Je n’ai rien, je ne veux rien

Saint-Barthélemy-Grozon (07), France 🇫🇷 

Je me sens comme Moïse, qui après avoir erré 40 ans dans le désert arrive enfin à la terre promise… comme Jésus, qui après son chemin de croix va vivre tranquillement le reste de sa vie dans le sud de la France… comme Bouddha, qui après des années de dépouillement retourne dans sa famille. Désolé, je ne connais pas assez bien l’histoire de Mahomet pour pouvoir honorer son passage ici-bas !

Mon départ marque un tournant important dans ma vie. Je le vis comme la fin d’un processus de guérison et d’apprentissage. Je rentre dans mon pays d’origine, riche de mes expériences et de mes acquis. J’aime croire que ça va me servir un jour et que je vais avoir l’occasion de réaliser mon rêve et de vivre ce que je pense être ma mission.

IMG_5388

Je ne vais pas résister. Là où la porte s’ouvre, j’irai ! Peu importe où j’atterrirai. La Vie sait mieux que moi ce dont j’ai besoin. Pour l’instant, un appartement à Netanya m’attends… mon ami d’enfance s’occupe de mon dossier… et une amie de lycée m’a envoyé des suggestions de kibboutz dans le désert. Il est clair dans ma tête que je vais pouvoir facilement intégrer la société là-bas.  La question pour le moment est de savoir si je vais y aller avec mes droits d’immigrant juif ou si j’y vais de manière indépendante. 

J’ai pris mes billets pour Amsterdam. En bon juif, je suis fier de moi, puisque le trajet m’a couté seulement 35 euros. Cette fois-ci je prendrai que des allers simples. A part si la vie en décide autrement, je n’ai pas l’intention de revenir. JE RENTRE POUR DE BON ! Toutefois, je reste joignable par mon Blog, WhatsApp, email et Messenger de Facebook, pour ceux qui apprécient ma compagnie où ma présence. Et si je réussi à m’installer, avec plaisir je vous accueillerais chez moi.

Je quitte une culture qui n’a jamais été la mienne et qui m’a fait énormément travailler sur moi. J’ose dire qu’au lieu de mettre juste un peu d’eau dans le vin, je l’ai carrément inondé. J’ai plein de gratitude pour ce pays qui m’a accueilli pendant 35 ans. Il ne faut pas oublier que de venir ici n’a jamais été un choix volontaire et conscient. Au contraire, je n’aimais pas du tout la France, ni sa langue à cause de mes expériences scolaires.

Aujourd’hui, une partie de moi est triste de partir et a l’impression d’avoir vécu un échec énorme de ne pas avoir réussi à s’installer ici de manière convenable. Bien évidemment, c’est ma partie blessée qui parle là. Ma partie consciente sait qu’il est logique que je n’ai jamais réussi à m’implanter, parce que ma destinée se trouve ailleurs. Au contraire, il est fier du chemin parcouru, des guérison vécues, du dépouillement traversé et la simplicité et la liberté acquises. 

Pour moi, la Vie est un chemin. A force de perdre, j’ai appris à le vivre ainsi et à ne plus m’accrocher à quoi que ce soit, ni à qui que ce soit. Rien ne m’appartient. Je ne suis que de passage sur notre belle planète illusoire. Je n’ai rien et je ne veux rien. J’accueille maintenant seulement en toute simplicité et avec gratitude ce que la Vie veut bien me prêter pendant un temps.   

Jeudi, je pars avec un sac à dos encore plus léger qu’avant. La valise de décoration que j’avais gardé pour les stages a disparu au cours de l’année passée. J’ai juste mes vêtements, mes affaires de toilette, un sac de couchage, mon ordi et mon téléphone. Le reste, j’ai donné… A chaque fois je suis heureux de revenir à cette simplicité. Je ferai très attention de ne pas m’encombrer à nouveau avec des objets, qui sont finalement inutiles et superflus.

IMG_5386.JPG

Dans quelques instants, je vais aller avec Julien voir son cousin garagiste et remplir les papiers nécessaires pour lui laisser ma voiture. Je pars jeudi matin d’ici et j’ai choisi de voyager de la manière lente, avec Blablabus, pour savourer encore une dernière fois, en conscience, ces paysages qui me sont devenu si familiers. Une fois à Amsterdam, je dirai adieu aussi à ma ville de jeunesse et j’attendrai tranquillement le feu vert, de l’ami qui m’aide avec mon dossier, pour prendre l’avion. D’ici là, je m’applique pour apprendre la langue que j’ai si bien enfoui quelque part dans un coin de ma tête…     

∞💜∞ 

8 réponses

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s