Gérer mon énergie

Amritapuri, Inde 🇮🇳

Lundi 15h

Depuis que j’ai posté mon dernier article je me promène dans l’Ashram, m’installant par-ci par-là, observant bien mon baro-mètre intérieure : la faim. C’est sur les bancs rouges que je me sens le mieux. Il y a du monde, ça circule… c’est un peu un endroit « carrefour » où rien ne peut m’échapper. Facile aussi pour créer un contact avec quelqu’un ici. D’abord il y avait Liu tout à l’heure, un homme venant de Malaisie avec qui j’ai partagé un petit moment avant qu’il quitte l’Ashram. Puis quelques échanges de sourires furtifs, parfois timides avec ceux tournés vers l’extérieur. Je n’ai aucune sensation de faim à cet endroit. 🍯

Pas comme au Cocobar, où j’aime bien retrouver Malu, la jeune propriétaire qui se plaint souvent de son mari, qui ne fait rien dans leur commerce. J’ai mon petit rituel chez eux. Je reçois mon mot de passe Wifi, son nom suivi par quelques chiffres qui changent plusieurs fois par jour… Je connecte mon téléphone et ordinateur et mets en ligne mon dernier texte, avant de répondre à mes messages. Trente roupies pour une heure… 50 cts… Je constate que je cherche à y rester aussi peu de temps que possible. Peut-être ce sont les moustiques, la chaleur ou l’absence de propreté… ou encore les gens qui ne viennent que pour le Wifi et pour fumer leur cigarette, ce qui donne une ambiance un peu « glauque »… 😏

Étant assis sur mes bancs je m’observe… comment je regarde les gens, ce qui se passe en moi, à quoi je pense. Je me rends compte que je me laisse facilement embarquer par « quelque chose »… une sensation, une idée, une projection… et que ce « quelque chose » me tire « hors de chez moi ». Une légère sensation de faim peut apparaître à ce moment-là. 😅

Si je reste simplement observateur neutre de ce qui se passe et que je reste en connexion avec mon « centre », rien de tout ça se produit. Dans ce cas, je continue à me sentir nourri. Ce n’est qu’une observation… J’avais déjà relevé ce mécanisme, sans jamais l’exprimer encore. Je sais bien à quel point il est important de rester centré et présent. Mais ce sont des généralités qui varient forcement de personne à personne. 😌

Maintenant quand l’envie de manger est léger, il est souvent facile à revenir au centre et faire partir ma faim. Si j’attends trop longtemps, la nourriture compensatoire se fige dans mon esprit comme un objectif à atteindre et la le point de non-retour est atteint et j’ai besoin de nourriture solide. 😅

Lundi 20h30

Quand plusieurs personnes se sont installées autour de moi sur les bancs, un peu trop près, je sentais une sorte d’envahissement, puis la faim arriver. Quand je me suis levé la faim a disparue aussitôt. Je me suis dirigé vers la grande salle pour trouver une place sympa afin d’assister au Bahjans. En attendant je commençais à discuter avec 2 personnes, je sentais la faim venir et le point de non-retour s’installer. 😳

Jamais encore j’ai observé ce mécanisme avec autant d’attention… Je n’avais plus le choix. Pour revenir au calme, il y a que les câlins qui marchent… ou beaucoup beaucoup de volonté. Que je n’ai pas, que je n’ai plus… Alors, je suis allé manger du poulet tandoori à l’autre côté de la fleuve. C’était rigolo, car une fois assis à table, je n’avais plus faim. Faut suivre, Gallasch !!! 😏

En rentrant, je suis « tombé » sur Tara et je sentais mon énergie monter rapidement. J’avais l’intention d’aller me coucher pour faciliter la digestion mais je l’ai accompagné vers le Cocobar. Comme elle semblait aller vraiment bien et que nous avons beaucoup en commun, je lui ai demandé comment elle faisait pour se sentir aussi bien. ☺️

En l’écoutant, j’avais la sensation qu’elle était plus détendue que moi et qu’elle se donnait plus d’amour encore en s’écoutant mieux. Elle avait un rythme plus lent, sans pression aucun. Elle n’avait pas d’objectifs et se laissait porter par les envies de l’instant. En comparant, je me rends compte à quel point, instinctivement je prépare mon étape suivant, pour éviter le vide. Je vais m’inspirer de l’expérience de Tara et voir demain où tout ça m’amène. Demain c’est mardi, journée meditation à l’Ashram. Le Shabbat en quelque sorte… ☺️

D’ailleurs c’est un peu de quoi il s’agit. Rester en état d’Amour, en meditation permanente… connecté. Entre-temps je perçois deux messages contradictoires que le miroir m’envois… D’une part des gens content de partir avec l’intention de ne plus jamais revenir à Amritapuri… et d’autre part, des gens comme Tara, qui se plaisent ici, tout en faisant « leur truc » à eux… Je pense que j’ai ces deux facettes en moi. L’envie de fuir en même temps que l’envie de vivre ce que je suis venu faire ici… Trouver la paix à l’intérieur de moi en rapport avec les femmes, la femme. 🙏🏼 

Mon article suivant parlera sûrement sur ce que je suis venu réparer ici vis-à-vis des femmes. A suivre… 😉 

Il fera jour quand vous trouverez ce post sur mon blog, alors je vous souhaite une délicieuse journée ❤️💛💚💙💜

causerieF23

 

2 réponses

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s