Mon génie ~ My genius

Michael à Muret (31), France 🇫🇷

🇬🇧 To translate my articles in your language, use the Google Widget on the right 👉

Ça demande de l’effort de ne pas être un mouton et de ne pas obéir à papa, maman, les autres membres de la famille, le maître ou la maîtresse d’école. Ça demande du courage de braver les attentes des copains, les exigences des patrons et les normes et valeurs d’une société dysfonctionnelle. Venant d’une famille juive qui a survécu aux camps d’extermination et grandi dans un monde où il n’y avait pas de place pour la fantaisie, mon histoire était mal partie. Après plusieurs métiers, où l’hiérarchie, la productivité et les possessions étaient les seules valeurs sûres, vous pouvez peut-être vous imaginer les travaux d’Hercule qui m’attendaient pour redevenir un homme simple, proche de la nature et de la nature humaine. Après plus de 40 ans de cheminement conscient, je n’ai toujours pas tout à fait réussi à me libérer du joug avec lequel mes éducateurs m’ont chargé. 🐂

Par contre, je n’ai heureusement jamais perdu mon esprit d’enfant. Grâce à ça, je me suis relativement rapidement rendu compte que le système éducatif m’a mis sur des rails et qu’il était quasiment impossible de dé-railler. J’avais environ 27 ans à l’époque et j’étais encore lieutenant dans l’armée. Cette première prise de conscience m’a valu également un premier burn-out. Depuis  1984 j’ai tout fait pour sortir des rails et quitter les sentiers battus. Encore aujourd’hui, je vois l’effort que je dois faire pour me défaire des réflexes que j’ai appris quand j’étais encore tout jeune. Je pense, entre autres, à ce besoin viscéral d’être propre et d’avoir des vêtements nickels. Un  exemple qui m’a suivi tout au long de ma vie et qui me fait rire aujourd’hui est de demander permission avant de me servir de ce qu’un hôte peut poser sur la table pour ses invités. Encore aujourd’hui, à 65 ans, je demande avant de prendre. Certes, plus à chaque fois, juste la première… mais quand-même. 😉

Sur ce chemin de déconditionnement, je suis devenu très sensible aux exigences des parents ou d’autres éducateurs vis-à-vis des enfants. La plupart du temps ça suinte la bêtise gigantesque. Je vois en permanence la transmission d’interdits ou d’obligations conditionnés, le règlement des comptes liés aux blessures, la compensation des manques et le transfert de son propre histoire, sur les jeunes. Je vois le parents, les éducateurs, et même ceux qui sont censés nous aider et soigner, détruire le potentiel des enfants au nom de ce qu’ils appellent « Amour ». Le mot éducation est bien approprié à ce que les adultes font avec leur progéniture. Ça devrait plutôt être une élévation ou une initiation. Je peux m’imaginer que pour la plupart des gens, ce que j’écris là, est carrément du charabia… car, même si le mot « initiation » fait encore bien partie de notre vocabulaire quotidienne, la notion profonde a bien disparue. 🔑

Je l’ai vu hier et j’ai adoré… (sur Prime Amazon)

VOTRE FILS EST UN GÉNIE

Un jour, un enfant rentre de l’école avec une lettre pour sa mère. Il lui dit : « Mon instituteur a demandé que je te donne cette lettre, à toi, uniquement à toi. »

Sa mère ouvre alors la lettre, la lit silencieusement, puis déborde de larmes… Elle décide ensuite de lire la lettre à son fils : « Votre fils est un génie. Cette école est trop petite pour lui et nous n’avons pas d’assez bons enseignants pour l’instruire. Veuillez le faire vous-même. »

La maman décide donc de prendre en charge son enfant.

Entre temps, son fils devient un scientifique de renom. Il invente l’ampoule électrique, le télégraphe, le phonographe, la centrale électrique, la caméra, etc.

Après le décès de sa chère mère, alors qu’il fouille dans les vieux souvenirs de famille, il trouve une lettre pliée dans une boîte. Il s’agit de la lettre qu’il avait donnée étant enfant à sa mère de la part de son instituteur.

Elle disait ceci : « Votre fils est un cancre. Il est déficient. On détecte chez lui une maladie mentale. Nous n’autorisons plus votre fils à revenir à l’école. »

Cet enfant, c’était Thomas Edison, l’un des plus grands scientifiques, si ce n’est le plus talentueux, de son époque. Il pleure pendant des heures et il ajoute ceci dans son journal : « Thomas Edison était un enfant nul et déficient, qui, grâce a une mère héroïque, est devenu le génie du siècle. »

Pour d’autres histoires, cliquez ici !

severin-hoin-oXVCgaDqX30-unsplash

Quand je regarde ceux qui pensent initier leurs enfants à la vraie vie, je vois généralement juste une alternative éducative. Il s’agit toujours d’induire ou d’imposer des connaissances, de normes et des valeurs toutes faites, au lieu de laisser l’espace essentielle qui permet à l’enfant de développer de manière souveraine le sacré avec lequel il est né. Le manque d’initiation et le trop d’éducation marquent encore ma vie d’aujourd’hui. Je suis en chemin vers l’expression de mon plein potentiel, de ma puissance d’homme et de mon génie. J’ai dû faire une grande partie de mon chemin seul et j’ai perdu beaucoup de temps. La question qui se pose est donc, tout simplement, si je vais réussir à y arriver avant que mon corps dit « game over ». Oui, je le vois comme un jeu. Pour moi, tout est illusion et je ne peux pas mourir, pas vraiment. Le baromètre qui indique où j’en suis dans ma progression, entre la réussite ou un échec éventuel, c’est ma prostate, l’organe qui symbolise la puissance masculine. 🔌

Ma prostate est grosse depuis que j’ai subi une intervention sur un de mes reins pour enlever une pierre, vers mes 27 ans. Je pense qu’elle a pris un peu en volume ces deux dernières années. Je pense aussi qu’il y a urgence et pour m’en occuper, j’ai acheté sur Amazon une petite utilitaire pour la stimuler physiquement, comme je l’ai déjà fait par le passé. Mais, ma prostate me montre plutôt l’urgence quant au besoin d’avancer sur le chemin de mon expression d’Homme. Si je n’y arrive pas, par manque d’audace ou parce que je me serais trompé de chemin, la logique serait tout simplement un cancer, pour clore l’expérience avec un message fort. Et c’est okay pour moi. Je n’ai aucune peur, aucune appréhension… plutôt de la curiosité de vivre aussi cette expérience. J’ai déjà tellement bougé, tellement changé, que je peux en toute tranquillité dire que j’ai réellement tout fait pour atteindre le rêve que la Vie avait pour moi. Je suis plutôt fier et j’ai l’esprit tranquille. 💥

Je pense que de m’être inscrit pour la retraite pranique était la bonne voie de passage. Depuis que j’ai pris la décision d’y participer, des nouvelles possibilités se sont présentées, mon jeune Ami Julien a décider de m’accompagner et une autre Amie part faire une retraite dans un monastère. Ces sont pour moi des signes qui indiquent ma bonne démarche. J’ai compris également ce matin, qu’avant d’être prêt et de proposer à nouveau quelque chose publiquement, il est essentiel de vivre ma Puissance d’Homme Intérieurement. Ça se passe à mon avis par une silence intérieur de qualité… le sevrage des films et de la nourriture… et le retour vers la nature et les autres. Je m’y prépare. Je fais des pauses alimentaires entre les invitations et les appels gourmands… et j’ai l’intention d’arriver à la retraite déjà en mode pranique. Toutefois, quand je dis ça je pense immédiatement à l’adage qui dit : « Si tu veux faire rire dieu, fais des projets ! ». 😉 

Je vous souhaite une délicieuse journée, soirée ou nuit… où que vous soyez… ∞❤️∞ 

Je ne sais pas pourquoi, mais cette homme me fait pleurer et frissonner quand il chante…
… alors que dans ma jeunesse, cette musique ne me faisait ni chaud, ni froid… 

2 commentaires sur « Mon génie ~ My genius »

  1. Touchée par ce message Michaël, qui me laisse en question de comment  »laisser l’espace essentiel qui permet à mes enfants de développer de manière souveraine le sacré avec lequel elles sont nées » et les initier plutôt que les éduquer ? »
    Ces derniers mois je me vois dans mes travers éducatifs, je vous mes enfants changer au contact de l’ecole, des adultes mais aussi des autres enfants.
    Comment faire alors ?
    Je pense à les emmener le maximum dans la nature, observer les animaux, les plantes et arbres, la course du soleil et des étoiles, se relier à tous les règnes, marcher, bivouaquer. Les laisser avoir leur propre rythme de repos, d’alimentation.
    C’est la réponse que je sens la plus adéquate.
    Peut-être as-tu ou avez-vous vous d’autres clés qui me guideront vers l’initiation de mes enfants (et de mon enfant intérieur) ?
    Douce nuit ou journée à chacune, à chacun

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s