La coupe de feu ~ The goblet of fire

🇬🇧 For English scroll down till you see the Union Jack…

Nathalie d’Arles, France 🇫🇷  

La Coupe de Feu… Ce sont ces trois mots qui me sont venus au cours de ce temps initiatique entre femmes. Me sentir à la fois dans une énergie de grande douceur, d’accueil et d’amour pour mes Sœurs et pour moi-même, et en même temps, me sentir au cœur d’un brasier incandescent dans lequel nous allions plonger pour quelques heures.  

Me connecter à mon féminin est facile, doux et léger maintenant. C’est un peu comme rentrer à la maison. 😉 Quand je n’y suis pas c’est que je suis trop dans ma tête, trop dans le contrôle, trop dans le vouloir, la projection, le raisonnement et hors de mon territoire. ☹ 

Lorsque je suis dans mon féminin, dans ma Coupe, alors, mon mental me lâche, ou c’est moi qui le laisse tranquille ! Je me sens dans mon bas ventre, je cherche une sensation corporelle de lourdeur ou de légèreté, de vide ou de plein, de large ou d’étroit… Finalement peu importe la sensation, du moment que j’y suis et que j’y ressens quelque chose. 

Alors hier, je me suis laissée guider par l’énergie de ma Coupe, et nous avons cheminé en douceur, en direction du brasier, du feu. En fait, en prenant un peu de recul, je me dis qu’il s’est agi, pour chacune de nous, au cours de ce voyage, de partir à la quête de son propre brasier, en étant à l’écoute de l’intensité de feu la plus juste pour chacune.  

Pour moi, c’était vivre le mariage subtil entre ces deux énergies. Ce feu a pris des teintes et des intensités différentes selon ce qui se présentait et je me suis complétement laissée être et faire, à partir de ces énergies.  

Effleurer ou entrer en profondeur dans le toucher, silencieuse ou chantante, laisser sortir les sons d’ailleurs qui guérissent, intensité ou légèreté… et ainsi aider ma Sœur à exprimer ce qui se cachait au fond d’elle… un sourire qui émerge ou une larme qui apparait, une hanche qui se met en mouvement ou le bras qui soudain se sent libéré et prend son envol… J’ai invité la vie à venir danser en nous, à travers nos voix qui peu à peu se sont libérées, se sont élevées, graves ou aigües, rauques, chantées ou criées. Et puis le rire et la joie après les larmes…  

jacob-avanzato-2tAbcGKiaBc-unsplash

A travers nos corps en mouvement, en silence, en lourdeur, ou en légèreté, nos ressentis se sont dénoués et affinés. Une goutte de transpiration, ou un frémissement sur nos peaux, une tête qui se penche autrement, les larmes qui soudain jaillissent et libèrent, un sourire qui émerge sans qu’on l’attende, nous ont rapprochées un peu plus de nous-mêmes. 

Mais quelle est cette étincelle supplémentaire qui est apparue pour moi ? Oser dire ici que j’ai vécu ma propre initiation à devenir initiatrice des femmes ? Oui, je me dois de le déposer, que je suis pleinement à ma place lorsque je décide enfin de prendre les rennes, lorsque je m’autorise enfin à prendre le gouvernail du processus, en osant lâcher et glisser profondément en moi.  

Lâcher et prendre en même temps ! Ouahh quelle magie…. 

Enfin je me suis laissée oser faire, oser dire les mots qui sonnent juste et libèrent, oser me laissée guider par moi-même pour guider mes Sœurs et les emmener vers elles-mêmes. Oser contacter l’inconfortable, le dur, la fermeture pour amener doucement vers l’ouverture à soi, la douceur et la légèreté d’être. Oser prendre la place de celle qui guide, qui mène, qui emmène, qui sent, qui voit ce qui se passe chez chacune, qui ressent exactement dans son corps là où chacune se trouve.  

Et puis leur proposer ou leur faire sentir, parfois avec douceur, parfois avec un peu plus de force, de se laisser traverser elle-même par le courant, pour réussir finalement à lâcher les nœuds, à laisser le poids se déposer.  

En les menant vers elles-mêmes, je me suis menée vers ma propre Source. Cette énergie de vie qui se régénère d’instant en instant, et qui me donne une sensation d’infini… 

Et grâce à l’énergie de feu que nous avons contacté, touché, ou ressenti, nous avons plongé un peu plus vers notre Coupe, pour y contacter la Joie, et le rire. Et par-dessus tout, la puissance de la sororité, pour connecter ensemble, le Feu au coeur de la Coupe… 

Gratitude à Vous Chères Sœurs et Amies, d’avoir fait ce voyage ensemble. Nous y avons mis tous nos élans, nos envies de vivre et d’explorer l’inconnu, et puis nos doutes et nos interrogations aussi, pour finalement y trouver ensemble l’énergie de la Grande Vie… 

Nathalie




union-jack-1027898

Nathalie d’Arles, France 🇫🇷 

The Goblet of Fire … These are the three words that came to me during this initiatory time between women. To feel at the same time in an energy of great sweetness, of welcome and love for my Sisters and for myself, and at the same time, to feel at the heart of a glowing blaze in which we were going to plunge for a few hours .

Connecting to my feminine is easy, soft and light now. It’s a bit like coming home. When I’m not there, it’s because I’m too much in my head, too much in control, too much in wanting, projection, reasoning and out of my territory.

When I’m in my feminine, in my Cup, then my mind lets go, or it is I who leave it alone! I feel in my lower abdomen, I look for a feeling of heaviness or lightness, empty or full, wide or narrow…. Finally, it doesn’t matter what the feeling is, as long as I’m there and I feel something about it.

So yesterday, I let myself be guided by the energy of my Cup, and we walked gently, in the direction of the blaze, of the fire. In fact, taking a step back, I tell myself that it was, for each of us, during this trip, to go in search of our own brazier, by listening to the most fair fire intensity for each.

For me, it was living the subtle marriage between these two energies. This fire took on different shades and intensities depending on what presented itself and I completely let myself be and do, from these energies.

Touch or go deep into touch, silent or singing, let out sounds that heal elsewhere, intensity or lightness … and thus help my Sister to express what was hidden deep inside her … a smile that emerges or a tear that appears, a hip which starts moving or the arm which suddenly feels released and takes off … I invited life to come to dance in us, through our voices which little by little were released, are high, low or high, hoarse, sung or shouted. And then the laughter and the joy after the tears…

jacob-avanzato-2tAbcGKiaBc-unsplash

Through our bodies in movement, in silence, in heaviness, or in lightness, our feelings are untied and refined. A drop of perspiration, or a shudder on our skins, a head that leans differently, the tears that suddenly spurt and release, a smile that emerges unexpectedly, have brought us a little closer to ourselves.

But what is this extra spark that appeared to me? Dare to say here that I lived my own initiation into becoming an initiator of women? Yes, I have to put it down, that I am fully in my place when I finally decide to take the reins, when I finally allow myself to take the helm of the process, daring to let go and slide deep inside me.

Let go and take at the same time! Wow what magic….

Finally I let myself dare to do, dare to say the words that sound right and free, dare to let me guide by myself to guide my Sisters and take them to themselves. Dare to contact the uncomfortable, the hard, the closed to bring gently towards the opening to oneself, the softness and the lightness of being. Dare to take the place of the one who guides, who leads, who takes away, who feels, who sees what is happening in each one, who feels exactly in her body where each one is.

And then offer them or make them feel, sometimes gently, sometimes with a little more force, to let themselves pass through the current, to finally succeed in letting go of the knots, letting the weight settle.

By leading them to themselves, I led myself to my own Source. This life energy which is regenerated from moment to moment, and which gives me a feeling of infinity …

And thanks to the fire energy that we contacted, touched, or felt, we dived a little more towards our Cup, to contact Joy, and laughter. And above all, the power of sorority, to connect together, Fire at the heart of the Cup …

Gratitude to You Dear Sisters and Friends, for having made this journey together. We put all our impulses into it, our desires to live and explore the unknown, and then our doubts and our questions too, to finally find there together the energy of the Great Life …

Nathalie

7 commentaires sur « La coupe de feu ~ The goblet of fire »

  1. En lisant tes mots, je me sens emmené à la Source de tout Vie, et je ressens une immense gratitude pour la Vie qui œuvre.
    Un immense merci Nathalie.

    Aimé par 1 personne

  2. Et ton article me fait prendre conscience qu’il y a aussi une part de moi qui aspire à me reconnecter encore plus profondément à mon sacré, qu’il soit masculin, féminin ou un subtil équilibre entre les deux.

    Aimé par 2 personnes

  3. Accueillir mon feu, l’entretenir, lui rester presente…
    Apprendre à suivre ses mouvements, ses invitations, tisser à trois l’intime de nos précieux.
    Je reconnais Nathalie la puissance de ta guidance inspirée, merci d’avoir osé, gratitude pour ce cadeau sacré…
    Et à très vite !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s