Films à gogo

Le Chesnay-Rocquencourt (78), France 🇫🇷 

J’ai toujours aimé regarder des films. Je pense que l’amour du cinéma est né d’un vague mélange de souvenirs que j’ai d’un western que j’ai vu avec mon père dans un cinéma quelque part à Tel-Aviv ou d’un autre que j’ai vu plus tard au Cinéac Damrak à Amsterdam quand j’étais encore très jeune. Ce fut une expérience si forte que je ressens encore l’odeur et les sensations liées aux revolvers, aux vêtements, aux chevaux et à la nature. Est-ce le film dont le petit enfant a exacerbé les sentiments ? Est-ce un vrai souvenir d’un passé dans le far west réveillé par l’écran géant ? Je ne sais toujours pas. Mais, j’ai retrouvé une ou deux fois cette sensation si forte en regardant une scène de western en noir et blanc, soutenue par des voix d’acteurs très particuliers. 🤠 

Je soupçonne mon père de m’avoir emmené avec lui dans ses petites évasions, quand il avait besoin de se soustraire au regard de ma mère. Leur vie n’a pas dû être facile en tant que jeune couple, forcé au mariage par ma grand-mère maternelle, dans un pays dangereux et naissant… et dans un décor de survivance de la Shoah. Je n’ai pas vraiment de souvenir, mais lorsque, lors de mes visites de jeune adulte, je passais devant un certain endroit à Tel-Aviv, il me semblait reconnaître la devanture d’un vieux cinéma. Je ne sais même pas s’il y en avait réellement un là-bas, mais je me souviens encore aujourd’hui du frisson que m’a procuré la vue du coin arrondi de ce bloc de façade particulière. Je pense qu’au lieu de promener son petit garçon entre ses 2 et 4 ans, il l’a secrètement emmené au cinéma… 🎦 

Est-ce du coup une façon inconsciente de retrouver mon père encore et encore ? Cet enfoiré de fils de pute de mes deux que j’aimais malgré son longue absence silencieuse, ou sa rare présence violente, de tout mon coeur ??? Ou m’a-t-il simplement donné une échappatoire facile pour m’extraire à la réalité quotidienne ? Peut-être y a-t-il un peu de chaque… Quoi qu’il en soit, j’ai toujours aimé les séries et les films. Cela a commencé consciemment quand j’avais 7 ans avec la télévision noir et blanc que ma grand-mère maternelle avait achetée à contrecœur à Amsterdam… suite à mon insistance. À l’époque, les émissions ne commençaient que vers 19 heures et étaient précédés d’un écran de test. L’image n’était pas toujours nette et l’antenne repliable placée sur l’appareil devait être régulièrement ajustée. 📺

Mes émissions préférées semblaient d’abord venir clandestinement d’une île nommé « REM » : Rintintin le berger allemand appartenant à Rusty, un petit garçon adopté par la cavalerie américaine… L’homme invisible, celui qui mettait des bandelettes… Mister Terrific, un super-héros qui avalait une énorme pilule pour avoir ses super pouvoirs… Mister Ed, le cheval qui parle… Ivanhoe, avec Roger Moore… et Rawhide, avec Clint Eastwood… et j’en oublie… Plus tard, quand pour ma bar mitzvah j’ai eu appareil d’enregistrement, un de mes hobbies est devenu d’enregistrer les génériques des séries, les chansons des comédies musicales et les spectacles des humoristes. Aujourd’hui encore, j’en connais beaucoup presque par cœur.  🤣

Je me souviens encore comment ma mère savait jouer avec moi parfois. Entre mes 6 et 12 ans, nous avons vécu avec sa mère. Nous avions chacun notre petite chambre. Le matin, quand elle se levait avant moi pour aller travailler, je sautais de mon lit et allais me blottir dans son lit bien chaud. Souvent, elle mettait des disques pendant qu’elle s’habillait. Frank Sinatra, Andy Williams, Dean Martin, Perry Como ou Pat Boone… mais quand je la voyais mettre le 45 tours de Simsalabim, qui était une chanson ennuyeuse, je devenais fou… parce que je savais que sur l’autre face se trouvait le générique d’Ivanhoé et que j’avais exactement 2 minutes pour enfiler ma tenue !!! Je sautais du lit et courais dans ma chambre pour mettre mon casque de chevalier, mon plastron et mon épée en plastique, que je mettais à l’envers dans son fourreau pour en faire une lance… et je sautais comme si j’étais à cheval au rythme de la musique… C’était moi Ivanhoé… 🎠

La série la plus longue, que j’ai vu pendant quelques années, presqu’au début…
et qui compte 63 saisons !!! 

Eh bien, je suis un cinéfile ! Si j’avais été assez audacieux, j’aurais dépassé le stade de figurant pour devenir acteur. C’était un de mes rêves secrets. J’ai raté une opportunité vers l’âge de 12 ans, lorsqu’un producteur est venu au lycée chercher des enfants juifs pour un film. Une fille de ma classe a saisi l’opportunité et aujourd’hui elle est toujours actrice. Certes, en tant que figurant j’ai joué dans des films avec Peter O’Toole, Michael Caine, Steve Martin et Beau Bridges… et j’ai même joué dans une publicité pour The South African Airways. A l’époque, une journée de tournage rapportait 500 francs et ma salle de sport était en difficulté. Quand un jour, après environ un an, j’ai dû choisir entre mes cours et un casting à la Victorine, j’ai choisi mes cours… et peut-être raté ainsi une deuxième occasion de réaliser mon rêve secret… 💭

Le premier feuilleton avec une histoire continue que j’ai suivi quand j’étais petit…
Je connais le générique encore par coeur…

J’aime regarder des films et des séries. Je choisis entre les deux en fonction du temps que j’ai devant moi et de la manière dont j’ai envie de plonger dans une fiction. J’aime particulièrement les romances, le suspense et les aventures mais je peux très bien regarder des films de science-fiction ou même d’horreur, si l’histoire est bonne et les acteurs sont crédibles. A notre époque moderne, je peux désormais regarder sur mon téléphone, mon iPad, mon ordinateur, à la télévision ou au cinéma… c’est facile dans un monde fait d’écrans, et j’en suis ravi. J’ai conscience que cela me transporte dans un monde irréel qui me procure des sensations que je n’ai pas ou plus assez dans la vraie vie. Peut-être que je compense ainsi mes manques ? C’est possible ! 🤔

J’y étais, avec mon chien… mais, la caméra a tourné vers la gauche…
alors que nous étions à droite dans la banque… 😉 

Il est aussi possible que cela me permette dernièrement d’échapper à l’ennui des relations humaines superficielles d’aujourd’hui et d’une société qui n’a pas de sens. Entre Netflix, Prime Video d’Amazon, mon site de streaming et mon abonnement UGC illimité… Je suis préparé au pire. Si je suis honnête, je pense que sans films, je passerais mes journées à méditer et à me retrouver face à face à moi-même si désiré. C’est une distraction tellement facile et alléchante qu’elle semble très efficace pour m’empêcher régulièrement de me rencontrer plus en profondeur encore. Ces derniers temps, je pense parfois que je vois tellement de films, et depuis si longtemps, que j’aurais dû formaliser cela et devenir critique de cinéma. 😉

Je vous souhaite une délicieuse journée, soirée ou nuit… où que vous soyez… ∞❤️∞ 

2 commentaires sur « Films à gogo »

  1. Coucou Michaël. Tellement crédible dans cette pub … ! Cela m’a fait tout drôle de te voir lancer l’hélice et rester au sol, finalement tu aides l’autre à s’envoler même dans ce petit film ! Belle métaphore non ? Bises

    Aimé par 1 personne

    1. En effet, je n’avais jamais pensé à cette métaphore… Jolie ! C’était filmé en 3 jours à Andon… Le premier vol des frères Wright… 😘

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s