Une pathologie, plusieurs causes

Modi’in, Israël 🇮🇱 

Ma jambe est belle et bien en train de se rétablir. Ça fait déjà aux moins 5 nuits que je dors sans douleur et que je marche de plus en plus librement dans la journée. Je sens bien que ce n’est pas encore terminé. La zone où ma cuisse droite et mon bassin se rejoignent est encore raide et je sens qu’il y a du tissu de cicatrisation qui m’empêche pour l’instant de me mouvoir avec ma souplesse d’avant. 

C’est un grand soulagement, car même si je “sais” que tout a un sens et qu’il n’y a aucune raison de perdre ma mobilité de manière définitive, je suis assez lucide et conscient pour douter en permanence de ma vision de la vérité. Je pense que je douterai jusqu’au bout de mon épopée… tant que je n’aurai pas atterri à Ithaque, que j’ai retrouvé ma Pénélope et que j’oeuvre avec d’autres pour le bien de tous.

J’ai eu des soins énergétiques à distance et j’ai aussi recommencé à masser mes pieds depuis une dizaine de jours. Toutes les terminaisons nerveuses s’y trouvent, comme dans les oreilles, la langue et les mains. C’est ainsi que j’avais commencé à accompagner des gens au tout début vers 1987.

Une petite perle…

J’étais prof d’aérobic et tenais ma propre salle de gym. Je n’allais pas bien du tout mais ne gagnais pas assez pour pouvoir continuer à payer ma thérapeute. Mon ex m’avait passé un livre sur la réflexologie et tous les jours je me massais les pieds sur la plage pendant au moins une heure. C’était très efficace et rapidement j’ai commencé à m’occuper avec succès de certains de mes élèves.

Cette fois-ci je ne prends que quelques minutes le matin et le soir. Il s’agit juste de donner un coup de main à mon corps, car dans mon monde chaque pathologie exprime de quelle manière je suis à côté de la Vie. Tant que je n’ai pas remédié au vrai problème, je peux soigner autant que je veux, la pathologie reviendra tôt ou tard, et parfois sous une autre forme afin que nous y prêtions attention.

Ce n’est pas parce que une manifestation cesse, à cause des soins ou des médicaments, que le problème est résolu. Loin de là… Dans notre société, nous sommes devenus des rois pour faire taire notre corps et pour ignorer son expression. En plus, beaucoup de maladies (mal à dieu ou mal à dire) sont considérées normales… et attribuées aux gènes, à l’âge ou à « pas-de-chance ». Pensez par exemple aux lunettes… Nous avons désappris à nous écouter. C’est incompatible avec notre société de production.

Un bel exemple d’humour juif…

Un homme vient chez le médecin et se plaint d’une douleur dans son genou droit. Après l’avoir ausculté, le généraliste lui dit gentiment : « J’ai bien peur que ce soit dû à votre âge monsieur ». Après quoi l’homme lui répond : « Ce n’est pas possible docteur, l’autre genou a le même âge et ne fait pas mal ! ».

Quand quelque chose m’arrive, mon premier réflexe est de chercher ce que mon corps essaye de me dire. Si je suis à jour avec mon miroir, c’est simple comme bonjour. Dans ce cas, tirer une petite carte juste pour vérifier peut suffire. Parfois c’est plus compliqué que ça et je dois intensifier mon regard vis-à-vis des projections. Une chose est sûre, j’ai trop vécu de disparitions des pathologies, suite aux changements d’attitude, de comportement ou de vie, autant chez moi-même que chez ceux que j’ai accompagnés, pour encore douter du phénomène.

Par contre, ce que j’ai souvent vu c’est qu’une pathologie demande que plusieurs déséquilibres soient traités. Ainsi, je me souviens de tous les soins que j’ai eu, par exemple, pour mes allergies ou pour mes lumbagos et de tous les changements que j’ai dû mettre en place pendant des années avant que mon corps retrouve sa santé. Nos problèmes et leurs sources sont comme une toile d’araignée où tout est inter-relié. Chaque petit problème peut donner suite à de multiples compensations comportementales ou mentales.

C’est pour ça que je souris souvent quand les gens parlent d’une guérison qu’ils viennent de vivre. J’y vois souvent au mieux une petite réparation, qui généralement demande à être suivie par pleins d’autres avant de pouvoir parler d’une vraie guérison. En plus, il n’y a pas seulement cette espèce de toile d’araignée, mais également des profondeurs différentes de conscience qui demandent à être visitées et ré-équilibrées. 

Un autre…

Samuel se fait parfois raser chez le coiffeur samedi. Il est aidé par un stagiaire qui lui dit que c’est sa toute première journée de travail.
Samuel lui demande son nom et le garçon répond : « Je m’appelle Maup Polak, monsieur ».
Samuel se dit : « Ah, sympa, un garçon juif bien sûr ».
Le stagiaire savonne Samuel et commence à le raser, après une minute le couteau glisse et ouvre toute la joue de Samuel, le sang coule sur son visage.
Le patron entre et s’excuse puis crie au stagiaire : « Attention, bon sang, je t’ai appris comment faire. Encore une fois et tu peux partir ».
Le jeune homme continue à raser, puis ça tourne mal et il coupe complètement le lobe de l’oreille de Samuel.
Le garçon, un peu perdu, se tient là avec le lobe dans sa main… après quoi Samuel lui dit: « Mets le vite dans ta poche, sinon ça te coûtera ton travail « 

Puis, j’ai remarqué que quand le corps est écouté, c’est-à-dire que quelqu’un prend des actions adéquates à la suite d’une pathologie, le corps en profite et a la tendance à utiliser la même pathologie encore et encore pour se faire entendre, même si symboliquement il s’agit après de toute autre chose. Avant de devenir une sorte de « Coach Spirituel Alchimique de Transformation », j’ai été thérapeute manuel où j’ai énormément appris sur le fonctionnement de mon propre corps.

Je ne me fais donc pas d’illusions quant à ma jambe. La douleur a commencé quelque part en septembre, il me semble, et m’a depuis ce temps offert de multiples messages auxquels j’ai tenté d’obéir au mieux. Aujourd’hui, je retrouve presque ma démarche d’avant. Je reste prudent et attentif. J’ai peut-être trouvé une attitude plus adéquate dans cette nouvelle vie ici pour le moment, mais j’ai intérêt à m’adapter en permanence sur ma route, car je pense que je suis encore dans une phase de préparation et de mise en place.

Je pense à ma place devant la porte de l’hôtel. Ma jambe m’invite à plus de souplesse encore, à plus d’attention envers les autres, plus d’accueil, plus d’empathie pour sentir où sont les limites à respecter… sans pour autant perdre mon naturel, mon fou intérieur ni mon originalité. Etre sage et rebelle simultanément en quelque sorte. Etre vrai et faire ce que la vie me demande en même temps. Etre accessible et accueillant, tout en restant dans ma solidité.

Il semble que la Vie me demande en ce moment carrément de vivre et de manifester le mariage intérieur entre mon féminin et mon masculin. L’accueil, l’offrande et une vraie écoute… éventuellement suivi par une action appropriée.

∞💜∞

14 réponses

  1. Isabelle

    Merci Florence et merci Michael pour ces échanges.
    Je m’endors ce soir avec ce « qu’est-ce que j’attends pour agir? »
    À demain pour la suite, et Bravo Florence pour ces pas posés qui me touchent.
    Une douce gratitude pour toi Michael, à tout bientôt.

    Aimé par 2 personnes

  2. florence arnaud

    Un écrit pour te dire merci de tes paroles, pour te remercier d’avoir écrit une de tes pensées, une réponse à ma question milles mercis Michaël .

    Entendre ma petite fille, en pleurs, qui fermée dans mon corps se meurt

    Entendre, ressentir étouffements, qui durent vraiment depuis longtemps

    Mes pathologies s’aggravant, il est alors vraiment grand temps

    Que je fasse une action en pas, pour libérer cette enfant là !

    Cette prise de conscience, face aux murs, qui me tiennent enfermer, c’est dure !

    Mais me redonne une énergie, pour avancer sur chemin-vie

    Pour me dire pars à l’aventure, Ose affronter cette lecture

    De tes ressentis, tes besoins, Oui Michaël, je t’entends bien :

     » Personne ne pourra te donner, ce que ton corps est entrain d’hurler »

     » Alors bon sang de bois, avance  » ; « Merci » mon corps rentre dans la danse

    En s’exprimant dans des vers -cris, Je reprends le chemin de ma vie !!

    Aimé par 1 personne

          1. florence arnaud

            Participer aux stages « de souffle voix », changer de travail, allez je vais faire ce pas, dire à l’homme que j’admire de loin çà je l’ai fais la semaine dernière whaou je suis contente !!!

            Aimé par 1 personne

  3. florence arnaud

    ok je t’entends je t’entends je vais passer à l’action, je ne vais plus attendre merci de par ton commentaire me donner la Père mission, le coup de pied qu’il me fallait merci je te tiens au courant de ce nouveau chemin, je vais tout mettre en place ou plutôt me défaire de se qui me tient si enchaîner et tu pourras peut être ainsi être fier de moi ! si je réussis ainsi quelques pas !

    Aimé par 1 personne

  4. florence arnaud

    .Bonjour Michael, cette phrase m’interpelle, me fait peur, me chamboule :

    « Nos problèmes et leurs sources sont comme une toile d’araignée où tout est inter-relié. Chaque petit problème peut donner suite à de multiples compensations comportementales ou mentales. »

    Je ne sais pas trop comment te dire t’expliquer ce que je ressens dans ce corps blessé que j’habite depuis 46 ans, il est atteint de maladies auto-immune diabète, hypothyroïdie de haschimoto et d’autres ! comment l’accepter, comment défaire cette toile d’araignée qui m’épuise comment ?
    besoin après cet écrit de te poser cette question ! namasté pour ta réponse ou non j’accepte ton choix .

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s