle, il est essentiel de se rappeler le contexte de nos origines.

Le féminin trouve son inspiration dans son état divin originel. Le principe féminin est la structure de Tout Ce Qui Est. Tout se qui est perçu est par définition féminin. La terre, le ciel, les choses, la végétation et les êtres… peu importe leur genre… tout est féminin. Il n’y a pas de dieu-entité masculin. C’est une aberration. Ce principe féminin accueille la vie dans son foyer et en prend soin et le nourrit avec son feu intérieur. Le féminin accueille et offre, puis reste réceptive à tout ce qui se passe. Il est conscient que tout est parfait et ne demande rien. 

Le masculin est mouvement et n’a pas de consistance. C’est pour cela que l’un sans l’autre ne peut pas fonctionner. Le féminin sans masculin c’est de la matière immobile… et le masculin sans féminin c’est « du vent ». Le masculin est mouvement, donc explore, chasse, protège et permet à la structure d’évoluer. Toutefois, il ne suffit pas d’avoir les deux pour que cela marche. Le masculin a besoin de sa réceptivité féminine pour savoir où aller, quoi faire ou comment réagir. Le féminin a besoin du masculin pour trouver sa juste place et pour alimenter son feu. Ensemble ils forment le principe créateur… 

fire-2946777

Avec l’anéantissement de notre culture d’origine ancienne, la femme a perdu sa place. L’homme, avec son orgueil, son manque de conscience et sa stupidité infantile a voulu diviniser un masculin non existant et a créé ainsi une spiritualité, puis une vie stérile. La puissance et la magie de la vie sont naturelles et par définition féminines et n’ont pas survécu à ce désastre. L’homme a provoqué une existence déconnectée de sa Source et la Vie entière en souffre depuis plus d’un millénaire. 

L’homme sans sa puissance, sans sa connexion au féminin, est comme un animal qui fonctionne uniquement à partir de son ego, son instinct, son envie et sa force. Il mène la vie et les choses, comme un chien de berger qui a oublié la route, son troupeau de moutons vers un objectif non-défini, et ainsi à sa perte. Il occupe un trône qui n’est pas le sien et il n’a ni la colonne vertébrale, ni la sagesse, la puissance ou la conscience pour cela. C’est un enfant qui joue à l’adulte, sans savoir vraiment ce que cela signifie ou implique.

La femme, détrônée, castrée, objectisée est reléguée depuis longtemps au ménage, dans la cuisine et dans le lit des hommes, et elle vit uniquement pour servir l’enfant-roi-masculin. Depuis environ un siècle, un mouvement est né chez les femmes et elles revendiquent à juste titre leur place et leur droit. Mais, cela ne re-crée pas l’harmonie perdue entre le masculin et le féminin. Au contraire, cela crée une guerre plus sanglante encore et pousse l’homme-enfant à défendre aggressivement sa place ou, au contraire, à se soumettre comme un toutou docile.

lobostudio-hamburg-yBJw1up4n44-unsplash

Les femmes-suffragettes sans repères (ou plutôt remères), ne savent plus où se trouve leur place légitime ni comment l’occuper. Les mémoires des souffrances infligées par l’homme font silencieusement ravage. L’absence de guides et de connaissance ancestrale engendre des femmes, qui au lieu de trouver leur puissance véritable, manifestent leur toute-puissance et leur pouvoir sur l’homme. Elles sont entrées dans le jeu des hommes et se comportent, battent et s’habillent comme eux. Du coup, le principe féminin divin n’est pas prêt à se manifester et notre monde est rempli des mères castratrices, des amazones guerrières et des femmes ressemblant aux hommes.

Ce n’est pas facile, peut-être même impossible, de laisser le passé derrière nous, d’arrêter de régler nos comptes… puis de se souvenir d’une sagesse et connaissance spirituelle perdue. J’essaye de l’enseigner depuis des années, depuis que j’ai vécu mon expérience d’éveil. La résistance venant du conditionnement, puis des habitudes incrustées depuis des siècles est tellement forte que je recule et j’abandonne chaque année un peu plus. Je donne aux explorateurs que j’accompagne encore aujourd’hui uniquement ce que je pense qu’ils sont capables d’entendre…

D’aider mes frères et soeurs humains-moldus à remettre l’homme et la femme à leur juste place et ainsi retrouver le sens d’origine du couple, de la sexualité… bref, de la Vie… est une tâche véritablement herculéenne. Alors, moi-même essoufflé, j’oeuvre tranquillement dans mon coin, seul ou avec la partenaire du moment. Je me défais depuis de longues années déjà, l’un après l’autre, de mes conditionnements limitants, de mes réflexes destructeurs et de mes chaines réductrices.

sheep-4772994_1920

J’ai le principe divin masculin et féminin en moi. Ma partenaire me permet surtout de visualiser ma féminité intérieure en face de moi et de tisser l’Amour de manière palpable. L’homme que je suis est par définition féminin… seulement mes élans, mes actions et mes expressions sont masculins ! Si je veux trouver l’harmonie entre mon masculin et mon féminin, je dois occuper mon territoire de femme sans en sortir, laissant ainsi la place qui ne m’appartient pas au féminin de l’autre. En tant que femme, j’accueille, j’offre et j’écoute attentivement la Vie… RIEN de plus !

En réalité, vivre à partir de ma féminité, c’est comme être en méditation en permanence… au delà de l’apparence banale d’une vie quotidienne. Ma réceptivité me permet de reconnaitre la Vie en toute chose… le miroir et les signes en sont des éléments concrets. Si mon écoute au féminin est adéquate, je capte une intention, un mouvement, une direction, un impulse, une vitesse, un cadence, une durée, un élan, une invitation à bouger. C’est seulement en ce moment-là que mon masculin est censé se réveiller pour mener la structure féminine que je suis à bon port.

Pour que le féminin et le masculin vivent en harmonie à l’intérieur de moi, je dois le trouver et pratiquer avant tout à l’extérieur avec ma compagne, mes amis et même avec ceux que je ne connais pas. Je dois trouver la proportion juste entre être et faire… entre immobilité et action… entre réceptivité et expression… et transformer l’opposition habituelle entre le masculin et le féminin en un seul mouvement où les deux sont complémentaires. Le principe féminin divin est comme une Coupe de Feu et le principe masculin divin est comme un Souffle de Vie. Trop de souffle crée un brasier… pas assez éteint le feu. Tisser l’Amour c’est tisser vers l’Unité où les deux principes oeuvrent en diapason.

Je nous souhaite une journée très harmonieuse… ∞❤️∞ 

2 commentaires sur « Perfection »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s