Z-B1, R-25, P-23

🇬🇧 For English scroll down till you see the Union Jack…

Michael à Modi’in, Israël 🇮🇱 

C’est l’emplacement de la tombe de mon père : Cimétière Yarkon de Petah Tikva, zone B1, rang 25, emplacement 23. Il est enterré à une dizaine de kilomètres de sa maison à Giv’ataim (sur la carte marqué sous le nom de Tel Aviv). Je vais y aller ce dimanche et partirai de Modi’in (point bleu) vers 8 heures pour ce voyage avec 4 bus, d’environ 2 heures.

Il y a quelques jours, en jouant ensemble avec le miroir pendant la rencontre hebdomadaire Zoom, j’avais compris qu’il faudrait certainement faire la paix avec mon père et poser pour cela un acte symbolique en visitant l’endroit où il se repose. Pour moi, il n’est pas à cet endroit, bien évidemment. Il est avec la Source et dans mon coeur… Mais, c’est physiquement le plus proche de lui et j’ai besoin que son repos soit paisible. Dans une vie digne de ce nom, je ne peux pas laisser derrière moi des histoires familiales non-réglées.

Je craignais ce moment car ça voulait dire que j’allais devoir contacter ma soeur… quelque chose qui me pendait au nez également. J’ai toujours adoré ma soeur Sigal. Du moment que je l’ai vu pour la toute première fois, quand j’avais 23 ans, c’était le grand amour entre nous. Avec mon père qui s’interposait discrètement, cet Amour s’est étiolé doucement pour trouver une fin abrupte après le clash entre mon père et moi. Aujourd’hui, au loin, je la sens endurci et elle semble avoir coupé les ponts avec moi. Logique… il est difficile, voir impossible, de garder une relation simultanée avec deux hommes qui se ressemblent comme deux gouttes d’eau et qui ne s’entendent pas.

Je ne trouvais pas le sommeil hier soir. L’effet de l’intervention sur ma molaire était en train de s’estomper et mes pensées allaient vers mes parents, mon père, ma soeur et « l’unfinished business » à régler. Quand le miroir et les signes sont si claires que ça, j’ai compris depuis bien longtemps qu’il ne vaut mieux pas attendre et passer à l’action tout de suite. Alors, vers minuit j’ai pris mon téléphone et j’ai écrit, en hébreu, et cela sans dictionnaire (😉 ), un petit message à Sigal.  

שלום סיגל,
? את יכולה להגיד לי איפה אבא נח בבקשה
?איזה בית קברות… הכתובת… איך למצוא אותו
…אני הייתי רוצה וצריך לבקר אותו
…אני מקווה שכולם בסדר
…תודה מראש
…מלב ללב
מיכאל

Bonjour Sigal,
Peux-tu me dire où papa se repose s’il te plaît?
Quel cimetière … l’adresse … comment le trouver?
J’aimerais et j’ai besoin de lui rendre visite …
J’espère que tout le monde va bien …
Merci d’avance…
De coeur en coeur…
Michael

Je ne m’y attendait pas, mais à peine quelques instants après j’ai reçu un message de retour avec un document officiel qui indiquait où mon père se trouvait. J’étais assez fier de moi pendant ce moment plein de sentiments mélangés. Non seulement j’avais écrit, à mon avis de manière correcte, un message dans ma langue de naissance… mais grâce à mes cours j’arrivais carrément à décoder le formulaire sans me faire aider par le dictionnaire ! Il y avait tout, son nom, sa date de décès, la date de l’enterrement, l’adresse et l’emplacement exact où il se trouve.

J’ai vérifié tout de suite sur la carte où le cimetière se trouve. Comme mon forfait de bus s’arrête lundi, que mon rendez-vous d’accompagnement est seulement dimanche dans l’après-midi, il était clair que je devais y aller le dimanche matin. Une fois tout ça réglé, je me suis endormi paisiblement… mais pas pendant très longtemps. J’avais besoin de tout mettre par écrit. Je me suis réveillé en constatant que mon cerveau jouait avec la conjugaison de quelques verbes en hébreu : lire et revenir. Ils se ressemblent mais ne se conjuguent pas de la même manière. J’ai enfin compris et intégré la règle grammaire qui m’évite de faire des erreurs quand je dois m’exprimer au futur.

Pour celui qui sait lire mon texte entre les lignes, c’est riche d’information. Bref, je vais y aller dimanche matin vers 8 heures et j’y resterais le temps qu’il faut. Peut-être que je laisserai une trace discret de mon passage, un signe qui marque la paix entre nous… si toutefois, je sens que c’est le cas. Il va falloir peut-être revenir et écrire ! Peut-être que je laisserai un lettre. J’ai besoin de lui demander pardon d’avoir compris si tard ce qui s’est réellement passé, malgré le fait que j’ai cherché à comprendre depuis toute ma vie. Pas simple dans une famille où les gens ne parlent pas et manipulent en même temps.

J’ai besoin de lui demander pardon de l’avoir jugé… et d’avoir eu des préjugés avant même de l’avoir revu pour la toute première fois vers mes 18 ans… même si tout cela était bien au delà de ma volonté. Il n’est plus dans notre illusion partagée, mais j’ai besoin de faire la paix avec l’âme qui est venu me faire travailler à ce point sur moi… et faire table rase. L’histoire des hommes ne veulent plus rien dire face à l’Eternelle quand l’expérience terrestre est terminée. Et, bien évidemment, j’ai aussi besoin de ME pardonner. Puisque j’ai toujours fait vraiment de mon mieux… Par la suite, j’espère retrouver aussi ma soeur un jour… car je l’aime toujours et elle me manque. Mon frère c’est une autre histoire. Je vais me laisser guider par la Vie pour trouver ma voie de passage vers elle, vers eux… 

Je vous souhaite une délicieuse journée ou soirée… ∞❤️∞ 

Michael




union-jack-1027898

Michael in Modi’in, Israël 🇮🇱 

This is the location of my father’s grave: Yarkon cemetery in Petah Tikva, zone B1, rank 25, place 23. He is buried about ten kilometers from his house in Giv’ataim (on the map marked under the name of Tel Aviv). I will go there this Sunday and will leave Modi’in (blue point) around 8 am for this travel with 4 buses, that will take about 2 hours.

A few days ago, while playing together with the mirror during the weekly Zoom meeting, I understood that it would certainly be necessary to make peace with my father and to do this a symbolic act by visiting the place where he rests. For me, he is not there, obviously. He is with the Source and in my heart … But, it is physically closest to him and I need his rest to be peaceful. In a life worthy of its name, I cannot leave unresolved family stories behind.

I feared this moment because it meant that I was going to have to contact my sister … something that hung in my face as well. I have always adored my sister Sigal. From the moment I saw him for the very first time, when I was 23, it was the great love between us. With my father intervening discreetly, this Love slowly withered to find an abrupt end after the clash between my father and me. Today, in the distance, I feel her hardened and she seems to have cut ties with me. Logic … it is difficult, if not impossible, to maintain a simultaneous relationship with two men who are like two drops of water and who do not get along.

I couldn’t sleep last night. The effect of the procedure on my molar was fading and my thoughts were with my parents, my father, my sister and the « unfinished business » to be dealt with. When the mirror and the signs are so clear, I have understood for a long time that it is better not to wait and take action right away. So, around midnight I took my phone and wrote, in Hebrew, and without a dictionary (😉 ), a little message to Sigal.

 

שלום סיגל,
? את יכולה להגיד לי איפה אבא נח בבקשה
?איזה בית קברות… הכתובת… איך למצוא אותו
…אני הייתי רוצה וצריך לבקר אותו
…אני מקווה שכולם בסדר
…תודה מראש
…מלב ללב
מיכאל

Hello Sigal,
Can you tell me where Dad rests please?
What cemetery … the address … how to find it?
I would like and need to visit him …
I hope everyone is fine …
Thanks in advance…
From heart to heart
Michael

I wasn’t expecting it, but just a few moments later I received a message back with an official document that indicated where my father was. I was pretty proud of myself during that moment full of mixed feelings. Not only had I written, in my opinion in a correct way, a message in my native language … but thanks to my lessons I was able to decode the form without being helped by the dictionary either! It had everything, his name, date of death, date of burial, address and the exact location where he rests.

I checked right away on the map where the cemetery is. As my bus pass ends on Monday and my accompaniment appointment is only Sunday afternoon, it was clear that I had to go on Sunday morning. Once that was all sorted out, I fell asleep peacefully … but not for very long. I needed to put everything in writing. I woke up to find that my brain was playing with the conjugation of a few verbs in Hebrew: read and return. They look alike but do not combine in the same way. I finally understood and integrated the grammar rule which prevents me from making mistakes when I have to express myself in the future tense.

For those who can read my text between the lines, it is rich in information. Anyway, I’m going there on Sunday morning around 8 am and I will stay there as long as it takes. Perhaps I will leave a discreet trace of my passage, a sign that marks the peace between us … if however, I feel that it is the case. We may have to come back and write! Maybe I’ll leave a letter. I need to ask him forgiveness for figuring out so late what really happened, despite the fact that I have sought to understand all my life. Not easy in a family where people don’t talk and manipulate at the same time.

I need to ask his forgiveness for having judged him … and for having had prejudices even before seeing him again for the very first time when I was 18 … even if it was all way beyond of my will. He is no longer in our shared illusion, but I need to make peace with the soul that has come here to make me work so hard on me … and make a clean sweep. The history of men do not want to say anything any more in front of the Eternal one when the terrestrial experience is finished. And, of course, I also need to forgive MYSELF. Since I’ve always done the best I could … Afterwards, I hope to also find my sister again one day … because I still love her and I miss her. My brother is another story. I will let myself be guided by Life to find my way of passage towards her, towards them …

I wish you a delicious day or evening … ∞❤️∞

Michael

6 commentaires sur « Z-B1, R-25, P-23 »

  1. Sur le chemin de la paix, sur le chemin qui joint le passé le PRESENT le futur la semaine dernière j ai accompagné un de mes oncles partit vers .. a dieu pendant son enterrement j ai ressenti une profonde tristesse mélange a une sensation d apaisement il va rejoindre mon père né a quelques jours d d’intervalles de son beau-frère
    Il va être à ses côtés,
    Ton écrit je ne sais trop pourquoi m insuffle cette paix intérieure
    Namasté Michaël
    Belle journée
    Florence

    Aimé par 1 personne

  2. J’ai lu entre les lignes! ☺️☺️☺️☺️
    Je te whatsapp très bientôt mon cher Michaël ! Infinie gratitude pour cet article bien éclairant ! ☺️☺️

    Big bisous!

    Xav

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s